Cimetière musulman de Strasbourg

cimetière situé dans le Bas-Rhin, en France

Le Cimetière musulman de Strasbourg (Bas-Rhin, France), nommé localement cimetière musulman public est, avec celui de Bobigny, l'unique cimetière public entièrement réservé aux défunts musulmans de France métropolitaine. Il est inauguré en .

Cimetière musulman de Strasbourg
Pays
Département
Commune
Adresse
Rue du Baggersee, 67100 Strasbourg
Religion(s)
Mise en service
2012

StatutModifier

En raison de la saturation progressive des carrés musulmans, en raison d'une part grandissante de Musulmans choisissant de se faire enterrer en France au lieu de faire rapatrier leurs corps dans les pays d'origine, la ville de Strasbourg décide de la construction d'un nouveau cimetière entièrement dédiée aux sépultures musulmanes[1] pour un investissement de 800 000 euros [2]. Alors que les cimetières publics sont en France des espaces laïques de par la loi du , le droit local en vigueur en Alsace-Moselle permet la construction de cimetières publics confessionnels[1], bien que l'islam ne soit pas mentionné dans le Concordat de 1801[2], l'article 15 du décret du 23 prairial an XII (), stipulant que dans les communes où plusieurs cultes sont professés, chacun puisse disposer d'un lieu d'inhumation particulier[3].

Sa création ayant été adoptée par un vote unanime du conseil municipal[4], le cimetière est inauguré en [3] en présence du maire Roland Ries (PS), de l'ancienne maire Fabienne Keller (UMP), du sous-préfet, des représentants des cultes catholique, protestant et israélite[4] ainsi que du président du Conseil français du culte musulman Mohammed Moussaoui[5]. Conçus avec le Conseil régional du culte musulman et le monde associatif musulman local, le cimetière prévoit des sépultures orientées vers La Mecque et dispose d'équipements comme des salles équipées pour laver le corps du défunt et d'un espace de prière couvert pour les familles qui souhaitent suivre les rites traditionnels[3], les salles équipées pour les ablutions dans un petit bâtiment à l'entrée [2]. La crémation étant proscrite dans l'islam, une surface est prévue pour les ossuaires afin de recueillir les restes des tombes abandonnées ou dont la concession sera parvenue à expiration[5].

Les tombesModifier

Personnalités inhuméesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Sana Sbouai, « A Strasbourg, un cimetière musulman contribue à lutter contre les discriminations », sur bastamag.net, (consulté le 30 janvier 2021)
  2. a b et c Agence-France-Presse, « Un cimetière musulman municipal à Strasbourg: première en France grâce au droit local », sur lexpress.fr, (consulté le 30 janvier 2021)
  3. a b et c Chloé Woitier, « Le cimetière musulman de Strasbourg, un cas unique », sur lefigaro.fr, (consulté le 30 janvier 2021)
  4. a et b Philippe Landru, « Inauguration du premier cimetière musulman municipal de France », sur landrucimetieres.fr, (consulté le 30 janvier 2021)
  5. a et b Stéphanie Le Bars, « Strasbourg ouvre le premier cimetière public musulman de France », sur lemonde.fr, (consulté le 30 janvier 2021)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier