Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boltanski.
Christian Boltanski
Christian-Boltanski-portrait.jpg
Christian Boltanski photographié dans son atelier
par Bracha L. Ettinger en 1990[1].
Naissance
(75 ans)
Paris
Pseudonyme
Amicale des témoinsVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
française
Activité
Représenté par
Marian Goodman Gallery (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Jean-Élie Boltanski (d)
Luc BoltanskiVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Œuvres principales
Personnes (Paris)

Christian Boltanski est un artiste plasticien français, né le à Paris. Photographe, sculpteur et cinéaste, connu avant tout pour ses installations, il se définit lui-même comme peintre, bien qu'il ait depuis longtemps abandonné ce support. Boltanski est reconnu comme l'un des principaux artistes contemporains français. Il vit à Malakoff dans un bâtiment industriel reconverti en logements d'artistes par l'architecte Robert-Antoine Montier.

BiographieModifier

FamilleModifier

Christian Boltanski est le fils d'un père juif d'origine russe, médecin, et d'une mère chrétienne corse[2]. Dans un entretien il disait :

« Mon père était juif [d’origine russe]. Pendant la guerre, ma mère [catholique] a eu peur. Un jour, elle a fait semblant de s’engueuler avec lui. Ensuite elle l’a caché sous le plancher et a demandé le divorce. Il est resté un an et demi dans cette cachette… Puis mes parents se sont remariés. »

Il a deux frères, le sociologue Luc Boltanski et le linguiste Jean-Élie Boltanski. Le journaliste, écrivain et chroniqueur Christophe Boltanski est son neveu.

ParcoursModifier

Il commence à peindre en 1958, à l’âge de 14 ans, alors qu’il n’a jamais connu de véritable scolarité ni suivi de formation artistique au sens traditionnel du terme[3]. Adolescent, son père lui aurait fait rencontrer André Breton, son condisciple du lycée Chaptal qui lui aurait déconseillé cette voie :

« Vous avez l'air très gentil. Ne devenez pas artiste. Ils sont tous méchants. C'est un sale milieu[4]. »

Boltanski s'éloigne de la peinture à partir de 1967 et expérimente l'écriture, par des lettres, des installations ou des dossiers qu'il envoie à des personnalités artistiques. Dans la biographie qu'il rédige en 1984, à l'occasion d'une rétrospective, il décrit sa vocation artistique ainsi :

« 1958. Il peint, il veut faire de l'art. 1968. Il n'achète plus de revues d'art moderne, il a un choc, il fait de la photographie, blanche et noire, tragique, humaine… »

Il réalise une série de films courts entre 1969 et 1971, dans lesquels il se met en scène dans des dispositifs grotesques (L’Homme qui tousse, L’Homme qui lèche, Derrière la porte).

Prise de positionModifier

Il soutient François Hollande, le candidat PS à l'élection présidentielle de 2012[5].

Vie privéeModifier

Boltanski est marié à la photographe plasticienne Annette Messager.

ŒuvresModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2010)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Boltanski questionne la frontière entre absence et présence. En effet, l’absence est un sujet récurrent dans son travail : la vidéo comme la photo sont des présences, des mémoires qui, selon lui, au lieu de faire revivre les absents, vont au contraire mettre davantage en évidence leur disparition.

Employant divers matériaux (photographies anciennes, objets trouvés, carton ondulé, pâte à modeler, luminaires, bougies…), Boltanski cherche l’émotion à travers toutes les expressions artistiques qu’il utilise : photos, cinéma, vidéo. Les thèmes omniprésents dans son œuvre sont la mémoire, l’inconscient, l’enfance et la mort.

Une des particularités de l'artiste est sa capacité à reconstituer des instants de vie avec des objets qui ne lui ont jamais appartenu mais qu'il expose pourtant comme tels. Il imagine une vie, se l'approprie et tous les objets de ses dossiers, livres, collections sont les dépositaires de souvenirs. Ils ont un pouvoir émotionnel fort, car ils font appel à la « petite-mémoire », c'est-à-dire à la mémoire affective.

Ces œuvres en appellent au souvenir, du souvenir d’enfance au souvenir des défunts, et d’une histoire personnelle à l’histoire commune de toutes et de tous. En 1972, Boltanski intitule une section de son exposition « mythologie individuelle », un concept représentatif de son rapport à l'autobiographie.

Depuis plusieurs années, il favorise principalement dans son travail d'énormes installations telles que Personnes à la Monumenta du Grand-Palais[6], No Man's Land à l'Armory de New-York (en) ou encore Chance au pavillon français de la Biennale de Venise en 2011.

En dehors de ces projets éphémères, il installe des œuvres permanentes qui s'augmentent constamment telles que Les archives des cœurs dans l'île de Teshima au Japon ou Les dernières années de CB sur l'île de Tasmanie en Australie.

Sélection d'œuvresModifier

  • Monument, Musée du MAC/VAL
  • La chambre ovale, 1990
  • Les archives de C.B., enregistrement vidéo, Brigitte Cornard, Christian Boltanski, participant, 1998 (avec notamment L'Homme qui tousse)
  • Essai de reconstitution (Trois tiroirs), 1970-1992
  • Vitrine de référence, 1971
  • Sans titre, 1971, vitrine contenant 98 sucres taillés et fixés sur carton, 56 × 85,5 × 10 cm, musée d'art de Toulon
  • Saynètes comiques, 1974
  • Les Registres du Grand-Hornu, 1977
  • Composition théâtrale, 1981
  • Monument, 2,60 × 11 m, musée de Grenoble, 1985
  • Enfants de Dijon, 1996
  • Les archives de C.B. 1965-1988, 1989
  • L’homme qui tousse (réalisé avec J.-C. Valesy), 1969 Film 16 mm couleur, sonore, 3 min. Une pièce teintée de rouge et noir, éclairée par une fenêtre, un homme assis par terre dont seule la bouche est visible est en train de cracher du sang, le sang se déverse sur ses jambes allongées sur le sol.
  • La maison manquante, 1990
  • Réserve[7], 1990 Installation présentée dans une pièce aux murs blancs pour présenter l'horreur de la guerre ; les murs de la pièce sont recouverts de vieux vêtements, qui semblent répartis en plusieurs étages.
  • Reliquaire, les linges, 1998
  • Les Abonnés du téléphone, 2000[8]
  • Le Parcours d'ombre à Vitteaux, 2004[9]
  • La Parabole, 2005
  • Installation au Museo per la Memoria di Ustica à Bologne autour des éléments du DC-9 reconstitué et des objets personnels des victimes de la tragédie d'Ustica
  • Personnes[10], 2010
  • Animitas, 2017, Musée national des beaux-arts du Québec à Québec[11]

ExpositionsModifier

  • Biennale de Paris : 1975
  • documenta, Kassel
    • 1972 : « L’album de la famille D. » lance sa carrière internationale.
    • 1987 montre un tournant dans ses sources d'inspiration ; Boltanski s'éloigne de la photographie et se tourne vers le vêtement, objet de mémoire notamment de la Shoah.
  • Biennale de Venise : 1986
  • L'arteppes-espace d'art contemporain[12], 1997
  • Monumenta 2010 : Boltanski investit la nef du Grand Palais Sa création intitulée Personnes[13] est ensuite présentée au Park Avenue Armory (en) (en) de New York (du 14 mai au 13 juin 2010) et au Hangar Bicocca de Milan (du 25 juin au 26 septembre 2010)
  • MAC/VAL, musée d'art contemporain du Val-de-Marne (du 15 janvier au 28 mars 2010) « Après »
  • Biennale de Venise 2011 : Boltanski représente la France lors de la 54e édition. Il a choisi comme commissaire d'exposition Jean-Hubert Martin[14].
  • Mons 2015 : « La salle des pendus » au Grand-Hornu (du 15 mars au 16 août 2015)
  • Monnaie de Paris 2015 : « Take Me (I'm Yours) » (du 16 septembre au 7 novembre 2015)Conçue par Christian Boltanski et Hans Ulrich Obrist, l'exposition est récréée à la Monnaie de Paris après avoir été initiée vingt ans auparavant à Londres. Elle donne l'occasion au visiteur de participer de façon interactive en pouvant emporter, troquer ou échanger des objets ou vêtements trouvés ou apportés sur place.
  • Musée d'art moderne de Bologne, « Anime. Di luogo in luogo » (du 6 juin au 12 novembre 2017)
  • Musée national d'art, Osaka, « Christian Boltanski - Lifetime » (du 9 février au 6 mai 2019[15])
  • Centre Pompidou, « Boltanski » (du 13 novembre 2019 au 16 mars 2020[16],[17])

PublicationsModifier

Écrits et témoignagesModifier

Catalogues d'expositionModifier

DistinctionsModifier

PrixModifier

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Pour le livre d'artiste Matrix et le Voyage à Jérusalem de C.B. (1991).
  2. « Christian Boltanski au Grand Palais », ArtCult, 12 janvier 2010.
  3. « Souvenirs d'enfance à Désertines », France Culture, 12 décembre 2004.
  4. Christophe Boltanski, La Cache, Stock, « Collection bleue », 2015 (ISBN 978-2-234-07637-2).
  5. « Les "hollandais" de la culture. Ces artistes qui le soutiennent », Le Figaro, encart « Le Figaro et vous », jeudi 10 mai 2012, page 32.
  6. Voir sur france-amerique.com.
  7. « Parcours pédagogique : Christian Boltanski », Centre Pompidou
  8. « Présentation des œuvres de Boltanski », sur mam.paris.fr/ (consulté le 2 octobre 2012).
  9. « Parcours Boltanski », sur www.cotedor-tourisme.com
  10. « Monumenta 2010 », notice du Grand Palais.
  11. Animitas, 2017 Collection Musée national des beaux-arts du Québec
  12. Voir sur larteppes.org.
  13. Sur le site de « Monumenta 2010 ».
  14. Ancien directeur de la Kunsthalle de Berne, du musée national d'art moderne, du musée national des arts d'Afrique et d'Océanie et du Museum Kunst Palast (de)(de) de Düsseldorf et actuellement directeur honoraire du musée national d'art moderne - Centre Georges Pompidou.
  15. « Christian Boltanski - Lifetime | 2019 | Upcoming | Exhibitions | NMAO:The National Museum of Art, Osaka », sur nmao.go.jp (consulté le 30 janvier 2019)
  16. Exposition « Boltanski » sur Divento.com.
  17. Centre Pompidou.
  18. Liste des lauréat du prix sur le portail franco-allemand.
  19. Archives des nominations et promotions dans l'ordre des Arts et des Lettres.
  20. Décret du 14 avril 2006 portant promotion et nomination

Voir aussiModifier

EssaisModifier

  • Alain Fleischer et Didier Semin, « Christian Boltanski : la revanche de la maladresse », Art press no 128, septembre 1988
  • Didier Semin, Christian Boltanski, Paris, Éditions Art Press, 1989
  • Lynn Gumpert, Christian Boltanski, Paris, Flammarion, 1992
  • Éliane Burnet, « Dépouilles et reliques, les Réserve de Christian Boltanski », Les Cahiers du Musée national d'art moderne, no 62, hiver 1997-1995
  • Gilbert Lascault, Boltanski : souvenance, Paris, L'Échoppe, 1998
  • Catherine Grenier (avec Christian Boltanski), La Vie possible de Christian Boltanski, Seuil, coll. « Fiction & Cie », 2007
  • Peter Lodermeyer, Karlyn De Jongh & Sarah Gold, Personal Structures: Time Space Existence, DuMont Verlag, Cologne, 2009
  • Catherine Grenier et Daniel Mendelsohn, Christian Boltanski, Flammarion, coll. « Flammarion Contemporary », 2010
  • Dominique Radrizzani et Christian Boltanski, Le Dessin impossible de Christian Boltanski, Buchet-Chastel, coll. « Les cahiers dessinés », 2010
  • Diana B. Wechsler, Boltanski, Buenos Aires, EDUNTREF-Les presses du réel, 2013
« Boltanski, Buenos Aires », sur boltanskibsas.com.ar (consulté le 13 mai 2017)

Liens externesModifier