Chroniqueur des Indes

Bien que habituellement on mentionne comme « Chroniqueurs des Indes » tous ceux qui ont écrit sur les territoires de l’Empire espagnol, seuls ceux qui figurent dans la liste suivante portaient le titre officiel de « Grand Chroniqueur des Indes », octroyé par le roi d'Espagne. Certains auteurs suggèrent qu'il serait plus opportun de réserver à ces personnes le titre de « Chroniqueurs des Indes », les autres devant être appelés simplement « Historiens des Indes »[1].

Americae nova tabula, Willem Blaeu, 1665.

La charge été instituée en 1571 par Philippe II. Elle était attribuée à vie, avec résidence à la cour et dépendit du Conseil des Indes jusqu’en 1744, date à laquelle Philippe a ordonné son transfert à l'Académie royale d'histoire, créée six ans plus tôt. Malgré cette disposition, Ferdinand VI et Charles III ont désigné deux candidats pour occuper ce poste.

« Pour que la mémoire des événements mémorables et signalés, qui ont ou qui auront eu lieu dans nos Indes, soit conservée, le Grand Chroniqueur de celles-ci, qui doit assister à notre Cour, est chargé d'écrire en permanence l'histoire générale de toutes ses Provinces, ou celle des principales d'entre elles, aussi précisément et fidèlement que possible, en enquêtant sur les coutumes, les rites, les antiquités, les faits et les événements, qui s'y sont produits, avec leurs causes, leurs motivations et leurs circonstances, pour que du passé on puisse prendre exemple pour l'avenir, en tirant la vérité des relations et des rôles les plus authentiques et les plus vrais et des communications qui nous seront envoyées au sein de notre Conseil des Indes, où il présentera tout ce qui sera écrit et sera conservé dans les Archives et dont il ne pourra pas être publié, ni imprimé plus de ce qui conviendra aux membres dudit Conseil. »

— Lois des Indes, livre II, titre XII[2]

Date de nomination Grands chroniqueurs des Indes Notes
1571 Juan López de Velasco
1591 Arias de Loyola Il fut admonesté pour sa faible productivité et finalement destitué[3].
1595 Pedro Ambrosio de Ondériz
1596 Antonio de Herrera y Tordesillas Le plus prolifique.
1625 Luis Tribaldos de Toledo
1635 Tomás Tamayo de Vargas
1643 Gil González de Ávila
1658 Antonio de León Pinelo
1660 Antonio de Solís y Ribadeneyra
1686 Pedro Fernández del Pulgar
1698 Luis de Salazar y Castro
1734 Miguel Herrero de Ezpeleta En 1744 Philippe V a édicté un décret royal par lequel les bureaux des chroniqueurs seraient transférés à l'Académie royale d'histoire.
1750 Martín Sarmiento Désigné par Ferdinand VI à l'encontre du décret de 1744. Il a démissionné (il fut le seul) pour s'occuper de l'abbaye du monastère de Ripoll[4].
1755

Académie royale d'histoire

Les académiciens membre du conseil des Indes ont reçu le nom de « réviseurs des Indes »[4].
1779 Juan Bautista Muñoz Désigné par Charles III contre le décret en vigueur, ce qui motiva les protestations de l'Académie[5]. En 1791, Muñoz fut nommé académicien en surnombre, ce qui régla les différends[6].
1799 Académie royale d'histoire

Notes et référencesModifier

  1. «Cronistas e Historiadores de Indias. Los Cronistas según Raúl Porras Barrenechea», en José Roberto Páez (ed. lit.), Cronistas coloniales. Primera parte, Quito, Biblioteca Ecuatoriana Mínima, 1960. Edición en línea Alicante, Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes, 2004 a partir de la de México, J. M. Cajica Jr., 1960.
  2. (es) Recopilación de Leyes de los Reynos de las Indias mandadas imprimir y publicar por...Carlos II...Va dividida en tres tomos, con el indice general, y al principio de cada tomo el indice especial de los títulos que contiene, t. 1, por la viuda de D. Joaquin Ibarra, , 4e éd., 660 p. (lire en ligne), p. 318-319.
  3. Fernando del Castillo Durán, Las crónicas de Indias, [Barcelona], Ediciones de Intervención Cultural (Biblioteca de Divulgación Temática, 79), 2004, págs. 128-129.
  4. a et b Memorias de la Real Academia de la Historia, vol. I, Madrid, Sancha, 1796, págs. LX-LXI.
  5. Mariano Cuesta Domingo, «Los cronistas oficiales de Indias. De López de Velasco a Céspedes del Castillo», Revista Complutense de Historia de América, vol 33 (2007), págs. 115-150.
  6. Antonio Rumeu de Armas, «Juan Bautista Muñoz recopilador de la Colección de Documentos para la Historia de América», en Eloy Benito Ruano (coord.) Homenaje y Memoria (I), 1999-2000, Madrid, Real Academia de la Historia (Minor, 3), 2003, págs. 11-26; cfr. esp. pág. 21.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier