Ouvrir le menu principal

Le christianisme en Azerbaïdjan est une religion minoritaire. Les chrétiens représentent 4,8 % de la population du pays[1]. 2,5 % de la population appartient à l'Église orthodoxe russe (1998), affiliés à une Éparchie orthodoxe russe. L'Église apostolique arménienne se situe exclusivement dans la république autoproclamée du Haut-Karabagh, à majorité arménienne. Il existe également une minorité orthodoxe des oudis (Église d'Aghbanie) de près de 8 000 personnes, ainsi que 11 communautés de Moloques. Le nombre de protestants est estimé à moins de 7 000, et celui de catholiques romains à 400 ou 900.

Sommaire

HistoireModifier

Le christianisme s'est étendu au territoire de l'Azerbaïdjan dans les premières années de la nouvelle ère. La première étape de cette période est appelée la période des apôtres Barthélemy et Thaddée, qui ont répandu la nouvelle religion par la bénédiction du premier patriarche de Jérusalem. La première église a été érigée dans le village de Kich. Cette église a été construite avant la première église chrétienne arménienne[2],[3],[4].

Information généraleModifier

Les adhérents du christianisme orthodoxe oriental en Azerbaïdjan sont principalement des Arméniens de souche et des Géorgiens. Les communautés orthodoxes russes appartiennent à l'Église orthodoxe russe en Azerbaïdjan. L'ensemble du territoire de l'Azerbaïdjan est sous la juridiction ecclésiastique de l'éparchie russe orthodoxe de Bakou et de l'Azerbaïdjan, située dans la cathédrale Saint- Myrrhophores de Bakou[2].

Il n'y a qu'une seule congrégation dans l'Église catholique en Azerbaïdjan: une église à Bakou a été ouverte en 2007.

L’église albano-udi est une minorité de la population d'Udi en Azerbaïdjan.

Il existe une communauté luthérienne allemande, comptant probablement moins de 7 000 protestants. Il existe également une communauté et des églises orthodoxes géorgiennes[2].

Il y a onze communautés Moloques. Les Moloques sont une minorité chrétienne qui, tout comme les protestants en Europe occidentale, centre leurs croyances sur la Bible et rejette la hiérarchie des églises. 2,5% de la population appartient à l'Église orthodoxe russe (1998). L'église orthodoxe russe en Azerbaïdjan a pour siège l'Aparchie de Bakou et la région de la mer Caspienne en Azerbaïdjan. Parmi les célèbres églises russes se trouvent l'église de Michel (archange), la cathédrale Saint- Myrrhophores et la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky détruite par les communistes au début du XXe siècle[2].

Catholicisme romainModifier

Des missionnaires catholiques arrivèrent en Azerbaïdjan dès le XIVe siècle. Au début du XXe siècle, l'Azerbaïdjan, vivait à Bakou une communauté de dix mille catholiques polonais, russes et allemands. La seule église (construite en 1912) fut fermée, à l'arrivée des bolcheviques puis démolie en 1931; son prêtre fut assassiné. Cependant en l'an 1992, un prêtre slovaque vint à Bakou fonder une communauté. Le pape Jean-Paul II visita l'Azerbaïdjan en 2002. De nos jours, la communauté catholique compte 400 fidèles autochtones et un millier d'étrangers vivent en Azerbaïdjan. Une seule paroisse existe.

Notes et référencesModifier

  1. (en) The World Factbook, « Azerbaijan », CIA (consulté le 15 juin 2009), section people
  2. a b c et d « Бакинско-Азербайджанская епархия РПЦ | История христианства и христианские общины в Азербайджане », sur baku.eparhia.ru (consulté le 3 septembre 2018)
  3. (en-US) « Global Christianity », Pew Research Center's Religion & Public Life Project,‎ (lire en ligne, consulté le 3 septembre 2018)
  4. United States Department of State, Country Reports on Human Rights Practices for 1992, (Washington: U.S. Government Printing Office, February 1993), p. 708

Voir aussiModifier