Ouvrir le menu principal

Chasing Mavericks

film sorti en 2012
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mavericks (homonymie).
Chasing Mavericks
Titre québécois À la poursuite de Mavericks
Titre original Chasing Mavericks
Réalisation Michael Apted
Curtis Hanson
Scénario Kario Salem
Acteurs principaux
Sociétés de production Fox 2000 Pictures
Walden Media
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film biographique
Durée 116 minutes
Sortie 2012

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Chasing Mavericks ou À la poursuite de Mavericks au Québec est un film biographique américain de Curtis Hanson, remplacé par Michael Apted en fin de tournage à la suite d'une opération chirurgicale[1], sorti en 2012.

SynopsisModifier

L'histoire vraie du prodige de surf Jay Moriarity. Celui-ci a 15 ans lorsqu'il découvre que le mythique spot de Mavericks, où se forme l'une des plus grosses vagues du monde, se situe près de chez lui à Santa Cruz. Il fait appel à Frosty Hesson, une légende locale, afin de l'aider à s'y mesurer. Alors qu'ils se préparent à réaliser l'exploit de dompter l'une des plus dangereuses vagues qui soit, une amitié unique se noue entre Jay et Frosty, qui va transformer leur vie bien au-delà du domaine du surf.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Société de doublage : Dubbing Brothers

Directrice artistique : Nathalie Régnier

Sources et légendes : Version française (V. F.) sur RS Doublage[2] et sur AlloDoublage[3] ; Version québécoise (V. Q.) sur Doublage.qc.ca[4]

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

MynesThickeAwards

NominationsModifier

Box-officeModifier

AccueilModifier

Réception critiqueModifier

Le film a reçu des critiques mitigées de la part des critiques. Il a reçu une note de 45 % de la part de Metacritic. Roger Ebert a fait l'éloge du film en déclarant que "Chasing Mavericks" est fait avec plus de soin et d'intelligence que bien d'autres films commençant par son modèle. C'est mieux que la plupart des films destinés aux adolescents. Et la cinématographie de la grande scène Mavericks d'Oliver Euclid et Bill Pope est tellement effrayant que vous comprenez en quelque sorte pourquoi Frosty reste sur le rivage, observant Jay avec des jumelles." Pour le site Roten Tomatoes, le score est de 31% sur la base de 79 avis. Le consensus indique: "C'est doux, gentil et d'une modeste affabilité, mais ce film est finalement pris au piège par un scénario peu convaincant et un manque d'énergie déconcertant."

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier