Ouvrir le menu principal

Chrístos Tsoúntas (grec moderne : Χρήστος Τσούντας), né en 1857 à Stenimachos, maintenant Asenovgrad en Bulgarie[1], et décédé à Athènes le 9 juin 1934, est un archéologue grec.

Gobelets en or de Vaphio, au musée national archéologique d'Athènes, découverts par C. Tsoúntas en 1888.

BiographieModifier

Il fait ses études à l'école Zariphios (en), une école grecque de Plovdiv, puis à l'université d'Athènes. Il complète sa formation en Allemagne à Hanovre et surtout à Munich et Iéna.

Il est nommé en 1883 éphore des antiquités. Il mène en 1884 des fouilles sur l'acropole d'Athènes et sur l'île de Salamine.

En 1886, il identifie le palais mycénien de Tyrinthe. Il réalise aussi des fouilles extensives à Mycènes même. Il identifie et fouille de nombreux sites grecs du Néolithique et de l'âge du bronze, en Laconie et en Thessalie. En Laconie, près d'Amyclées, il découvre en 1888 sous le sol de la tholos de Vaphio une sépulture princière (XVe siècle av. J.-C.) qui révèle un riche mobilier, dont les deux gobelets d'or décorés au repoussé, exposés au musée national archéologique d'Athènes, sont les pièces les plus connues. Entre 1889 et 1903, il mène des fouilles sur les sites néolithiques thessaliens de Sesklo et de Dimini, près de Volos[2] ; ces fouilles établissent les bases de la connaissance du Néolithique en Grèce.

On lui doit, à la suite de ses fouilles dans les Cyclades (1898-1899), notamment à Kastri, dans l'île de Syros, la création du terme « civilisation des Cyclades » ou « civilisation cycladique ». Il mène aussi ses recherches dans les îles de Siphnos, de Paros, d'Antiparos, dans l'îlot voisin de Despotikó et à Amorgos.

En 1904, il est nommé professeur d'archéologie à l'université d'Athènes, où il enseigne jusqu'en 1924 ; il enseigne à l'université Aristote de Thessalonique pendant l'année universitaire 1926-1927. En 1926, il devient membre de l'Académie d'Athènes. Il a été directeur de la Société archéologique d'Athènes de 1896 à 1909, puis en 1918-1920 et 1924-1926.

Il réalise avec Panagiotis Kavvadias la première présentation des collections du musée national archéologique d'Athènes.

 
La colline de Kastri (Syros) avec les vestiges d'un établissement cycladique. Photos prises par C. Tsoúntas lors de ses fouilles de 1898.

Parmi ses élèves, on trouve les archéologues Spyridon Marinatos, Georges Mylonas et John Papadimitriou.

Principales publicationsModifier

  • (avec Manatt J. Irving), The Mycenean Age: a study of the monuments and culture of pre-Homeric Greece, London, Macmillan, 1897.
  • Αί προΐστορικαί Ακροπόλεις ∆ιµηνίου και Σέσκλου (« Bibliothèque de la Société archéologique d'Athènes »), Athènes, 1908 (en ligne).
  • Ιστορία της αρχαίας ελληνικής τέχνης, Athènes, 1928.

Notes et référencesModifier

  1. La ville faisait alors partie de l'Empire ottoman.
  2. Αί προΐστορικαί Ακροπόλεις ∆ιµηνίου και Σέσκλου (« Bibliothèque de la Société archéologique d'Athènes »), Athènes, 1908.

Voir aussiModifier