Ouvrir le menu principal

Civray (Cher)

commune française du département du Cher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Civray.

Civray
Civray (Cher)
Église Saint-Pierre, XIIe, XVIIe et XIXe.
Blason de Civray
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement Bourges
Canton Chârost
Intercommunalité Communauté de communes Fercher - Pays florentais
Maire
Mandat
Serge Jeanzac
2014-2020
Code postal 18290
Code commune 18066
Démographie
Population
municipale
950 hab. (2016 en diminution de 5,09 % par rapport à 2011)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 58′ 05″ nord, 2° 10′ 30″ est
Altitude Min. 125 m
Max. 162 m
Superficie 40,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Civray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Civray

Civray est une commune française située dans le département du Cher en région Centre-Val de Loire.

GéographieModifier

Appartenant au Pays florentais, la commune de Civray est constituée de cinq villages : Bois-Ratier, Civray bourg, Entrevins, la Chapelle du Puits et le Coudray[1].

La commune fait partie du canton de Chârost, même après 2015[2],[3].

La culture de la lentille verte du Berry[4] est présente dans la commune.

LocalisationModifier

TransportModifier

BusModifier

La commune est desservie par la ligne TER Centre-Val de Loire : ChâteaurouxBourges et par la ligne V du Réseau de mobilité interurbaine[5].

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attestée sous les formes Civraicum[6] et de Civraico en 1163[7], Sivray en 1180, Syvriacum et de Syvriaco entre 1185 et 1217[7], Sevrae le Champenois en 1228, Civray le Campanoix en 1534.

Ce toponyme semblerait dériver de l'anthroponyme gallo-romain Severius[7].

HistoireModifier

Ce village était situé sur la voie romaine reliant Bourges à Argenton-sur-Creuse.

HéraldiqueModifier

Les armoiries de Civray se blasonnent ainsi :

De sinople à la porte de ville flanquée de deux échauguettes d'argent ; au chef cousu d'azur chargé d'une clé d'or accostée de deux fleurs de lis du même.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1977 mars 1989 Roger Ledet    
mars 1989 mars 2001 Daniel Bonneau    
mars 2001 mars 2008 Guy Petit    
mars 2008 En cours
(au 26 septembre 2014)
Serge Jeanzac[2] DVD Agent technique

DémographieModifier

La communauté de Civray est en crise démographique au début du XVIIIe siècle, puisqu’elle passe de 136 feux en 1709 à 126 en 1726[8]. L’hiver de 1709-1710 notamment cause de nombreuses pertes, ainsi que la grande canicule de 1719 (qui tua beaucoup par dysenterie)[9].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2016, la commune comptait 950 habitants[Note 1], en diminution de 5,09 % par rapport à 2011 (Cher : -1,47 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1561 2661 3161 3691 5571 4041 3431 3741 346
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4201 3901 4401 3651 3851 3661 3841 3751 269
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2161 2271 1951 0921 032975905900940
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
9548938408131 0231 0041 0011 0011 008
2016 - - - - - - - -
950--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

 
Grange des Dîmes, Civray.
  • Église Saint-Pierre, XIIe, XVIIe et XIXe siècles, romane. L'église est un édifice du XIe siècle et est de style roman. La nef et le chœur ont été restaurés au XVe siècle, le clocher-porche est du XIIe. Cette église était autrefois sous le patronage de l'abbaye de Saint-Sulpice de Bourges. Une petite pièce à l'entrée de l'église aurait servi de dormitorium (dortoir) aux pèlerins en route vers Saint-Jacques-de-Compostelle. En 1661, le clocher a été frappé par la foudre et a alors été remplacé par l'humble clocheton actuel. Avant la Révolution, l'église possédait trois autels, de Notre-Dame, de saint Pierre et de saint Eloi.
  • Grange des Dîmes, XVe siècle. Possession de l'abbaye Saint-Sulpice, la grange des Dîmes de Civray est un vaste bâtiment à porte charretière simple, sans auvent.Certaines fenêtres à meurtrières des extrémités sud-ouest et nord-est, ainsi qu'une porte en plein cintre, datent peut-être du XVe siècle. Bien que l'édifice possède des murs porteurs d'une épaisseur de 1,40 mètre, plusieurs jambes de force de la charpente prennent appui sur des corbeaux ou des colonnes baguées en pierre.
  • Chapelle Notre-Dame de Sérigny, inscrit dans sa presque intégralité monument historique depuis 2006, était une chapelle annexe à l'église Saint-Pierre. La nef a été construite au XIIe siècle et restaurée au XVe siècle[14].

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Fiche de la commune », sur www.cc-fercher.fr (consulté le 15 mai 2014)
  2. a et b Liste des maires du Cher et appartenance des communes aux cantons sur le site de la préfecture (consulté le 26 septembre 2014).
  3. Décret no 2014-206 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Cher
  4. Site de l'Institut national de l'origine et de la qualité : Lentilles vertes du Berry, consulté le 11 novembre 2014.
  5. « Indre (36) - Fiches horaires », sur le site du Réseau de mobilité interurbaine, consulté le 2 septembre 2018.
  6. Dans les archives de l'abbaye de Saint Sulpice.
  7. a b et c Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Page 494 - (ISBN 2600028838).
  8. Olivier Zeller, « Changement agraire et récession démographique : la première enquête Orry (1730). L'exemple de l'élection d'Issoudun », Annales de démographie historique 2/2007 (n° 114), p. 168
  9. Zeller, op. cit., p. 145 et 153
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  14. Monuments historiques : Chapelle Notre-Dame de Sérigny, Culture.gouv.fr, 26 mars 2010

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Site de la commune :

http://www.civray-cher.fr/

Sur les autres projets Wikimedia :