Chronologie des faits économiques et sociaux dans les années 1430

Années :
Décennies :
Siècles :
Millénaires :

Chronologie de l'économie

Années 1420 - Années 1430 - Années 1440

ÉvénementsModifier

  • 1427-1440 : sous le règne d'Itzcoatl, un aqueduc est construit de la source Chapultec jusqu'à Tenochtitlan pour alimenter la ville en eau[1].
  • 1436-1439 : ordonnances de Charles VII permettant la levée d'un impôt royal régulier, la taille, afin de financer l'armée[2].


  • Budget de l’État en France : 52,5 tonnes d’équivalent argent en 1430.
  • Les revenus annuels de la république de Venise se montent à 1 100 000 ducats en 1432, à égalité avec la Bourgogne, la France ou l’Angleterre. Milan ou Florence disposent de 300 000 ducats. Les rentes du Levant lui apportent 180 000 ducats, la « Terre Ferme » 300 000, Venise elle-même plus de 600 000. Les territoires qu’elle domine de l’Isonzo à l’Adda lui apportent de nouvelles ressources agricoles et industrielles, ainsi qu’un marché intérieur susceptible d’absorber les marchandises importées.
  • Angleterre : la franchise (condition à remplir pour bénéficier du droit de vote au Parlement) est fixée pour les habitants des comtés à la possession en franc-tenure d’un bien foncier rapportant au moins 40 shilling de revenu par an. Les modalités des bourgs sont précisées dans leur charte de privilèges et varient de l’un à l’autre.
  • Stagnation des prix agricoles et hausse des salaires en Allemagne : En 1437 le chapitre de la cathédrale de Lübeck ne reçoit plus que le tiers de ses revenus de 1352 alors que les frais d’exploitations ont considérablement augmenté[3].
  • La division du travail est de plus en plus marquée : le métier des forgerons se scinde à Munich en trois métiers (maréchaux-ferrants, fabricants de faux, armuriers)[4].
  • En Hongrie, 30 villes comptent entre 3 000 et 5 000 habitants. Buda atteint 8000 âmes.
  • La lutte de Sigismond contre les Ottomans a entraîné de fortes dépenses pour la Hongrie. Sigismond doit aliéner une partie du domaine royal, qui à sa mort en 1437 ne représente que 5 % du territoire contre 15 % à la mort de Louis d'Anjou. Parmi les bénéficiaires de ces aliénations se trouve au premier rang la famille des Cilli, dont le roi avait épousé une fille en secondes noces.
  • Peste à Vienne en 1436. L’épidémie a emporté de la fin du XIIIe au début du XIVe siècle 40 % de la population autrichienne. De nombreux villages sont désertés. L’inquiétude de la population s’est manifesté par des processions de flagellants et des pogromes antijuifs.
  • Stabilisation de la monnaie au Portugal (1435-1436)[5]. Retour à la frappe de l’or.
  • Selon Gemiste Pléthon (1439), la plus grande partie de la population du Péloponnèse vit du travail de la terre.

Notes et référencesModifier

  1. Désiré Charnay et Pascal Mongne, Voyage au Mexique : 1858-1861, Ginkgo Editeur, , 355 p. (ISBN 978-2-84679-001-7, lire en ligne)
  2. Gérard Noiriel, Une histoire populaire de la France : De la guerre de Cent Ans à nos jours, Agone, , 832 p. (ISBN 978-2-7489-0302-7, présentation en ligne)
  3. L'Occident aux XIVe et XVe siècles, par Jacques Heers Presses universitaires de France, 1970
  4. La face cachée du Moyen Âge, par Isaac Johsua Montreuil, La Brèche, 1988 (ISBN 2-902524-62-5 et 9782902524624)
  5. António Henrique R. de Oliveira Marques, Mário Soares, Jean-Michel Massa, Marie-Hélène Baudrillart (trad. du portugais), Histoire du Portugal et de son empire colonial, Paris, KARTHALA Editions, , 611 p. (ISBN 2-86537-844-6, lire en ligne)