Christian Méry

acteur, auteur, chanteur et fantaisiste
Christian Méry
Nom de naissance Paul Constantin Filippini
Naissance
Principauté de Monaco
Nationalité Drapeau de France Français
Décès (à 91 ans)
Paris 14e
Profession acteur, chanteur, compositeur
Films notables Comme un cheveu sur la soupe
Le Grand Bluff
Les trois font la paire
La Vendetta

Christian Méry (né Paul Constantin Filippini le à Principauté de Monaco, et mort le à Paris 14e) est un acteur, humoriste, chanteur, auteur et compositeur français, d'origine corse. Au cinéma, il a joué entre autres au côté de Michel Simon, Louis de Funès, Francis Blanche, et Darry Cowl.

BiographieModifier

Christian Méry a grandi dans le respect des traditions corses : la famille, l'honneur et l'amitié. Les siens sont originaires d'Orezza. Son instituteur disait de lui : « il sera comédien ou député », il est devenu comédien. Au cours de la Deuxième Guerre mondiale, il prit part en tant que volontaire au débarquement d'Arromanches avec les commandos parachutistes du Special Air Service (SAS) d'Angleterre. Il en reviendra après avoir failli perdre la vie.

Après la guerre, il fut successivement liftier dans un Palace, garçon dans les wagons-lits, chanteur d'orchestre, joueur de batterie, choriste, accessoiriste, machiniste et régisseur de théâtre. Il suit simultanément des cours de danse et de comédie et devient même, par besoin, professeur de claquettes.

ThéâtreModifier

« Christian Méry est celui qui a transformé l'Île d'humour en Île d'amour » disait de lui le grand découvreur de talents français, Jacques Canetti, qui le repéra dans un music-hall de province. Il devina sa forte personnalité et lui proposa de jouer dans son théâtre les Trois Baudets à Paris, en compagnie de deux autres débutants : Jacques Brel et Georges Brassens.

Comédie musicaleModifier

Il revint à ses premières amours : la comédie musicale et créa au Théâtre de l'ABC Belle de Paris et la Grande revue de l'ABC. Il passa ensuite à la Comédie où il créa en 1953 au Théâtre de l'Œuvre les Sargasses de Mouloudji avec Jean Topart, sur les boulevards Ciné Massacre de Boris Vian mise en scène d'Yves Robert et Les Carnets du Major Thomson de Daninos avec deux débutants Pascale Audret et Jean Yanne.

Il fut également très apprécié avec son sketch Le Taxiphone, puis il fit une entrée remarquée à l'Olympia où la presse loua son talent et le hissa dans le peloton de tête des amuseurs. Bruno Coquatrix l'accueillit en compagnie de son ami Georges Brassens, de Charles Trenet, Dalida, Charles Aznavour et Trini Lopez. Un soir un monsieur vint le féliciter en coulisse c'était Woody Allen.

CinémaModifier

Dès 1956, il joue au cinéma en co-vedette avec Jean-Paul Roussillon et Claude Brasseur dans L'Amour descend du ciel, de Maurice Cam. Il campe ensuite des personnages extraordinaires de cocasserie, d'humour et de violence dans une trentaine de films. En 1960 on lui offre à nouveau la vedette dans Le Pain des Jules de Jacques Séverac. Son personnage de sauveur, tueur à demi-fou, fit date dans sa carrière cinématographique. Mais son plus beau souvenir est d'avoir été choisi par Sacha Guitry en 1957 pour jouer aux côtés de Michel Simon dans Les trois font la paire.

À la télévision, il a été également l'un des fantaisistes vedettes de l'émission de Georges Folgoas sur TF1, Et bien raconte.

L'artisteModifier

 
Tombeau de Christian Mery - 8e Division - Cimetière de Montmartre - 75018 Paris

Comédien, chanteur, danseur, peintre, homme de lettres, metteur en scène, humoriste, les histoires corses ne constituent qu'une petite partie de son répertoire, mais c'est celui qu'il préfère. « Rien dans les mains, rien dans le visage, tout dans le cœur », telle était la ligne de conduite que s'était fixée Christian Méry « le joueur d'histoires ».

Christian Méry n'a fait que raconter la vie de tous les jours, avec bon sens et talent. Ses sketches sont en fait des petites misères quotidiennes revues et corrigées.

Christian Méry est enterré dans la 8e Division du Cimetière de Montmartre, à Paris. Le tombeau ne contient pas encore son nom mais sur le flanc droit est gravé "Corsica mia patria, Parigi mio paèse", sur le flanc gauche est gravée une longue liste d'artistes qui l'ont côtoyé durant sa vie, à gauche de la porte vitrée se trouve une petite image de sainte Rita (très vénérée en Corse), et à droite de la porte vitrée se trouve son portrait.

RencontresModifier

Christian Méry a côtoyé et joué avec les plus grands artistes français de son époque. Il fut à la fois proche et eut beaucoup de reconnaissance pour Tino Rossi, Jacques Brel, Michel Simon, Louis de Funès, Francis Blanche, Darry Cowl, Christian Marin, Achille Zavatta, Jean Richard, Raymond Devos, Guy Bedos, Fernand Raynaud, Michel Galabru, Georges Brassens, Charles Aznavour, Mouloudji, Joe Dassin, Michel Orso, Annie Cordy, Eddy Mitchell.

FilmographieModifier

TélévisionModifier

DiscographieModifier

Auteur compositeur, il enregistre chez Philips Fontana des chansons que ses amis ont écrites pour lui : Vendetta de Georges Brassens, Oh mon amour de Charles Aznavour, Julot poil dans la main de Francis Lemarque.

Pour Pathé Marconi, il écrit une œuvre corse La Légende de Sibilia. Pour AZ il enregistre en compagnie de Mouloudji un coffret L'Anthologie de la chanson paillarde avec Danièle Évenou, Robert Dalban et Armand Mestral.

PublicationsModifier

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier