Ouvrir le menu principal

Christine Pascal

actrice, scénariste et réalisatrice française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pascal.
Christine Pascal
Naissance
Lyon
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 42 ans)
Garches (Hauts-de-Seine)
Profession Actrice, scénariste, réalisatrice

Christine Pascal est une actrice, scénariste et réalisatrice française, née le à Lyon et morte le à Garches[1],[2].

Sommaire

BiographieModifier

Enfance et étudesModifier

À 20 ans, Christine Pascal est étudiante en lettres à la faculté de Lyon et suit les cours du conservatoire d'art dramatique de Lyon[3].

Débuts au cinémaModifier

Elle est remarquée par Bertrand Tavernier qui la fait jouer dans L'Horloger de Saint-Paul en 1973. Elle tournera cinq films avec lui dont Que la fête commence (1974) et Des enfants gâtés (1977). Elle interprète son premier grand rôle (Jeanne) dans Les Guichets du Louvre (1974) de Michel Mitrani. Avec Isabelle Adjani et Isabelle Huppert, elles formaient un trio de jeunes comédiennes et ont été colocataires quelque temps, lorsqu'elles étaient « pauvres et jeunes actrices pleines d'illusions et de désir de gloire »[4].

En 1977, aux côtés d'Isabelle Huppert et de Nicole Garcia, elle joue le rôle de Lise dans Les indiens sont encore loin de la réalisatrice suisse Patricia Moraz.

En 1978, elle fait la connaissance du producteur suisse Robert Boner, sur le tournage du film Les Petites Fugues du réalisateur suisse Yves Yersin, pour lequel elle est assistante de production. Elle l'épouse en 1982 et acquiert la nationalité suisse.

 
Sépulture de la cinéaste au Père Lachaise.

Passage à la réalisationModifier

En 1979, elle se lance dans la réalisation de son premier film, Félicité, dont elle a écrit le scénario. Ce premier long-métrage, dans lequel elle interprète le rôle principal, évoque la vie intime d'une femme faisant le bilan de son existence, à contre-courant de l'orthodoxie féministe de l'époque[1]. Dans ses films suivants, elle ne sera plus que réalisatrice et scénariste. Selon Jean Tulard, la critique a montré une certaine sévérité quant à ses talents de réalisatrice[5].

En 1992, elle signe Le Petit Prince a dit avec Richard Berry et Anémone, qui remporte un important succès critique. Le film obtient le prix Louis-Delluc. Christine Pascal est également nommée au César du meilleur réalisateur, devenant ainsi la troisième femme à obtenir cette citation dans l'histoire du prix.

En 1994, elle est la voix française de Sigourney Weaver dans La Jeune Fille et la Mort de Roman Polanski.

Son film suivant, Adultère (mode d'emploi), sorti en 1995, est moins apprécié.

Alors qu'elle est soignée pour des troubles psychiatriques dans une clinique de Garches, le [6] elle se donne la mort en sautant par la fenêtre de l'établissement[7],[8].

CinémaModifier

FilmographieModifier

Comme réalisatrice et scénaristeModifier

Comme actriceModifier

Prix et nominationsModifier

ThéâtreModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Christine Pascal nous abandonne.L'actrice de «Que la fête commence» et réalisatrice du «Petit Prince a dit» s'est suicidée vendredi. Elle avait 42 ans. », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 novembre 2017)
  2. « Décès de Christine Pascal », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le 20 novembre 2017)
  3. Jean Tulard, Dictionnaire du cinéma - Les acteurs, Robert Laffont (ISBN 978-2-221-10895-6), p. 894
  4. Catherine Breillat, Corps amoureux, 2006.
  5. Jean Tulard, Dictionnaire du cinéma - Les réalisateurs, Robert Laffont (ISBN 978-2-221-10832-1), p. 738
  6. Jean Butin, Ces Lyonnaises qui ont marqué leur temps : passionnées, fascinantes, légendaires, Lyon, Éditions lyonnaises d'art et d'histoire, , 256 p. (ISBN 284147092X), p. 259-264.
  7. « Christine Pascal nous abandonne », Libération, .
  8. « Le psychiatre condamné après le suicide de l'actrice », leparisien.fr,‎ 2003-03-07cet00:00:00+01:00 (lire en ligne, consulté le 20 novembre 2017)

Liens externesModifier