Clásico RCN 2013

Édition 2013 du Clásico RCN, course cycliste colombienne

Le Clásico RCN-Claro 2013 ou Duelo de Titanes est la cinquante-troisième édition du Clásico RCN. Elle se dispute du 27 septembre au 6 octobre 2013, en Colombie.

Clásico RCN 2013
Clásico RCN Claro - 2013.jpg
Généralités
Course
53e Clásico RCN
Étapes
Dix étapes
Date
Distance
1 525,8 km
Pays traversé(s)
Lieu de départ
Lieu d'arrivée
Partants
157Voir et modifier les données sur Wikidata
Coureurs au départ
151
Coureurs à l'arrivée
116
Vitesse moyenne
41,66 km/h
Résultats
Vainqueur
Deuxième
Troisième
Classement par points
Meilleur grimpeur
Meilleur sprinteur
Meilleur jeune
Super-combatif
Vainqueur du combiné
Drapeau : Espagne Óscar Sevilla
Meilleure équipe

La course mène les coureurs de Florencia (département de Caquetá) au port de Buenaventura (département de Valle del Cauca)[1].

Seize équipes disputent la compétition pour un total de 151 coureurs[2].

Le vainqueur de l'épreuve est Camilo Gómez[3].

PrésentationModifier

ParcoursModifier

Pour la première fois, le Clásico RCN rend visite au département de Caquetá, d'où s'élance la course[4]. La compétition emprunte des parcours rarement usités le reste de l'année, par les différentes épreuves du calendrier colombien[5]. Ainsi le Clásico RCN revient lors de l'étape Caldas - Anserma sur un parcours non fréquenté depuis l'édition 1986, où Bernard Hinault avait subi la loi de Luis Herrera. Malgré deux arrivées en côte[1], les étapes montagneuses semblent moins escarpées, avec l'absence de cols mythiques comme l'alto de La Línea ou l'alto de Minas[6]. Le vainqueur 2010, Félix Cárdenas y voit, d'ailleurs, un parcours favorisant plus les rouleurs-puncheurs que les grimpeurs purs[7]. Les bonifications, distribuées aux arrivées d'étape, pourraient dès lors jouer un rôle important[8]. Le Clásico RCN-Claro 2013 se termine par un contre-la-montre d'une vingtaine de kilomètres dans le port de Buenaventura, ville départ de l’édition 2006[1].

Équipes participantesModifier

Seize équipes disputent la course[2].

Équipe Principaux engagés
EPM-UNE Óscar Sevilla, Giovanni Báez, Edward Beltrán, Jaime Castañeda, Stíver Ortiz, Walter Pedraza
Aguardiente Antioqueño - Lotería de Medellín - IDEA Alex Cano, Óscar Álvarez, Mauricio Ortega, Alejandro Ramírez, Juan Diego Ramírez, Jairo Salas
GW Chaoyang - Envía - Gatorade Óscar Sánchez, Carlos Osorio, Diego Quintero
Movistar Team America Freddy Montaña, Byron Guamá, Óscar Soliz
Aguardiente Néctar Sebastián Caro, Álvaro Gómez
Fuerzas Armadas - Ejército Nacional Willinton Bustamante, Cristian Talero
EBSA - Indeportes Boyacá Jahir Pérez, Luis Alfredo Martínez
Coldeportes - Claro - Supérate Intercolegiados Camilo Gómez, Julián Atehortúa, Juan Pablo Forero, John Martínez
Elegant House - Alcaldía de Úmbita - Hotel Villa Alegría Hernando Bohórquez, Omar Puentes, Daniel Rozo
Formesan - Bogotá Humana - ETB Félix Cárdenas, Fabio Montenegro, Iván Parra, Rodolfo Torres, Juan David Vargas
Coltejer - Alcaldía de Manizales Javier González, Diego Calderón, Danny Osorio
Indeportes Tolima - Formar ED - Carnaval del Pollo - Toli envíos Jhon Fredy Guzmán
Lotería de Boyacá se atreve - Alcaldía de Tota - Indeportes Boyacá Cristian Vargas
Más en Cristo - IMRD Chía - Leche La Gran Vía Juan Pablo Wilches
Ciclo Ases - Ciclo Cross Aldo Valero
Supergiros - Blanco del Valle - Redetrans - InderValle - Lotería del Valle Flober Peña, Jorge Humberto Martínez, Jonathan Paredes

FavorisModifier

L'équipe Aguardiente Antioqueño - Lotería de Medellín - IDEA arrive au départ avec la volonté de remporter la course. Alex Cano en est le leader, il s'appuie sur trois hommes expérimentés Mauricio Ortega, Alejandro Ramírez et Juan Diego Ramírez[9]. Tandis que la formation Coldeportes - Claro se présente sans ses deux leaders Luis Felipe Laverde et Julián Rodas. Elle se concentrera sur le gain d'étapes et compte sur Camilo Gómez pour disputer le classement général[10]. EBSA - Indeportes Boyacá, l'équipe de Rafael Antonio Niño, bien que fatiguée par la Vuelta a Boyacá, remportée par leur leader Jahir Pérez, cherchera à bien figurer au classement général par l'intermédiaire de ce dernier[11]. Félix Cárdenas, vainqueur d'une étape de la Vuelta a Boyacá[12], retrouve la forme et tentera de disputer le titre (ou tout au moins de gagner des étapes). Le leader de la formation Formesan - Bogotá Humana - ETB s'appuie sur des coureurs qui ont dominé la Clásica de Facatativá[13] ou bien figuré dans le département de Boyacá[14], Iván Parra restant une option pour le titre[7]. Freddy Montaña, chef de file de l'équipe Movistar Team America, vainqueur du contre-la-montre de la Vuelta a Boyacá[15], réunit les suffrages de ses rivaux pour la victoire finale[5],[11]. Mais le favori incontestable est Óscar Sevilla, vainqueur sortant. Ayant gagné quasiment toutes les courses auxquelles il a participé en 2013, comme le Tour de Colombie et dernièrement le Tour de Rio, il peut s'appuyer sur deux hommes forts que sont Giovanni Báez, et le dernier champion de Colombie Walter Pedraza[5].

Récit de la courseModifier

27, 28 et 29 septembre : les trois premières étapesModifier

Jorge Humberto Martínez remporte la première étape et s'empare du maillot de leader. Il mène à bien une échappée de six coureurs, disposant de son dernier contradicteur, Danny Osorio, dans les derniers hectomètres. Osorio, instigateur de la fugue, en s’échappant seul dans le premier col de première catégorie de l'épreuve, se console avec la tunique du meilleur grimpeur. Les principaux favoris arrivent dans un groupe d'une cinquantaine d'unités, min 25 s plus tard[4].
Même scénario le lendemain, Jaime Castañeda mène à bien une échappée de dix-sept coureurs, constituée à mi-course. Il dispose au sprint de Julián Atehortúa et de ses compagnons de fugue, une cinquantaine de secondes devant le peloton. Aucun changement n'est à constater dans les différents classements individuels[16], si ce n'est l'abandon d'un prétendant au podium final, Iván Parra, éliminé sur chute[17].
La troisième étape se termine par un sprint massif. Jairo Salas remporte sa seconde victoire dans cette épreuve, en prenant le meilleur sur Juan Pablo Forero et le peloton groupé. La formation Coltejer - Alcaldía de Manizales garde la tête du classement par équipes, pour le deuxième jour consécutif tandis que Carlos Osorio subtilise celle du trophée des moins de 23 ans. Les autres classements ne subissent aucune modification[18].

30 septembre : quatrième étapeModifier

Les concurrents affrontent la première étape de montagne (même si le col de hors catégorie et l'autre de première sont situés à une soixantaine de kilomètres de l'arrivée). L'Équatorien Byron Guamá l'emporte tandis que Luis Alfredo Martínez se vêt du maillot de leader de la course.
Dès le départ, douze coureurs faussent compagnie au reste du peloton. Au fil des ascensions et du rythme élevé imprimé par les meilleurs, seuls subsistent trois échappés, au sommet du puerto de Mondoñedo, col de hors-catégorie. Dans cette ascension, le groupe des favoris réduit l'écart avec les hommes de tête, ce qui motive une attaque de Giovanni Báez. De nombreux coureurs réagissent et avec le soutien de Walter Pedraza et de Stíver Ortiz, en moins de dix kilomètres, le petit groupe prend deux minutes d'avance. Malgré la réaction des Aguardiente Antioqueño, bien seuls au moment de travailler à combler l'écart, Báez réussit la bonne opération de la journée, le peloton des favoris arrivant avec un retard de min 46 s. Guamá s'impose au sprint en disposant de ses compagnons d'échappée. Luis Martínez, présent dans celle-ci, dépossède Jorge Humberto Martínez de la tête du classement général[19]. Ortiz passant en tête trois des quatre cols de la journée, en profite pour s'emparer de la tête du classement de la montagne. Tandis qu'Omar Puentes en fait de même dans la catégorie Espoir[20]. Deux favoris, Félix Cárdenas[21] et Freddy Montaña[19] sont évincés de la course au titre sur chutes.

1er octobre : cinquième étapeModifier

Le lendemain, Montaña ne prend pas le départ[22] et Cárdenas abandonne en cours d'étape, souffrant de l'épaule. Luis Alfredo Martínez, leader la veille, ne fait pas partie des trente-trois coureurs qui arrivent dans le même temps qu'Óscar Álvarez et perd sa place au profit de Pedraza.
Dès le premier col de la journée, les coureurs de l'équipe EPM-UNE entreprennent de disloquer le peloton. Luis Alfredo Martínez souffre dès les premières rampes de l'alto del Trigo (col de première catégorie). Lui et son dauphin, Byron Guamá, arriveront, avec une quarantaine d'autres coureurs, sept minutes après le sprint victorieux d'Álvarez[23]. Les hommes de Raúl Mesa ne sont pas les seuls bénéficiaires de la journée, puisque les Coldeportes - Claro placent deux hommes sur le podium provisoire, Camilo Gómez et John Martínez, à seulement trois secondes de Pedraza[24]. Par ailleurs, chez les moins de 23 ans, Puentes est dépossédé de son maillot de leader par son coéquipier Daniel Rozo. Tandis que Fabio Montenegro devient le meilleur grimpeur de l'épreuve et Cristian Talero, le leader des étapes volantes[23].

2 octobre : sixième étapeModifier

Álvaro Gómez s'impose et remporte la plus grande victoire de sa carrière, alors que Camilo Gómez s'empare de la tête des classements général et de la régularité.
Une fugue de douze coureurs, où les GW Chaoyang imposent leur rythme, anime le début de la course[25]. Stíver Ortiz, présent dans cette échappée, passe en tête les trois premiers cols de la journée[26]. Mais tout se joue dans la dernière ascension, longue de quatre kilomètres et classée en première catégorie, qui mène au terme de l'étape. Dès le début de l'ultime montée, les Aguardiente Antioqueño impriment le rythme pour leur chef de file Alex Cano, puis c'est au tour des GW Chaoyang de prendre le relais. Au plus fort de la pente, Álvaro Gómez produit son effort et s'enfuit mais à la différence de tant d'autres fois, il réussit à s'imposer. Derrière lui, Cano et Óscar Sevilla se livrent un duel tendu, ce dont Camilo Gómez profite pour finir à onze secondes du vainqueur et devenir le leader de la course[27]. Walter Pedraza perd plus d'une minute et son statut, tandis qu'Omar Puentes et Ortiz[26] récupèrent leurs maillots distinctifs respectifs, perdus la veille. Les GW Chaoyang prennent la tête du classement par équipes, détenu depuis deux jours par les EBSA - Indeportes Boyacá[28].

3 octobre : septième étapeModifier

Jahir Pérez, le leader de la formation dirigée par Rafael Antonio Niño, s'adjuge l'étape alors que Camilo Gómez conforte sa place, en terminant deuxième.
À la différence des jours précédents, l'étape-reine de la compétition ne permet à aucune des échappées de creuser un écart significatif. Cristian Talero réussit, pourtant, à consolider sa première place dans le classement des sprints bonifications, en prenant part à l'une d'entre elles. Tandis que, malgré une chute avant l'ultime ascension (classée en hors-catégorie), Pérez fait partie de l'échappée royale de huit coureurs qui ouvre la voie. Il exploite la descente, devenue dangereuse en raison de fortes pluies, pour s'enfuir et arriver en solitaire à Anserma. Gómez lui résiste aux attaques de ses plus dangereux adversaires que sont Cano et Sevilla, dans la montée. Constatant l'absence de marquage de ses rivaux, il accélère dans les derniers hectomètres pour grappiller les quelques secondes de bonifications, promis au deuxième de l'étape. Fabio Montenegro, pourtant dans la bonne échappée, perd sa place sur le podium provisoire, en gaspillant du temps dans la descente. Cependant, il rentabilise la journée, en reprenant la tête du trophée des meilleurs grimpeurs[29], grâce à ses deuxièmes places au passage des deux derniers cols du jour. Daniel Rozo, lui, en profite pour rétablir son emprise sur la catégorie Espoir et la formation Formesan - Bogotá Humana - ETB, grâce à trois de ses coureurs dans les douze premiers à l'arrivée de l'étape, se hisse au sommet du classement par équipes. Pour la première fois depuis le départ, Cano et Sevilla, grands favoris de la compétition, intègrent le Top 10 du classement général[30].

4 octobre : huitième étapeModifier

Edward Beltrán s'impose en solitaire à l'issue de l'ascension finale (classée en hors catégorie). Camilo Gómez défend, avec succès, son maillot de leader.
Trente-six coureurs prennent le large, très rapidement. Leur avance atteint six minutes et Juan David Vargas devient un temps leader virtuel[31]. Le rythme soutenu du peloton, à l'approche de la montée terminale, réduit l'écart mais ils leur restent, encore, un avantage de quatre minutes, au pied de celle-ci[32]. Les derniers rescapés de la fugue peuvent se disputer la victoire entre eux. C'est Beltrán qui l'obtient en s'isolant, vingt-quatre secondes devant Diego Quintero. Cinq autres survivants de l'échappée s’intercalent entre Quintero et les prétendants à la victoire finale dans ce Clásico RCN. Ceux-ci arrivent près de deux minutes trente plus tard, dans un petit groupe, égrainé par le sprint d'arrivée. Álvaro Gómez précède Cano et Sevilla qui reprennent cinq et quatre secondes à Camilo Gómez. Ce dernier ayant résisté aux nombreuses attaques de ses adversaires dans l'ultime ascension. Diego Calderón est éjecté du podium, pour n'avoir pu les suivre. Il redescend à la quatrième place provisoire[33]. Dans les interviews d'après-course, Óscar Sevilla, fait part de sa résignation et prédit la victoire finale de Camilo Gómez[31].

5 octobre : neuvième étapeModifier

Cristian Talero remporte l'ultime étape en ligne de l'épreuve. Camilo Gómez conserve, pour le quatrième jour consécutif, sa place au sommet du classement général.
À la différence des journées précédentes, la formation Coldeportes - Claro, leader du classement par équipes depuis la veille, ne réagit pas lors de l'attaque de Cano, Sevilla et Calderón. Ceux-ci profitent de l'ultime col de la compétition, situé à mi-course et de première catégorie, pour s'échapper. Leur gain culmine à min 30 s et Diego Calderón se retrouve virtuellement maillot jaune de la course. Mais dans la longue descente qui mène au port de Buenaventura, les hommes de Carlos Mario Jaramillo comblent peu à peu l'écart et rejoignent les fuyards, soixante-six kilomètres plus loin[34]. L'étape se joue entre Cristian Talero et le champion panaméricain 2013, Jonathan Paredes, qui avaient intégré une échappée de onze coureurs. Paredes perd le duel. Les rivaux pour le titre arrivent avec un retard dépassant la minute. Talero et Fabio Montenegro sont définitivement hors de portée de leurs rivaux dans les classements annexes qu'ils dominent. Jhon Martínez, coéquipier de Gómez, victime d'une chute, sort du top 10, en perdant vingt minutes[35].

6 octobre : dixième étapeModifier

Óscar Sevilla remporte le contre-la-montre de clôture et grimpe sur la dernière marche du podium. Camilo Gómez, sixième de l'étape, n'est pas inquiété et s'adjuge le 53e Clácico RCN.
À l'issue de cet effort solitaire, aucun coureur réussit à s'immiscer dans les dix premiers. Cependant quelques changements sont à constater. Sevilla et Alex Cano, premier et deuxième de l'étape, grimpent de trois places pour terminer respectivement troisième et quatrième. Les principales victimes de cette progression sont les coureurs de la formation Coltejer - Alcaldía de Manizales, Diego Calderón et Danny Osorio. De nombreuses fois sur le podium, jusqu'au dernier matin même, aucun des deux ne réussit à y accéder. Óscar Soliz complète le tiercé gagnant en gardant sa deuxième place[3].

Les étapesModifier

Étape Date Villes étapes km Vainqueur d'étape Leader du classement général
1re étape[36] 27 septembre Florencia - Garzón 120,8   Jorge Humberto Martínez   Jorge Humberto Martínez
2e étape[37] 28 septembre Garzón - Neiva 120,3   Jaime Castañeda   Jorge Humberto Martínez
3e étape[38] 29 septembre Neiva - Girardot 178   Jairo Salas   Jorge Humberto Martínez
4e étape[20] 30 septembre Girardot - Zipaquirá   171,4   Byron Guamá   Luis Alfredo Martínez
5e étape[23] 1er octobre Chía - La Dorada 198,1   Óscar Álvarez   Walter Pedraza
6e étape[28] 2 octobre Doradal - Bello   176   Álvaro Gómez   Camilo Gómez
7e étape[30] 3 octobre Caldas - Anserma   160,4   Jahir Pérez   Camilo Gómez
8e étape[39] 4 octobre Cartago - Cali   210,1   Edward Beltrán   Camilo Gómez
9e étape[40] 5 octobre Yumbo - Buenaventura 174,2   Cristian Talero   Camilo Gómez
10e étape[3] 6 octobre Buenaventura - Buenaventura 18 (CLM)   Óscar Sevilla   Camilo Gómez

Classement généralModifier

116 coureurs terminent l'épreuve[3].

# Coureur Équipe Temps
1.   Camilo Gómez Coldeportes - Claro - Supérate Intercolegiados en 36 h 44 min 22 s
2.   Óscar Soliz Movistar Team America + min 7 s
3.   Óscar Sevilla EPM-UNE min 21 s
4.   Alex Cano Aguardiente Antioqueño - Lotería de Medellín - IDEA min 44 s
5.   Danny Osorio Coltejer - Alcaldía de Manizales min 47 s
6.   Diego Calderón Coltejer - Alcaldía de Manizales min 33 s
7.   Jahir Pérez EBSA - Indeportes Boyacá min 47 s
8.   Rodolfo Torres Formesan - Bogotá Humana - ETB min 31 s
9.   Juan David Vargas Formesan - Bogotá Humana - ETB min 16 s
10.   Diego Quintero GW Chaoyang - Envía - Gatorade min 19 s

Évolution des classementsModifier

Étapes
Vainqueur
Classement général
 
Classement des moins de 23 ans
 
Classement de la montagne
 
Classement de la régularité
 
Classement des étapes volantes
 
Classement par équipes
 
1re étape[36] Jorge Humberto Martínez Jorge Humberto Martínez Cristian Vargas Danny Osorio Jorge Humberto Martínez Luis Alfredo Martínez EBSA - Indeportes Boyacá
2e étape[37] Jaime Castañeda Coltejer - Alcaldía de Manizales
3e étape[38] Jairo Salas Carlos Osorio Jaime Castañeda
4e étape[20] Byron Guamá Luis Alfredo Martínez Omar Puentes Stiber Ortiz EBSA - Indeportes Boyacá
5e étape[23] Óscar Álvarez Walter Pedraza Daniel Rozo Fabio Montenegro Cristian Talero
6e étape[28] Álvaro Gómez Camilo Gómez Omar Puentes Stiber Ortiz Camilo Gómez GW Chaoyang - Envía - Gatorade
7e étape[30] Jahir Pérez Daniel Rozo Fabio Montenegro Formesan - Bogotá Humana - ETB
8e étape[39] Edward Beltrán Coldeportes - Claro - Supérate Intercolegiados
9e étape[40] Cristian Talero
10e étape[3] Óscar Sevilla Óscar Sevilla EPM-UNE
Classements finals Camilo Gómez Daniel Rozo Fabio Montenegro Óscar Sevilla Cristian Talero EPM-UNE

Bilan sportifModifier

Camilo Gómez remporte le plus grand succès de sa carrière et permet à sa formation Coldeportes - Claro d'obtenir un nouveau titre d'envergure nationale, un an après la victoire de Ronald Gómez dans la Vuelta de la Juventud 2012. Pour la première fois, deux coureurs étrangers se hissent sur le podium[41].
La quatrième étape se révèle la plus importante de la course[42]. Non seulement deux favoris, Félix Cárdenas et Freddy Montaña, sont écartés de la lutte pour la victoire finale, sur chutes, mais les EPM-UNE, paraissent avoir réussi un coup de maître. Profitant de l'étroit marquage des Aguardiente Antioqueño - Lotería de Medellín sur leur leader Óscar Sevilla, le directeur technique, Raúl Mesa lance deux hommes forts Giovanni Báez et Walter Pedraza dans une échappée. Ceux-ci arrivent avec plus de deux minutes trente d'avance sur le peloton à Zipaquirá[19]. Cependant, bien que Pedraza prenne le maillot jaune le lendemain[24], ils perdent régulièrement du temps pour terminer au-delà de la dixième place (le champion de Colombie, onzième et Báez, vingt-troisième[3]). Au contraire de Camilo Gómez, présent aussi dans l'échappée[20], qui conserve plus de deux minutes de l’avantage accumulé ce jour-là pour s'adjuger l'épreuve, malgré toutes les attaques dont il fut l'objet, après sa prise de pouvoir, lors de la sixième étape[25]. De son propre aveu, l'instant le plus critique se situe lors de la montée finale à Cali, où il fut près de céder[43]. Le Bolivien Óscar Soliz, membre également de la fugue[20], réussit à sauvegarder quelques secondes du bénéfice amassé, pour terminer deuxième de la compétition[3].
L'Espagnol Sevilla et Alex Cano justifient leur statut de favoris en terminant immédiatement derrière. Puis en cinquième et sixième positions, un duo de l'équipe Coltejer - Alcaldía de Manizales, Danny Osorio et Diego Calderón suit. Ils réussissent à préserver une bonne place au classement général, fruit d'une échappée (dans la première étape pour le plus jeune[36] et dans la quatrième pour le plus expérimenté[20]) et d'une présence aux avant-postes le reste de la semaine. À l'instar du Tour de Colombie 2013, Jahir Pérez et Diego Quintero finissent dans les dix premiers.
Comme en 2011, Cristian Talero est sacré meilleur sprinteur de l'épreuve. Tandis que Fabio Montenegro reconquiert le trophée des meilleurs grimpeurs, trois ans après. La victoire de Sevilla, le dernier jour, lui permet de déloger Gómez de la tête du classement de la régularité et d'aider sa formation à subtiliser le titre de meilleure équipe de la course aux Coldeportes - Claro[3].

RéférencesModifier

  1. a b et c (es) « Definido el recorrido del Clásico RCN 2013. El Duelo de Titanes iniciará en Florencia (Caquetá) y terminará en Buenaventura », sur revistamundociclistico.com, (consulté le 24 septembre 2013)
  2. a et b (es) « Listado de participantes », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 19 janvier 2016)
  3. a b c d e f g et h (es) « Les différents classements de la dixième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 6 octobre 2013)
  4. a et b (es) « Clásico RCN-Claro: Jorge “Piyuyo” Martínez ganó en Garzón y es el primer líder », sur revistamundociclistico.com (consulté le 28 septembre 2013)
  5. a b et c (es) « “El del Clásico RCN, es un recorrido diferente a las otras carreras, para mí hay muchas novedades”: Oscar Sevilla », sur revistamundociclistico.com, (consulté le 5 mars 2014)
  6. (es) « Clásico RCN: Camilo Gómez gran campeón. Oscar Sevilla ganó la CRI de cierre en Buenaventura », sur revistamundociclistico.com, (consulté le 8 janvier 2014)
  7. a et b (es) « “El recorrido del Clásico RCN 2013 es para pasistas”: Félix Cárdenas », sur revistamundociclistico.com, (consulté le 25 novembre 2016)
  8. (es) « “Las bonificaciones serán claves en el Clásico RCN”: Alex Cano », sur revistamundociclistico.com, (consulté le 29 septembre 2013)
  9. (es) « “Esperamos ganar el Clásico RCN”: Gabriel Jaime Vélez », sur revistamundociclistico.com, (consulté le 29 septembre 2013)
  10. (es) « “El Clásico RCN tendrá equipos muy fuertes”: Carlos Mario Jaramillo », sur revistamundociclistico.com, (consulté le 14 octobre 2013)
  11. a et b (es) « “Nuestro objetivo es hacer una buena clasificación general”: Rafael Antonio Niño », sur revistamundociclistico.com, (consulté le 29 septembre 2013)
  12. (es) « Vuelta a Boyacá: Félix ‘El Gato’ Cárdenas saca de nuevo las uñas en Cómbita. Jair Pérez sigue en la punta de la carrera », sur revistamundociclistico.com, (consulté le 25 novembre 2016)
  13. (es) « Clásica Faca: Campeones Bogotanos en la segunda edición de la Clásica Facatativá », sur www.nuestrociclismo.com, (consulté le 30 septembre 2013)
  14. « Le classement général final de la Vuelta a Boyacá », sur www.siteducyclisme.net (consulté le 30 septembre 2013)
  15. (es) « Vuelta a Boyacá: Freddy Montaña ganó la CRI en Chiquinquirá y acecha el liderato de Jair Pérez », sur revistamundociclistico.com, (consulté le 29 septembre 2013)
  16. (es) « Clásico RCN-Claro: Jaime Castañeda ganó en Neiva. Jorge Martínez sigue al frente », sur revistamundociclistico.com, (consulté le 9 janvier 2014)
  17. (es) « Iván Parra se recupera luego de la fuerte caída que sufrió en el Clásico RCN-Claro », sur revistamundociclistico.com (consulté le 10 octobre 2013)
  18. (es) « Jairo Salas, ganador en Girardot de la tercera etapa del Clásico RCN », sur www.eltiempo.com, (consulté le 11 janvier 2014)
  19. a b et c (es) « Clásico RCN-Claro: Byron Guamá ganó el embalaje en Zipaquirá. Luis Martínez es el nuevo líder », sur revistamundociclistico.com, (consulté le 9 janvier 2014)
  20. a b c d e et f (es) « Les différents classements de la quatrième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 1er octobre 2013)
  21. (es) « Revolcón en la general del Clásico RCN », sur www.eltiempo.com, (consulté le 4 octobre 2013)
  22. (es) « Les classements officiels de la cinquième étape, cf le communiqué n°8 du jury des commissaires, p.15 », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 2 octobre 2013)
  23. a b c et d (es) « Les différents classements de la cinquième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 1er octobre 2013)
  24. a et b (es) « Walter Pedraza es el nuevo líder del Clásico RCN », sur www.eltiempo.com, (consulté le 25 novembre 2016)
  25. a et b (es) « Camilo Gómez, nuevo líder del Clásico RCN tras la sexta etapa », sur www.eltiempo.com, (consulté le 6 octobre 2013)
  26. a et b (es) « Clásico RCN, Et.6: "Los Gómez se estrenaron", Álvaro la victoria y Camilo el liderato », sur www.nuestrociclismo.com, (consulté le 6 octobre 2013)
  27. (es) « Clásico RCN-Claro: Álvaro Gómez corona Norte América. Camilo Gómez es el nuevo puntero de la carrera », sur revistamundociclistico.com, (consulté le 6 octobre 2013)
  28. a b et c (es) « Les différents classements de la sixième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 2 octobre 2013)
  29. (es) « Clásico RCN, Et.7: Boyacenses al comando, Jahir Pérez en Anserma y Camilo Gómez líder ratificado », sur www.nuestrociclismo.com, (consulté le 7 octobre 2013)
  30. a b et c (es) « Les différents classements de la septième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 4 octobre 2013)
  31. a et b (es) « Camilo Gómez, un paso más hacia al título del Clásico », sur www.eltiempo.com, (consulté le 8 octobre 2013)
  32. (es) « Clásico RCN-Claro: Edward Beltrán se impone en Cali (Kilometro 18). Camilo Gómez defendió el liderato de la prueba », sur revistamundociclistico.com, (consulté le 9 octobre 2013)
  33. (es) « Clásico RCN, Et.8. Edward Beltrán ganó en el Km18, Camilo Gómez líder inamovible », sur www.nuestrociclismo.com, (consulté le 5 mars 2014)
  34. (es) « Camilo Gómez saborea el triunfo del Clásico RCN », sur www.eltiempo.com, (consulté le 9 octobre 2013)
  35. (es) « Clásico RCN, Et.9: Talero "Con Fe en la Causa" gana etapa y título de volantes, Camilo Gómez a 17k de la corona », sur www.nuestrociclismo.com, (consulté le 9 octobre 2013)
  36. a b et c (es) « Les différents classements de la première étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 28 septembre 2013)
  37. a et b (es) « Les différents classements de la deuxième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 28 septembre 2013)
  38. a et b (es) « Les différents classements de la troisième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 29 septembre 2013)
  39. a et b (es) « Les différents classements de la huitième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 4 octobre 2013)
  40. a et b (es) « Les différents classements de la neuvième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 6 octobre 2013)
  41. (es) « Camilo Gómez campeón del Clásico RCN, Oscar Sevilla ganó la crono y alcanzó el podio », sur www.nuestrociclismo.com, (consulté le 9 janvier 2014)
  42. (es) « Camilo Gómez campeón del Clásico RCN, Oscar Sevilla ganó la crono y alcanzó el podio voir Declaraciones », sur www.nuestrociclismo.com, (consulté le 13 octobre 2013)
  43. (es) « Camilo Gómez, el nuevo 'titán' del ciclismo colombiano », sur www.eltiempo.com, (consulté le 12 octobre 2013)

Lien externeModifier