Chemora

commune d'Algérie

Chemora, est une commune de la wilaya de Batna en Algérie, connue pour ses dolmens[2], située à 54 km au nord-est de Batna.

Chemora
Chemora
En vue de Chemora
Noms
Nom arabe شمرة
Nom amazigh ⵛⴻⵎⵎⵓⵔⴰ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Aurès
Wilaya Batna
Daïra Chemora
Code postal 05039
Code ONS 0536
Indicatif 033
Démographie
Population 17 074 hab. (2008[1])
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 40′ 00″ nord, 6° 39′ 00″ est
Superficie 262,72 km2
Localisation
Localisation de Chemora
Localisation de la commune dans la wilaya de Batna.
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte topographique d'Algérie
Chemora
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte administrative d'Algérie
Chemora
Géolocalisation sur la carte : Algérie (nord)
Voir sur la carte topographique d'Algérie (nord)
Chemora

Géographie

modifier

Situation

modifier

Le territoire de la commune de Chemora est situé au nord-est de la wilaya de Batna.

Relief, géologie, hydrographie

modifier
 
Vue aérienne de Chemora en regardant vers l'ouest (22 avril 2018)
 
Pont au niveau de la localité de Chemora

Hydrographie

modifier

La ressource en eau est en général d'origine souterraine de deux aquifères différents, le premier superficiel jusqu’à 50 m de profondeur (75 % utilisés pour l’irrigation), le second profond d'où 85 % sont utilisés pour l’irrigation[3]

Chemora a un climat continental semi-aride, avec des hivers rudes avec des précipitations, et des étés secs et chauds. Les températures sont variables d’une saison à l’autre avec des amplitudes parfois très importantes. Les précipitations sont faibles et irrégulières d’une année à l'autre. Les vents sont canalisés par les massifs montagneux voisins des Aurès et du Belezma. Le sirocco souffle pendant le mois de mai et dure entre 20 et 40 jours[3].


Localités de la commune

modifier

La commune de Chemora est composée de 13 localités[4] :

  • Aïn El Beïda
  • Bouilef
  • Chemora
  • Dahr Amrane
  • El Ariche
  • Guabel El Fedjoudj
  • Guessas
  • Laadjardia
  • Merzeglel
  • O. El Amraoui
  • Ouled Slimane
  • T'Kabaout
  • Theniat El Hamra

Histoire

modifier

Population

modifier

Pyramide des âges

modifier
Pyramide des âges de la commune de Chemora en 2008 en pourcentage[5]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,54 
80 ans et +
0,4 
1,24 
70 à 79 ans
1,34 
1,81 
60 à 69 ans
1,86 
3,67 
50 à 59 ans
3,39 
4,97 
40 à 44 ans
5,04 
7,45 
30 à 39 ans
7,01 
11,24 
20 à 29 ans
11,25 
10,51 
10 à 19 ans
9,85 
9,53 
0 à 9 ans
8,92 
0,00 
nd
0,01 
Pyramide des âges de la wilaya de Batna en 2008 en pourcentage[6]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,49 
80 ans et +
0,48 
1,21 
70 à 79 ans
1,23 
1,77 
60 à 69 ans
1,8 
3,43 
50 à 59 ans
3,37 
5,04 
40 à 49 ans
5,25 
6,80 
30 à 39 ans
6,88 
10,74 
20 à 29 ans
10,39 
11,29 
10 à 19 ans
10,84 
9,69 
0 à 9 ans
9,25 
0,02 
nd
0,03 

Évolution démographique

modifier
Population de la commune de Chemora de 1966 à 2008[7].
1966 1977 1987 1998 2008
3 781 10 900 13 900 15 091 17 074

Administration et politique

modifier

La polyclinique de Chemora est l'unique de toute la daïra de Chemora[8], avec un personnel médical et paramédical[9].

Économie

modifier

Agriculture

modifier

Chemora est une commune à vocation agricole.

Patrimoine

modifier

Patrimoine archéologique

modifier
 
Dolmen de Chemora

Le site archéologique de la commune s'étend sur le djebel Bellaboud sur 167 ha, occupant le sommet et les versants[10].

À proximité de Chemora se trouvent des restes de centaines de sépultures formant une vaste nécropole berbère, notamment des formes architecturales comme des Tumulus, Basinas et Dolmens[2]. Ces derniers sont des monuments mégalithiques, constitués par une dalle horizontale reposant sur des blocs verticaux. Dans certains cas, le monument est déposé d'une manière circulaire[11].

Il existe encore une citadelle byzantine de forme polygonale[12], des chapelles et des pressoirs à huile.

Henchir Fortas comporte des vestiges romains de l'ancienne ville de Gassas (ou Guessès)[13].

Vie quotidienne

modifier

Amal baladiat Chemora (ABC) est une équipe de football évoluant en régionale 2 de la ligue de Batna. Elle joue dans le stade communal de Chemora.

La commune est dotée d'une piscine semi-olympique ouverte en 2010[14].

Personnalités liées à Chemora

modifier

Notes et références

modifier
  1. « Wilaya de Batna : répartition de la population résidente des ménages ordinaires et collectifs, selon la commune de résidence et la dispersion ». Données du recensement général de la population et de l'habitat de 2008 sur le site de l'ONS.
  2. a et b Nasreddine Bakha, « Batna : « Une vaste nécropole berbère, non enregistrée comme site archéologique, subit d’énormes dégâts » », Le Soir d'Algérie, no 4475,‎ , p. 10 (ISSN 1111-0074, lire en ligne).
  3. a et b Ghodbane Messaoud Étude de la contamination des eaux souterraines de la zone nord de Chemora par les nitrates - Est algérien 2009, page 5. Consulté le 10 juin 2012
  4. Journal officiel de la République Algérienne, 19 décembre 1984. Décret n° 84-365, fixant la composition, la consistance et les limites territoriale des communes. Wilaya de Batna, p. 1479.
  5. Wilaya de Batna — Population résidente par age et par sexe. Consulté le 9 juin 2012.
  6. Wilaya de Batna — Population résidente par age et par sexe. Consulté le 9 juin 2012.
  7. La Commune de Chemora sur le site officiel de la wilaya de Batna, consulté le 2 janvier 2013
  8. Nacer Manaâ, « Batna : « Chemora tient à sa polyclinique » », Le Quotidien d'Oran,‎ (ISSN 1111-2166, lire en ligne).
  9. B. Boumaïla, « Polyclinique de Chemora : « À quand le redémarrage des travaux de réhabilitation ? » », Liberté,‎ (ISSN 1111-4290, lire en ligne).
  10. Journal officiel de la république algérienne N° 02 Arrêté du 29 Rajab 1428 correspondant au 13 août 2007 portant ouverture d'instance de classement de Chemora
  11. Rachid Hamatou, « Vestiges historiques : « Qui va sauver les dolmens de chemora ? » », Liberté,‎ (ISSN 1111-4290, lire en ligne).
  12. Nasreddine Bakha, « Les Cahiers de La Culture n°1 de Batna : « Et les sites archéologiques de Chemora ? » », Liberté,‎ (ISSN 1111-4290, lire en ligne).
  13. Nasreddine Bakha, « La sonnette d'alarme  : « Sites archéologiques en déprédation a Chemora (Batna) » », Liberté,‎ (ISSN 1111-4290, lire en ligne).
  14. Abdelhak Bourki, « Chemora (Batna), une nouvelle piscine ouvre ses portes : « Lieu d’évasion pour les jeunes » », Le Midi Libre, no 1042,‎ (ISSN 1112-7449, lire en ligne).

Voir aussi

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

modifier
  • Dalila Ouitis, Concis de la toponymie et des noms de lieux de l'Algérie, Ed. Djoussour, Alger 2009
  • Achour Cheurfi, Dictionnaire des localités algériennes, Casbah Éditions, Alger 2011

Articles connexes

modifier