Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Cher Ami

pigeon voyageur donné par des pigeonniers du Royaume-Uni
Cher Ami
Cher Ami cropped.jpg

Cher Ami naturalisé, au Smithsonian Institution.

Informations
Espèce
Sexe
Lieu de naissance
Date de décès
13 juin 1919
Lieu de décès
Fait notable
Messager sauveur d'une unité 77e division d’infanterie américaine
Distinction(s)

Cher Ami est un pigeon voyageur donné par des pigeonniers du Royaume-Uni, entraîné par des pigeonniers américains, puis reversé à l'United States Army Signal Corps pour un usage en France lors de la Première Guerre mondiale. Il participa au sauvetage du Lost Battalion (en) de la 77e division d’infanterie américaine lors de l'offensive Meuse-Argonne, en octobre 1918[1].

Sommaire

ServiceModifier

Le , Charles Whittlesey et environ 550 hommes venant de 9 compagnies de la 77e division d’infanterie américaine formant ce qui sera nommé par la presse le Lost Battalion sont pris au piège dans une petite dépression sur le côté d'une colline proche des lignes ennemies, sans nourriture ni munitions. Ils commencent également à subir des tirs amis de la part des troupes alliées qui ne sont pas au courant de leur position. Cernés par les Allemands, plusieurs soldats sont tués ou blessés les deux premiers jours et seuls 200 hommes seront indemnes à l'arrivée des secours[2]. Whittlesey envoie alors des messages par pigeon[3]. Le premier pigeon, portant le message « Beaucoup de blessés. Nous ne pouvons pas évacuer. »[T 1] est abattu. Un second pigeon est envoyé avec le message « Les hommes souffrent. Pouvons-nous avoir un soutien[T 2]? » et est lui aussi tué. Le dernier pigeon, Cher Ami, est alors envoyé, le 4 octobre[2] portant dans une canule à sa patte gauche le message « Nous sommes le long de la route parallèle au 276.4. Notre propre artillerie fait un tir de barrage sur nous. Pour l’amour du ciel, arrêtez[T 3]! ».

Alors que Cher Ami vole vers sa maison, les Allemands l’aperçoivent et ouvrent le feu durant plusieurs minutes[4]. Les hommes du Lost Bataillon voient Cher ami se faire toucher et tomber au sol, mais celui-ci reprend son vol. Il parvient à regagner son abri au quartier général de la division, couvrant 25 miles en 25 minutes (90 km/h), permettant de sauver la vie de 194 hommes. Durant cette mission, Cher Ami délivre son message bien qu'il ait été touché à la poitrine et à un œil, qu'il soit couvert de sang et qu'une de ses pattes ne tienne plus que par un tendon.

Cher Ami est alors le héros de la 77e division d’infanterie américaine, ce qui lui vaut des soins de la part des médecins du régiment. Ils ne furent pas capables de sauver sa patte, mais lui firent une prothèse en bois. Une fois sa santé retrouvée, Cher Ami fut rapatrié aux États-Unis par bateau, le général John J. Pershing assistant personnellement à son départ de France [5].

Distinctions et postéritéModifier

À son retour aux États-Unis, Cher Ami, décoré de feuilles de chêne, devient la mascotte du département. Il est par ailleurs décoré de la Croix de guerre avec palme pour son action héroïque dans la délivrance de 12 messages dans le secteur de Verdun[6],[7]. Il meurt à Fort Monmouth (en), dans le New Jersey, le des blessures reçues lors de sa dernière bataille et entre au Racing Pigeon Hall of Fame en 1931. Il reçoit également la médaille d'or de la part de la Organized Bodies of American Racing Pigeon Fanciers en reconnaissance de ses prouesses lors de la guerre[8].

Le corps empaillé de Cher Ami fait partie de la collection du Smithsonian Institution[9].

Notes et référencesModifier

Notes de traductionModifier

  1. "Many wounded. We cannot evacuate.".
  2. "Men are suffering. Can support be sent?".
  3. "We are along the road parallel to 276.4. Our own artillery is dropping a barrage directly on us. For heaven's sake, stop it!".

RéférencesModifier

  1. (en) « Cher Ami "Dear Friend" WWI », Flickr (consulté le 26 avril 2008).
  2. a et b (en) « Charles Whittlesey Commander of the Lost Battalion », sur http://www.worldwar1.com/ (consulté le 13 août 2017).
  3. (en) « The 'Stop It' Telegram », www.lettersofnote.com (consulté le 26 mai 2010) .
  4. (en) Jim Greelis, « Pigeons in Military History », World of Wings, .
  5. « Cher Ami "Dear Friend" WWI », Flickr (consulté le 26 avril 2008).
  6. Spencer Tucker; Priscilla Mary Roberts, World War I: A Student Encyclopedia, Santa Barbara, 2006. p. 440.
  7. The National Museum of American History. Smithsonian.
  8. (en) National Pigeon Day, « History of Cher Ami », .
  9. « Cher Ami », Smithsonian (consulté le 30 mai 2011).

BibliographieModifier

  • (en) Marion Cothren, Cher Ami : The story of a carrier pigeon, Boston, Little, Brown, and Company, (ASIN B00085G56U)
  • (en) Harry Webb Farrington, Cher Ami : Selections, Rough and Brown Press, (ASIN B001MQ3I5K)
  • (en) Harry Webb Farrington, Cher Ami and Poems From France, Rough and Brown Press, (ASIN B00KGG0TCM)
  • (en) Robert Laplander, Finding the Lost Battalion: Beyond the Rumors, Myths and Legends of America's Famous WW1 Epic, Lulu.com, , 616 p. (ISBN 9781411676565 et 1411676564)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier