Ouvrir le menu principal
Utilisation d'une chignole à vilebrequin.
Chignole de type drille.
En haut, deux chignoles à manivelle (g.) et une drille (d.) ; l'outil du bas est une chignole à manivelle à renvoi d'angle.

Une chignole, ou perceuse, est un outil utilisé pour faire des trous dans des matériaux divers : ciment, bois, métaux, etc. De nos jours, le mot « chignole » fait référence à la version manuelle, celui de « perceuse » désignant la version électrique. Son nom vient du latin ciconia : cigogne.

Types de chignolesModifier

DrilleModifier

Article détaillé : Drille (outil).

La drille transforme un mouvement de va-et-vient linéaire en un mouvement de rotation, grâce à la vis sans fin et à la navette. Un mandrin porte forets est fixé à une extrémité de la vis sans fin, à l'autre extrémité la tête permet d'appliquer une force manuelle sur l'outil.

La chignole manuelle s'utilise en faisant aller et venir la navette (partie mobile) avec une main et, en appuyant sur la tête de la chignole avec une autre main.

VilebrequinModifier

Article détaillé : Vilebrequin (outil).

Un vilebrequin est un outil utilisant la force manuelle pour percer des trous dans les matériaux (principalement le bois). Cet outil est muni d'un mandrin où l'on fixe une mèche, un foret, une fraise ou un tournevis adapté au matériau à percer et à la largeur du trou à forer.

Les premiers modèles de vilebrequin avaient un mandrin qui comportait soit une empreinte cylindrique, soit une empreinte carrée qui recevait une mèche à bois dont la queue a la même forme. Une vis à oreille assurait le maintien.

Il suffit d'appliquer la mèche sur le matériau à l'endroit désiré, d'appuyer sur la tête à l'autre extrémité de l'outil et de tourner la manivelle.

Cet outil était très utilisé par les charpentiers, les menuisiers et les ébénistes. Depuis, il a été remplacé par les perceuses électriques. Il n'est plus que rarement utilisé.

Chignole à manivelleModifier

La chignole à manivelle permet de déployer un couple plus important grâce à un bras de levier, et d'éviter un mouvement alterné du foret. Le mouvement de rotation de la manivelle est dévié à angle droit et démultiplié par engrenage (il y en a souvent deux, que l'on sélectionne en déplaçant l'axe de la manivelle, ce qui permet de choisir sa vitesse et sa force). Le mandrin et la tête pour appliquer une pression sont semblables.

Une des deux mains tient la poignée, alors que l'autre exerce le mouvement de rotation en faisant tourner la manivelle.

Galerie d'imagesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La chignole électriqueModifier

Article détaillé : Perceuse.

Voir aussiModifier

LinguistiqueModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Familièrement, une chignole désigne de façon péjorative tout outil dont une partie est rotative : perceuse, motocyclette, automobile, etc. ;
  • Chignole désigne aussi la lame de bois du dévidoir de passementier (bobinage du textile)
  • Chignole est aussi le nom lyonnais de guignol (origine précise inconnue).