Ouvrir le menu principal

Chronique des années de braise

film sorti en 1975
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Expédition d'Alger.
Chronique des années de braise
Description de l'image Chronique des annees de braise.jpg.

Titre original Waqa'i' sanawat ed-djamr
وقائع سنين الجمر
Réalisation Mohammed Lakhdar-Hamina
Scénario Tewfik Farès
Mohammed Lakhdar-Hamina
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Algérie Algérie
Genre Drame
Durée 177 minutes
157 minutes (version française)
Sortie 1975

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Chronique des années de braise (en arabe : وقائع سنين الجمر, Waqa'i' sanawat ed-djamr) est un film algérien réalisé par Mohammed Lakhdar-Hamina, sorti en 1975. Il remporte la Palme d'or de la 28e édition du Festival de Cannes. Il est le seul film algérien à obtenir cette récompense.

SynopsisModifier

Le film est composé en 6 chapitres :

  1. Les Années de Cendre
  2. Les Années de Braise
  3. Les Années de Feu
  4. L'Année de la Charrette
  5. L'Année de la Charge
  6. Le 1 novembre 1954

L'histoire du film commence en 1939 et se termine le 11 novembre 1954 et, à travers des repères historiques, démontre que le 1er novembre 1954 (date de déclenchement de la révolution Algérienne) n'est pas un accident de l'histoire, mais l'aboutissement d'un long processus, de souffrances, de combats d'abord politiques et puis militaires, qu'entreprit le peuple algérien contre le fait accompli qu'est la colonisation française débutant par un débarquement à Sidi-Ferruch le 14 juin 1830.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Autour du filmModifier

  • Ce film a été tourné dans la ville de Laghouat, une oasis située dans le Sud algérien, dans la ville de Sour El Ghozlane (ex Aumale), à 100 km au Sud d'Alger, ainsi que sur la place du marché à Ghardaïa.

DistinctionsModifier

Lors de sa projection au Festival de Cannes, Mohammed Lakhdar-Hamina avait été menacé de mort par des anciens de l'OAS nostalgiques de l'Algérie française, Michel Poniatowski, ministre de l’Intérieur de l'époque, envoie une brigade de sécurité pour la protection de Lakhdar-Hamina et ses trois enfants présents au festival[1].

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier