Ouvrir le menu principal

Chassey-lès-Montbozon

commune française du département de la Haute-Saône
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chassey (homonymie).

Chassey-lès-Montbozon
Chassey-lès-Montbozon
Vue du village depuis la route de Tressandans.
Blason de Chassey-lès-Montbozon
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Rioz
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Montbozon et du Chanois
Maire
Mandat
Bernard Jeannerod
2014-2020
Code postal 70230
Code commune 70137
Démographie
Gentilé Chasséens
Population
municipale
215 hab. (2016 en diminution de 1,38 % par rapport à 2011)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 30′ 41″ nord, 6° 20′ 03″ est
Altitude Min. 248 m
Max. 408 m
Superficie 15,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Chassey-lès-Montbozon

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Chassey-lès-Montbozon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chassey-lès-Montbozon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chassey-lès-Montbozon

Chassey-lès-Montbozon est une commune française située dans le département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté. Ses habitants se nomment les Chasséens et les Chasséennes.

La commune de Chassey-lès-Montbozon se singularise par une importante diversité de gisements archéologiques. En effet, toutes les périodes représentant l'échelle de l'évolution de l'homme en Europe ont laissé des traces sur cette commune.

GéographieModifier

  • La commune de Chassey est essentiellement rurale, avec un territoire consacré à l'agriculture : principalement l'élevage bovin (production de lait) et la culture de céréales. Le bourg est traversé par l'Ognon.

SituationModifier

LocalisationModifier

Chassey-lès-Montbozon[1] est situé en Franche-Comté, au sud du département de la Haute-Saône, au cœur de la vallée de l'Ognon. Placée entre le massif vosgien et les plateaux du Jura, cette vallée reliant la grande plaine d'Alsace à la grande plaine de la Saône, forme une importante zone de passage fréquentée dès la Préhistoire. À vol d'oiseau, Paris est à 331 km, Lyon à 225, Marseille à 474 km[2].

Un important carrefour routier antique a pu être mis en évidence. Au niveau de cette intersection, la voie s'éclate vers les directions des grandes cités gallo-romaines de la Gaule romanisée. Arrivant de Besançon (Vesontio), l'une des branches se dirige vers Luxeuil (Luxovium). Une autre part en direction de Mandeure (Epomanduodurum), une autre vers le centre de la Haute-Saône, direction Port-sur-Saône (Portus Abucini), par Marnay et Gray[3].

Chassey est composé de deux hameaux : la Maison du Vau et la Forge de Bonnal.

Communes limitrophesModifier

Chassey-lès-Montbozon est limitrophe de 6 communes. Au nord et au nord-est se trouve la commune d'Esprels. À l'est, Bonnal et au sud-est Tressandans. Thieffrans se trouve au sud tandis qu'au sud-ouest Dampierre-sur-Linotte est limitrophe via l'ancienne commune de Presle. Le hameau de la Maison-du-Vau est à l'ouest tandis que Vallerois-le-Bois est au nord-ouest.

Communes limitrophes de Chassey-lès-Montbozon
Vallerois-le-Bois Esprels
Dampierre-sur-Linotte   Pont-sur-l'Ognon
Bonnal (Doubs)
Thieffrans Tressandans (Doubs)


  • Commune française (France métropolitaine et Corse) la plus éloignée de Chassey-lès-Montbozon : Ouessant (854,5 km).

Voies de communications et transportsModifier

UrbanismeModifier

Morphologie urbaineModifier

La commune est composée de deux hameaux. L'un, la Forge de Bonnal, est distant d'1,5 kilomètre, l'autre, la Maison du Vau, est situé à 5 kilomètres au sein même de la forêt. La plupart des habitations est constituée de maisons individuelles pourvues généralement d'un jardin.

LogementModifier

Au recensement de 1999[4], 104 logements sont situés sur la commune, 100 % d'entre eux sont des logements individuels.

Répartition des différents types de logements
Types de logements Quantité Pourcentage
résidences principales 81 77,9 %
résidences secondaires 16 15,4 %
logements occasionnels 0 0 %
logements vacants 7 6,7 %
Total 104 100 %

Le parc de logements est très ancien. La date d'achèvement est antérieure à 1949 pour 62 % des logements et de 75 % à plus de trente cinq ans.

Ancienneté du parc de logements en 1999
Date d'achèvement Quantité Pourcentage
avant 1949 50 61,7 %
entre 1949 et 1974 11 13,6 %
entre 1975 et 1989 12 14,8 %
1990 et après 8 9,9 %

HistoireModifier

OriginesModifier

Au Pré Guillemin, des fouilles ont permis de mettre au jour un site d'occupation gallo-romaine, sans doute un port fluvial, avec en particulier des stylets en fer servant probablement à écrire sur des tablettes.

Sur le territoire de la commune se trouvaient au XVe siècle des forges, pour exploiter le minerai de fer, et même un haut-fourneau au XIXe siècle. L'activité périclita en 1840.

HéraldiqueModifier

Chassey-lès-Montbozon
  Blason D’argent au besant d’or chargé d’une anille en S de sable posée en bande ; vêtu de gueules chargé de quatre besants du second.
Détails
* Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives (or sur argent, interdit en héraldique).

L'ancienne maison de Chassey portait D'azur, à la fasce d'argent, accompagnée de deux étoiles d'Or.

Cette famille connut une certaine importance durant le Moyen Âge: Guillaume de Chassey est choisi en 1272 par le duc de Bourgogne Hugues IV comme témoin pour l'hommage rendu au roi Philippe-le-Hardi pour le duché de Bourgogne.

Marguerite de Chassey est l'épouse en 1466 de Jean Carondelet, grand chancelier de Flandre et de Bourgogne[5].

ToponymieModifier

Chace, 1183 (A. Rhône, 48 H. 3082), 1199 (AHS. H. 195), 1275 (pouillé). Chacey, 1406 (TOB.II.15)[6]. Nom de personne d’origine latine Cassius et suffixe -acum. Lès ou lez : ancienne préposition signifiant « à côté de », issu du latin latus (cf. latitude).

Avant la Révolution et la création des départements, la commune s'appelait Chassey-lès-Rougemont.

Quartiers et lieux-ditsModifier

Le hameau de la Maison-du-VauModifier

Au recensement de 1654, la Maison du Vault est composée de 2 ménages dont les chefs sont Jean-Gabriel Picque et Jean Leblan. En 1657, il y a 3 ménages soit 18 habitants. Le 30 mars 1666 est comptabilisé 2 ménages, à savoir Jean-Gabriel Picque âgé de 40 ans avec sa femme et ses 4 enfants et Germain Phillibert, d'Autricourt, granger du procureur Janvoin de Vesoul, âgé également de 40 ans avec sa femme et ses 2 enfants, soit au total 10 habitants.

Hameau qui fut commune en 1790 (93 hab.) et en l'an VIII (82 hab.) réuni à Chassey par décret du 31 mars 1806. L'ordre du Temple y avait une grange et une ferme, annexe de la commanderie de Sales. À la dissolution de l'ordre, la Maison-du-Vau fit partie de la commanderie de La Villedieu-en-Fontenette au sein du grand prieuré d'Auvergne[7].

Selon Paul Delsalle, des français immigrés sont à l’origine de la création du « villaige de la Maison dudit Vaux  » « car auparavant y ny avoit village ny forme ny apparance de villaige » En effet, à partir de 1550 le Comté de Bourgogne, qui n‘appartient pas alors au royaume de France, reçoit des immigrés en grand nombre : « plus de vingt mil personnes». Les populations locales s’en émeuvent, cet afflux provoquerait en effet la cherté des prix et selon le parlement de Dole « estans la plupart d’entre eux gens banniz, homicides, fabricateurs de faulce monnoie ». En 1546-1548, un conflit opposa Guillaume de Nassau prince d’Orange, en tant que seigneur de Rougemont et Florent de Vaudrey, en tant que seigneur de Vallerois le Bois qui revendiquent chacun la propriété de la « Maison du Vau » également dénommée « Grange de Vaux ».


De par sa situation isolée et retirée, la Maison-du-Vau a servi de lieu de refuge ou de cachette à de maintes reprises au cours de l'histoire. Durant la Révolution, trois prêtres réfractaires, Tribolen de Cenans, Toillon de Vellefrie et Daval de Faucogney après avoir procédé à des confessions et des baptêmes dans la soirée du 22 nivôse de l'an III, ces trois corbeaux se sont retirés aux Maisons de Vaux[8]. Plus récemment, pendant la Seconde Guerre mondiale, des Résistants s'y sont également cachés.

Le hameau fut électrifié en 1951.

Aujourd'hui, une dizaine de foyers compose le hameau.

Le hameau la Forge-de-BonnalModifier

L'exploitation de gravières à l'époque moderne a permis la découverte de nombreux ossements de mammouths, comme ce fut le cas dans les sablières du hameau.

Des forges existaient déjà au XVIe siècle et sont sans doute plus anciennes. Elles comprenaient un haut fourneau et trois feux de forge. Le haut fourneau fut éteint vers 1840 et la forge s’arrêta vers 1860. Le hameau important qu’il constituait périclita alors.

Depuis les années 1960 la famille de Moustier, propriétaire des lieux, y développe une activité touristique de très haute gamme. Le Val de Bonnal[9], raison sociale de cette activité, est un immense domaine aquatique et nautique de 150 hectares aménagé sur plusieurs plans d'eau. Ils servent de toile de fond à un établissement prestigieux, idéal pour découvrir la Franche-Comté mais aussi le sud des Vosges et de l'Alsace[10]. Ce ne sont pas moins de 350 emplacements qui sont proposés pour la pratique du camping familial durant la période estivale.

Les moulinsModifier

Autres lieux-ditsModifier

Première élection municipaleModifier

Le lundi 18 janvier 1790 à 8 heures du matin à la cure de la paroisse eurent lieu les premières élections municipales de l'histoire de Chassey[11].

Les 51 citoyens actifs de la commune, c'est-à-dire âgés de plus de 25 ans et payant une contribution égale à 3 journées de salaire, prennent part au vote.

Louis Marchal, propriétaire âgé de 47 ans, obtient la pluralité des suffrages dès le 1er tour avec 41 voix (80 %) devenant ainsi le 1er maire élu de Chassey.

Les officiers municipaux, l'équivalent des adjoints, élus pour épauler le maire dans sa mission sont : Claude Joseph Boilley, 32 voix dès le 1er tour et Alexandre Brenot, 28 voix au second tour.

Après quoi, l'assemblée doit élire un procureur dont le rôle est de prendre en main la défense de l'intérêt public et de veiller à l'application des lois. Il représente le roi auprès de la commune. Claude Regard est élu procureur avec 40 voix.

Enfin, il est procédé au scrutin de liste simple pour l'élection de 6 notables, autrement dit les conseillers municipaux. Ont été élus : Jean Baptiste Mozer (27 voix), Jean Baptiste Durupt (25), Jean François Roy (23), Jacques Regard(20), Nicolas Milloz (19), Antoine Bidal (17).

Incendie de forêtModifier

En 1790 un incendie a ravagé environ 8 hectares de forêt dans les bois de Chassey. La toponymie forestière a conservé la mémoire de cet événement sur les cartes de l'IGN en nommant cette zone dévastée la coupe brûlée.

Dans les premiers jours du mois d'avril de l'an dernier (1790), le feu s'étant pris dans le bois de Baslière, il fut communiqué par l'air dans les bois du quart en réserve de la commune de Chassey-lès-Montbozon où étant il en a brûlé une grande partie[11].

La RévolutionModifier

Le 16 avril 1791 la dernière propriétaire du château, Mme de Buretel de Chassey s'enfuit pour rejoindre son mari, Marie Desle de Buretel, en Suisse. Cette famille est l'une des dernières familles subsistantes de la noblesse française.

En 1789, le comte Charles de Moustier (1739-1801), 2e marquis, est également seigneur de Cubry, Bonnal, Chassey.

En 1789, Louis XVI promit la réunion des États Généraux. Le 19 mars, l'assemblée municipale rédigea le Cahier de Doléances[12], sur lequel vingt-six signataires apposèrent leur nom. Ce cahier réclamait l'abolition des privilèges et exemptions, l'abrogation du tirage de la milice, l'abolition de la mainmorte mais aussi l'uniformité des poids et mesures dans toute l'étendue du royaume.

La TerreurModifier

Charles de Moustier, seigneur du lieu, se plaint en l'an V à l'administration départementale que les habitants de Chassey se sont transportés chez lui, au château de Bournel au début de la Révolution, armés de fusils et autres armes. Ils ont réclamé du vin et des titres. Les domestiques intimidés se sont enfuis en emportant plusieurs de ces titres qui furent égarés. Les documents trouvés par les insurgés sont brûlés, notamment les registres où les gardes inscrivaient leurs rapports. Cet "attroupement" se dispersa après deux heures d'occupation[13].

Époque contemporaineModifier

Un village en pleine expansion

Au XIXe siècle, la Franche-Comté connaît une forte immigration austro-hongroise[14] pour des raisons économiques. Les Austro-Hongrois viennent essentiellement du même secteur géographique, il s'agit pour l'essentiel de Tyroliens du Vorarlberg. Depuis 1765, le Vorarlberg obéit au Saint-Empire romain germanique et appartient à la Maison des Habsbourg. Les réformes imposées en 1806 dans les domaines religieux, politiques, administratifs et surtout fiscaux poussent à la révolte en 1809. De plus, avec l'explosion démographique et la dureté du pays, les hommes ont tenté d'échapper à la pauvreté et d'améliorer leur situation par le travail saisonnier ou l'émigration définitive. Le volontaire à l'émigration devait présenter une requête fondée, être autonome, avoir accompli son service militaire obligatoire et justifier de son état civil mais aussi de son autorisation administrative d'émigration prouvant que rien ne s'y opposait.

Épidémie de choléraModifier

Entre 1853 et 1854 une épidémie de choléra fait en France 145 000 victimes. Chassey n'est pas épargné par cette pandémie qui fait 22 morts entre le 20 avril et le 16 septembre 1854.

11 septembre 1944Modifier

Alors que le village vivait ses dernières heures sous l'Occupation, bon nombre d'habitants s'étaient réfugiés dans les caves du château et de diverses fermes. Un petit rassemblement de Chasséens prit les chemins croisés en direction du bois pour s'y réfugier tandis que de nombreux tirs d'obus se faisaient entendre provoquant de nombreux dégâts matériels (moulin Curot totalement détruit, incendie de la laiterie, au total plus de 50 points d'impact). Parmi eux, 6 personnes furent tuées par les Américains les prenant pour des Allemands. C'était le 11 septembre 1944.

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

Chassey-lès-Montbozon faisait partie depuis 1801 du canton de Montbozon[15]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est rattachée au canton de Rioz.

IntercommunalitéModifier

Chassey-lès-Montbozon était membre de la communauté de communes du Pays de Montbozon, créée le .

Dans le cadre de la mise en œuvre du schéma départemental de coopération intercommunale approuvé en décembre 2011 par le préfet de Haute-Saône, et qui prévoit notamment la fusion la fusion des communautés de communes du Pays de Montbozon et du Chanois, afin de former une nouvelle structure regroupant 27 communes et environ 6 500 habitants[16], la commune est membre depuis le de la communauté de communes du Pays de Montbozon et du Chanois[17].

La commune adhère également au Pays des 7 Rivières [2], espace de projets présentant « une cohérence géographique, culturelle, économique et sociale ».

Tendances politiques et résultatsModifier

La population de Chassey, à travers ses différents votes, exprime une forte tradition conservatrice issue de son histoire bien que cette tradition ait évolué ces dernières années avec l'arrivée de nouvelles populations.

Traditionnellement, la population chasséenne fait preuve de beaucoup de civisme avec une très forte participation aux différents scrutins locaux ou nationaux.

Élections présidentielles
Candidat Parti Premier Tour Second Tour
Jean-Marie Le Pen FN 25,34 %
Lionel Jospin PS 19,18 %
Jacques Chirac RPR 15,07 %
Jean Saint-Josse CPNT 7,53 %
François Bayrou UDF 4,79 %
Christiane Taubira PRG 4,79 %
Alain Madelin DL 4,79 %
Arlette Laguiller LO 4,11 %
Corinne Lepage Cap21 4,11 %
Bruno Mégret MNR 2,74 %
J.Pierre Chevènement MDC 2,74 %
Olivier Besancenot LCR 2,05 %
Noël Mamère Les Verts 1,37 %
Christine Boutin FRS 1,37 %
Daniel Gluckstein PT 0,00 %
Robert Hue PCF 0,00 %
Jacques Chirac UMP 76,87 %
Jean-Marie Le Pen FN 23,13 %

Blancs ou nuls (en % des votes exprimés) au premier tour: 3,31 % Taux de participation 79,89 %

Blancs ou nuls (en % des votes exprimés) au second tour: 8,13 % Taux de participation: 84,66 %

Candidat Parti Premier Tour Second Tour
Jean-Marie Le Pen FN 27,67 %
Ségolène Royal PS 25,16 %
Nicolas Sarkozy UMP 20,13 %
François Bayrou UDF 13,84 %
José Bové 2,52 %
Dominique Voynet Les Verts 2,52 %
Frédéric Nihous CPNT 2,52 %
Philippe de Villiers MPF 1,89 %
Arlette Laguiller LO 1,89 %
Olivier Besancenot LCR 1,26 %
Marie-George Buffet PCF 0,63 %
Gérard Schivardi 0,00 %
Ségolène Royal PS 53,10 %
Nicolas Sarkozy UMP 46,90 %

Blancs ou nuls (en % des votes exprimés) au premier tour : 1,85 % Taux de participation 84,82 %

Blancs ou nuls (en % des votes exprimés) au second tour : 8,81 % Taux de participation: 83,25 %

Référenda

Lors des trois derniers référenda, Chassey a voté de la même manière que la tendance nationale, en l'amplifiant même.

  • Le référendum pour la ratification du Traité de Maastricht du 20 septembre 1992 a vu le OUI l'emporter à Chassey par 54,9 % des suffrages exprimés contre 40,1 % pour le NON (respectivement 51,04 % et 48,96 % au niveau national).
  • Le référendum sur le quinquennat présidentiel du 24 septembre 2000 a vu le OUI l'emporter à Chassey par 68,75 % des suffrages exprimés contre 31,25 % pour le NON (respectivement 73,21 % et 26,79 % au niveau national). Cependant la participation n'a été que de 25,26 % pour 65,30 % de suffrages valablement exprimés (respectivement 30,19 % et 74,67 % au niveau national).
  • Le référendum français sur le traité établissant une Constitution pour l'Europe du 29 mai 2005 a vu la victoire du NON à 70 % contre 30 % pour le OUI (respectivement 54,68 % et 45,32 % au niveau national).

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[18]
Période Identité Étiquette Qualité
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1929 1965 Louis Auguste Regard    
1965 1977 François Amelaine    
1977 1997 Lucien Triboulet    
1997 2008[19] Maurice Verder    
2008 En cours
(au 12 juin 2016)
Bernard Jeannerod LR Retraité
Réélu pour le mandat 2014-2020[20],[21]

Particularismes locauxModifier

Chassey-lès-Montbozon a quelques particularismes[22] :

  • Le record absolu du nombre de mandats de conseiller municipal détenus par un Chasséen est au nombre de 11. En effet, Séraphin Curot a constamment été élu et réélu entre 1870 et 1908 en totalisant 11 mandats pour une durée totale de 38 années. Il a par ailleurs été maire-adjoint durant 14 ans.
  • Quatre personnes ont été élues durant 9 mandats, totalisant entre 34 et 48 ans de conseil. Il s'agit de :
    Robert Favret, élu entre 1935 et 1983, soit durant 48 ans, dont 33 ans en tant qu'adjoint.
    Louis Regard, élu depuis 1925 jusqu'à sa mort en 1968, soit durant 43 ans, dont 36 ans en tant que maire.
    Émile Journot, élu entre 1900 et 1945, soit durant 45 ans, dont 4 ans en tant que maire.
    Jules Bersot, élu entre 1878 et 1912, soit durant 34 ans, dont 12 ans en tant qu'adjoint.
  • Il faut attendre 1971 pour voir des femmes entrer dans le conseil municipal de Chassey. Cette année-là, 2 femmes sont élues :
    Madeleine Liégeon (1910-2008)
    Jacqueline Thiébaud (1932-2005)

Budget et fiscalitéModifier

Le taux de taxe d'habitation pour la commune est relativement stable à 5,64 % en 2007 et à 5,00 % en 2001. Tout comme celui du département qui est de 16,84 % en 2007 et de 14,70 % en 2001. Celui de la région est de 3,92 % en 2007 et de 3,07 % en 2001.

Le budget municipal principal 2007 totalisait 89 000 euros d'investissement et 114 000 euros de fonctionnement[23]. Le budget de fonctionnement dégage un excédent de 61 000 . L'annuité de la dette se monte à 10 000  soit 51  par habitant.

Recettes de fonctionnement
en € Recettes totales Recette par habitant Moyenne nationale
Recettes totales 160 000 783 688
Dont :
Impôts locaux 20 000 99 215
Autres impôts et taxes 0 0 45
Dotations de l'état 29 000 144 192
Charges de fonctionnement
en € Charges totales Charge par habitant Moyenne nationale
Dépenses totales 114 000 557 523
Dont :
Charges de personnel 16 000 80 174
Achats Charges extérieures 46 000 223 157
Contingents 22 000 106 70
Charges financières 5 000 27 20
Subventions versées 0 2 23

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

La commune de Chassey comptait 229 habitants au dernier recensement de l'INSEE en 2006. La densité de la commune est de 15 hab/km².

Le recensement de 1614 comptabilise 30 ménages. Après la terrible Guerre de Dix Ans (épisode comtois de la Guerre de Trente Ans) où la moitié du pays fut ravagé, la communauté villageoise n'a plus que 14 ménages au recensement de 1654. Après un long silence au XVIIe siècle, les usines qui comprenaient un fourneau à fondre le minerai et plusieurs feux de forges reprennent peu avant 1700 et permettent ainsi au village de connaître un renouveau.

Grâce à l'intense activité des forges, Chassey atteint près de 1000 habitants dans le 1er tiers du XIXe siècle. Mais l'extinction des forges provoqua une forte émigration et la population périclita jusque dans les années 1950. Depuis, la population s'est stabilisée entre 200 et 250 habitants.

Aujourd'hui, Chassey n'a plus de concentrateur d'emploi comme l'étaient les forges, les motivations de la venue des nouveaux habitants sont principalement un cadre de vie agréable et pittoresque ou encore les racines familiales.


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[25].

En 2016, la commune comptait 215 habitants[Note 1], en diminution de 1,38 % par rapport à 2011 (Haute-Saône : -1,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
599576648701886935832748772
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
652635614567484485461438404
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
362386341306278261256251229
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
244218236211217201229218215
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

AssociationsModifier

Plusieurs associations animent le village :

  • La Belle-harmonie, club du 3e âge,
  • L'Association Communale de Chasse Agréée (ACCA),
  • La Gaule chasséenne, association des pêcheurs,
  • La Chouette, créée en 1997, a le rôle de comité des fêtes...

EnseignementModifier

La commune est rattachée à l'académie de Besançon. Elle dispose sur son territoire d'une école maternelle.

ÉconomieModifier

  • Brasserie artisanale "Mon Village".

EmploiModifier

Le recensement de 1999[27] dénombre 80 actifs dont 10 chômeurs soit un taux de chômage de 12,5 %.

CommercesModifier

La commune ne dispose plus d'aucun commerce de proximité, la dernière épicerie ayant fermé en 1969. Des marchands ambulants passent régulièrement pour vendre des denrées de première nécessité (boulangers, bouchers ...).

Jusque dans les années 1980, le restaurant du château participait à l'activité locale. Le dernier restaurant permanent, Le Soufflet, a fonctionné de 1999 à 2008 proposant une cuisine traditionnelle locale.

Seul demeure le restaurant La Forge de Bonnal qui est ouvert durant la saison estivale.

Culture et PatrimoineModifier

Monuments religieuxModifier

Église paléochrétienne de la Corvée Saint-MauriceModifier

L'église paléo-chrétienne de la Corvée Saint-Maurice : découvert en 1967, cet édifice est le plus ancien témoignage de l'architecture chrétienne en Haute-Saône. Les fouilles, effectuées jusqu'en 1974, ont mis en évidence un bâtiment initial (nef-abside) datant du VIe siècle, pourvu ensuite d'annexes latérales, de salles à usage de sacristie et d'une chapelle funéraire elle-même dotée d'une abside. De nombreuses sépultures, dont des sarcophages, témoignent de l'importance du site durant le VIIe siècle. La fin de l'occupation est datée du XIe siècle[28].

Église Saint-GengoulModifier

 
L'église.

La chapelle de la Maison-du-VauModifier

Cette chapelle a été démolie dans les années 1980.

Les calvairesModifier

Plusieurs calvaires parsèment le territoire de la commune.

Monuments civilsModifier

  • La mairie du village, édifiée en 1832 durant le mandat de Henri Piquet, est l'œuvre de l'architecte luron Mougenot[11]. Le fronton de celle-ci comporte la mention "Maison commune" en plus de la date.
  • Un château du XVIIIe siècle, aujourd'hui à l'abandon, a appartenu à la famille de Buretel de Chassey jusqu'à la Révolution, puis à une riche famille de maîtres de forge au XIXe siècle, les Duchon et enfin au Baron de Vomécourt au début du XXe siècle.
  • Les vestiges gallo-romains du Pré Guillemin ont été inscrits monument historique en 2002.
  • Monument commémoratif en l'honneur du curé J. Lalloz.

Le monument aux mortsModifier

  • Monument aux morts. Le cénotaphe de Chassey fut érigé en 1923 sur un terrain offert par Mme Marie Ronel. Il commémore les morts du village, au nombre de 25, tués lors des deux guerres mondiales ainsi que dans les combats de la guerre de 1870[30].

Les fontainesModifier

Le village est construit en deux parties : un quartier bas dont la rue principale longe le ruisseau du Grougnot qui va se jeter dans l'Ognon tout proche ; un quartier haut où sont tous les édifices publics et qui n'a pas de source[31]. C'est à partir de la source dite du Grougnot, l'une de celles qui alimentent le ruisseau de Chassey, que s'est faite l'alimentation en eau sous pression du village en plusieurs campagnes de travaux dont les deux principales, avec pose de conduites de fonte, ont été menées en 1802 et 1857. Le village comporte 4 belles fontaines[32] :

  • Fontaine du Bas ou Vieille fontaine. À l'origine, sans doute construite sur les plans de Beaujard en 1802. Reconstruite en 1825 sur les plans de Pambet comme fontaine avec lavoir et abreuvoir, non couverts. La pile de jet et sa vasque ont été construites à une date indéterminée. Le lavoir a été couvert en 1878 par Dodelier, en même temps que la fontaine du Gros-Trot. Les bassins servent désormais de bacs à fleurs.
  • Fontaine du Gros-Trot ou du Croz. L'une des fontaines construites avant 1857, sans doute en 1802. Avant sa reconstruction en 1857 par Dodelier, elle avait un obélisque. D'abord sans couverture, elle a été couverte en 1878, en reprenant à peu près le projet de 1857. Elle a été transformée en salle municipale et sert d'atelier de distillation. Construite comme un théâtre à flanc de coteau, la forme de son toit permet encore d'en apprécier la courbe malgré la construction d'une façade sans grâce qui en cache le mur du fond. Au centre de cette façade ont subsisté la vasque et les bassins de pierre avec jet en fonte représentant une tête de neptune.
  • Fontaine-lavoir au croisement du CD 87 et du CD 4. Construite une première fois en 1857, elle a été reconstruite en 1881 par Humbert et couverte postérieurement. Après avoir servi de bûcher pendant plusieurs décennies, elle a été restaurée en 1997.
  • Fontaine du Haut. Construite une première fois en 1857-1858 - une borne et deux bassins d'abreuvoir en pierre -, reconstruite en 1867 sur les plans de Servas comme fontaine avec abreuvoir et lavoir découvert, en pierre, mise enfin à sa place actuelle en 1896 par Humbert. C'est une fontaine-lavoir avec abreuvoir et pile de jet en fonte de Varigney.

Personnalités liées à la communeModifier

Voici ci-dessous un aperçu des personnalités chasséennes les plus significatives ou ayant un attachement particulier à la commune :

Famille de Buretel de ChasseyModifier

Pierre de Buretel épouse en 1674 Anne Terrier de Ranzevelle, dame de Chassey : leurs descendants portent depuis le nom de Buretel de Chassey. Parmi eux :

HomonymiesModifier

On retrouve le nom de Chassey pour d'autres localités françaises :

DiversModifier

AutresModifier

Voir aussiModifier

La culture chasséenne est associée à une céramique remarquable dont les décors géométriques sont gravés après cuisson.

BibliographieModifier

  : source utilisée pour la rédaction de cet article

Ouvrages générauxModifier

  • Gérald Barbet, Pierre Gandel, Chassey-lès-Montbozon, un établissement rural gallo-romain, Annales Littéraires de l'Université de Franche-Comté, Les Belles Lettres, Paris, 1997.  
  • Gérald Barbet, Rougemont - Chassey, la voie de l'histoire, édité par Fortis Besançon, Imprimerie Simon à Ornans, 1998.  
  • Jérôme Verder, Deux forges dans leur environnement. Bonnal et Montagney au XVIIIe siècle. Mémoire de maîtrise, 2008.  
  • François Lassus, La population de la Franche-Comté au lendemain de la guerre de Dix Ans : recensements nominatifs de 1654, 1657, 1666.. Diff. les Belles lettres, Besançon, 1995.  
  • Jean-Louis Clade, Mutations, permanences, ruptures dans le canton de Rougemont, Doubs, 1789-1815, Annales Littéraires de l'Université de Franche-Comté, Les Belles Lettres, Paris, 1986.  
  • Paul Delsalle, "Charles Quint et la Franche-Comté. Portraits et lieux de mémoire, Cêtre 2008-2012

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. - Vue satellite de Chassey-lès-Montbozon
  2. Site calculant l'orthodromie d'après les longitudes et latitudes.
  3. Gérald Barbet, Rougemont-Chassey, La voie de l'histoire, 1998.
  4. http://www.recensement.insee.fr/RP99/rp99/c_affiche.affiche?nivgeo=C&codgeo=70137&produit=P_LOGB&theme=ALL&typeprod=ALL&lang=FR
  5. Archives généalogiques et hisroriques de la noblesse de France par P. Louis Lainé 1836
  6. Dictionnaire des Communes de la Haute-Saône.
  7. Léopold Niepce, Le Grand-Prieuré d'Auvergne - Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, Lyon, Librairie Générale Henri Geors, Bâle - Genève, (présentation en ligne), p. 337
    L'auteur mentionne La maison des Vaux, annexe de Presles.
  8. idem
  9. http://www.societe.com/societe/sarl-domaine-touristique-du-val-de-bonnal-432229383.html
  10. http://www.camping-valdebonnal.fr/index.php
  11. a b et c Source: AD70 – 137 E dépôt 27/D1 : délibérations du Conseil municipal 1790-1838
  12. Cahier de Doléances des habitants du village de Chassey-lès-Rougemont, arrêté en l'assemblée du 19 mars 1789, archives départementales de la Haute-Saône.
  13. Jean-Louis Clade, Mutations, permanences, ruptures dans le canton de Rougemont, 1986.
  14. Fabienne Poupeney, Austro-Hongrois au XIXe siècle en Franche-Comté, Editions CEGFC, 2000
  15. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. « Arrêté préfectoral du 23 décembre 2011, portant définition du schéma départemental de coopération intercommunale du département de la Haute-Saône » [PDF], Préfecture de la Haute-Saône (consulté le 12 août 2016), p. 3.
  17. « Présentation de la CCPMC », Communauté de communes du Pays de Montbozon et du Chanois (consulté le 16 août 2016).
  18. « Les maires de Chassey-lès-Montbozon », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 20 août 2016).
  19. Y. L., « Maire, une fonction noble : Vingt anciens élus ont reçu officiellement le diplôme de l'honorariat, à Frotey-lès-Vesoul », La Presse de Gray,‎ (lire en ligne, consulté le 26 juin 2017) « Au nombre des récipiendaires, (...) Maurice Verder, membre du conseil municipal de Chassey-lès-Montbozon pendant trente-et-un ans, dont onze années dédiées à la fonction de maire, jusqu'en 2008. ».
  20. « Chassey-lès-Montbozon : le maire sortant brigue un deuxième mandat », L'Est républicain, édition de la Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  21. « Chassey-lès-Montbozon : Bernard Jeannerod réélu », L'Est républicain, édition de la Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  22. Archives municipales.
  23. http://alize2.finances.gouv.fr/communes/eneuro/tableau.php?icom=137&dep=070&type=BPS&param=0&exercice=2007
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  27. Source INSEE recensement de 1999 [1]
  28. Chassey-lès-Montbozon Au VIIe siècle une des premières églises funéraires de Franche-Comté Jean-Louis Odouze Editions du patrimoine.Vesoul MAE éditeurs 2006
  29. Base de données Palissy du Ministère de la Culture
  30. Memorialgenweb.org - Chassey-lès-Montbozon : monument aux morts
  31. Grisel, Langrognet, Fontaines monumentales du pays des 7 rivières, Société d'agriculture, lettres, sciences et arts de la Haute-Saône, 1998
  32. http://www.fontainesdefrance.info/fontaines/fontaine-chasseylesmontbozon.htm

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Tourisme à Chassey-lès-Montbozon: lien vers le site de l'Office de Tourisme au Pays des 7 Rivières: www.tourisme7rivieres.fr