Chevalement de la fosse n° 5 des mines de Meurchin

chevalement à Billy-Berclau (Pas-de-Calais)

Le chevalement de la fosse no 5 des mines de Meurchin puis de Lens est construit en 1920 sur ce charbonnage du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais à Billy-Berclau, dans le but de remplacer celui qui a été détruit durant la Première Guerre mondiale.

Chevalement de la fosse n° 5 des mines de Meurchin
Billy-Berclau - Fosse n° 5 des mines de Meurchin (14).JPG
Le chevalement de la fosse no 5 des mines de Meurchin.
Présentation
Type
Destination initiale
Construction
Propriétaire
Privé
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
10 rue de la Fosse 5Voir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Pas-de-Calais
voir sur la carte du Pas-de-Calais
Red pog.svg

Il est inscrit aux monuments historiques le et sur la liste du patrimoine mondial par l'Unesco le .

HistoireModifier

 
La fosse n° 5 en activité.

Le fonçage du puits no 5 débute le à Billy-Berclau. La Compagnie des mines de Meurchin l'entreprend dans la partie la plus occidentale de sa concession de Meurchin[B 1].

La fosse est, comme les autres, détruite durant la Première Guerre mondiale. La Compagnie des mines de Lens rachète celle de Meurchin en 1920, et reconstruit les fosses dans son style architectural. La fosse no 5 l'est pour assurer le retour d'air de la fosse no 3 - 4[B 1].

Le puits est comblé en 1965 et la fosse ferme, mais les installations de surface sont conservées pour en faire une tour à plomb[1].

ConservationModifier

Le chevalement est inscrit aux monuments historiques le [1]. Il fait partie des 353 éléments répartis sur 109 sites qui ont été inscrits le sur la liste patrimoine mondial de l'Unesco. Il constitue le site no 58[2].

ArchitectureModifier

Le chevalement est de type avant-carré porteur[B 2], il est constitué de poutrelles à treillis[B 3]. Les bâtiments entourant le chevalement sont typique de l'architecture utilisé par la Compagnie des mines de Lens pendant l'entre-deux guerres, comme à la fosse Alfred Descamps[B 4].

Notes et référencesModifier

Références
Références bibliographiques
  1. a et b Dubois et Minot 1991, p. 107
  2. Guiollard 1993, p. 41
  3. Guiollard 1993, p. 55
  4. Dubois et Minot 1992, p. 116-117

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Guy Dubois et Jean-Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais : Des origines à 1939-45, t. I, , 176 p., p. 107.  
  • Guy Dubois et Jean-Marie Minot, Histoire des Mines du Nord et du Pas-de-Calais : De 1946 à 1992, t. II, .  
  • Pierre-Christian Guiollard, Les chevalements des houillères Françaises, Fichous, Pierre-Christian Guiollard, , 268 p. (ISBN 2-9502503-6-X et 2-9502503-6-X), p. 41, 55, 116, 117.