Chine du Nord et du Sud

Les régions de Chine du Nord et de Chine du Sud[N 1] désignent deux régions approximatives de la Chine. La frontière exacte de ces deux régions n'est pas précisément définie, elle se situerait au niveau de la ligne Qinling–Huaihe.

Néanmoins, la perception des Chinois et des stéréotypes régionaux, a souvent été dominé par ces deux concepts, du fait les différences culturelles et linguistiques régionales ont historiquement concentré les fortes identités régionales (乡土, xiāngtǔ, « localisme ») du peuple chinois[1].

ÉtendueModifier

La ligne de division souvent utilisée entre le nord et le sud de la Chine est la ligne formée par le fleuve Huai He et les monts Qinling. Cette ligne se situe au point approximatif de l'isotherme de 0° en janvier et de l'isohyète de 800 mm en Chine.

Culturellement, cependant, la division est plus ambigüe. Dans les provinces de l'est, comme Jiangsu et Anhui, le Yangzi Jiang pourrait être perçu comme la frontière nord-sud à la place du Huai He.

Il y a une région ambigüe, la région environnant Nanyang (Henan), qui se situe dans l'espace à la fin des monts Qinling et avant la source du Huai He. De plus, le centre de l'Anhui et du Jiangsu se trouvent au sud du Huai He, mais au nord du Yangzi Jiang, ce qui rend leur classification difficile. En tant que telle, la frontière entre le nord et le sud de la Chine ne suit pas les frontières provinciales ; elle traverse le Shaanxi, Henan, Anhui, et Jiangsu, et définit des zones telles que Hanzhong (Shaanxi), Xinyang (Henan) et Xuzhou (Jiangsu). Les autres zones de ces provinces se situent dans la Chine du Nord. Cela a pu être délibéré, la dynastie Yuan et la dynastie Ming établirent plusieurs de ces régions pour décourager le séparatisme.

Le Dongbei (Nord-Est) et la Mongolie intérieure, considérée comme étant en dehors de la Chine historique, appartiennent aussi à la Chine du Nord selon cette définition. À l'origine, le Xinjiang, le Tibet et le Qinghai n'étaient pas considérés comme du nord ou du sud. Toutefois, le Xinjiang est maintenant considéré comme faisant partie du nord du fait de l'étendue de la culture chinoise et de l'usage du mandarin.

Stéréotypes et différencesModifier

Le concept « Nord-Sud » joue un rôle important dans les stéréotypes régionaux :

Ceux qui viennent du Nord sontconsidérés comme :

  • plus grand[2], ont une peau plus claire et des yeux plus petits[3],[4]. D'après le recensement national de 2010, la taille moyenne des hommes à Beijing était de 173,3 cm (à 20-24 ans)[5], tandis que la taille moyenne des hommes d'Heilongjiang était de 173,292 cm (à 20-24 ans)[6]. Shandong, une autre province du nord, a aussi une taille moyenne, pour les hommes, de 173.10 cm[7].
  • parlant le mandarin avec un accent nordique (rhotique).
  • mangeant plus de nouilles, des dumplings et de la nourriture à base de blé[4] (plutôt qu'à base de riz)[3],[8].

Ceux qui vivent au Sud sont considérés comme :

  • plus petit avec une peau plus foncée et des yeux plus ronds[3],[4]. D'après le recensement de 2010, la taille moyenne d'un homme du Sichuan était de 169,2 cm (à 20-24 ans)[9] tandis qu'elle était de 167,7 cm à Guizhou[10]. À Hunan, une province située au centre-sud de la Chine, la taille moyenne des hommes était de 166,95 cm[11].
  • parlant le mandarin avec un accent du sud (non-rhotique) ou une variété méridionale chinois tel que le cantonais, le wu, hakka, xiang, min ou le gan.
  • mangeant plus de nourriture à base de riz que de blé[3],[4],[8].

Il est à noter que ces stéréotypes restent approximatifs et vagues sur des populations larges et variées.

NotesModifier

  1. Les notions sont décrites ainsi : Elles sont aussi, en Chine, plus simplement désignées comme étant :

SourcesModifier

RéférencesModifier

  1. Smith 1994
  2. Zhang et Huang 1988
  3. a b c et d Kelly 2009, p. 135
  4. a b c et d Wolfram Eberhard, « Chinese Regional Stereotypes », Asian Survey, University of California Press, vol. 5, no 12,‎ , p. 596–608 (DOI 10.2307/2642652, JSTOR 2642652)
  5. 北京市2010年国民体质监测结果公报 , 北京市体育局
  6. 2010年黑龙江省第三次国民体质监测公报, 黑龙江省体育局
  7. 2010年山东省国民体质监测统计数据, 山东省体育局
  8. a et b « Regions of Chinese food-styles/flavours of cooking », sur University of Kansas
  9. 2010年四川省第三次国民体质监测公报, 四川省体育局
  10. 2010年贵州省第三次国民体质监测公报, 贵州省体育局
  11. 湖南省2010年国民体质监测公报 , 湖南省体育局

BibliographieModifier

  • Richard Joseph Smith, China's cultural heritage : the Qing dynasty, 1644–1912, Westview Press, , 2e éd., 400 p. (ISBN 978-0-8133-1347-4)
  • Xuan Zhang et Ze Huang, « The Second National Growth and Development Survey of Children in China, 1985: children 0 to 7 years », Annals of Human Biology, Informa Healthcare, vol. 15, no 4,‎ , p. 289–305 (DOI 10.1080/03014468800009761)
  • Margaret Kelly, Fodor's China, Random House, , 720 p. (ISBN 978-1-4000-0825-4)