Charlotte Elliott

Charlotte Elliott
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
BrightonVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
St Andrew's Church, Church Road, Hove (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Psalmiste, écrivaine, éditriceVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Charles Elliott (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Eling Venn (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Henry Venn Elliott (en)
Eliza Elliott (d)
Eleanor Elliott (d)
Catherine Jane Elliott (d)
Midshipman Basil Woodd Elliott (d)
Mary Sophia Elliott (d)
Edward Bishop Elliott (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Just as I Am (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Charlotte Elliott ( - ) est une poétesse, auteure d'hymnes et éditrice anglaise. Elle est surtout connue par deux hymnes, "Just As I Am" et "Thy will be done" [1].

Jeunesse et éducationModifier

Elliott est née le 18 mars 1789 à Westfield Lodge, Brighton [2]. Son grand-père maternel, le Rev. Henry Venn de la Secte de Clapham, de Huddersfield et Yelling, en Angleterre, est un théologien. Il écrit The Complete Duty of Man en 1763 et fait partie de ce groupe de ministres, dont les travaux et les écrits provoquent "Le Grand Réveil" du XVIIIe siècle, parmi les églises de Grande-Bretagne. Il épouse en 1757 une fille du Rév. Thomas Bishop, un théologien d'Ipswich. Leur fille aînée, Eling, souvent citée dans Rev. Venn's Memoirs, épouse le 30 décembre 1785 Charles Elliott [3], un marchand de soie [4], de Clapham et Brighton. De leurs six enfants, Charlotte est la troisième fille [5]. Ils ont Henry Venn Elliott et Edward Bishop Elliott, qui sont membres du clergé et engagés comme assistants du vicaire, du recteur et du curé de l'église St Mary the Virgin et de l'église St Mark respectivement. Henry Venn Elliott est également le fondateur de St Mary's Hall à Brighton [2].

L'enfance d'Elliott se déroule dans un cercle de grand raffinement et de piété. Elle est très instruite et développe, dès son plus jeune âge, une grande passion pour la musique et l'art [2]. "À un âge précoce, Charlotte commence à être consciente de sa nature pécheresse et de son besoin de résister aux séductions du péché." Charlotte se sent indigne de la «grâce de Dieu» en grandissant et est incapable de faire face à un Dieu juste et parfait. Dans les nombreuses églises qu'elle visite, différents pasteurs lui disent continuellement de prier davantage, d'étudier davantage la Bible et d'accomplir des actions plus nobles.

CarrièreModifier

Elliott passe les 32 premières années de sa vie à Clapham. En tant que jeune femme, elle est douée comme portraitiste et auteur de vers humoristiques [6].

 
L'hymne, "Just As I Am", avec la musique de William Batchelder Bradbury

Elle est connue dans les cercles sociaux où la religion n'est pas mentionnée, mais une grave maladie en 1821 l'éloigne de ces compagnons et l'amène à ressentir le besoin d'un Sauveur personnel. Vers cette époque, César Malan de Genève, qui est en visite à la résidence de Clapham de son père, Grove House, [2] lui demande si elle est en paix avec Dieu, une question qui la travaille à l'époque et elle refuse de parler ce jour-là, mais un quelques jours plus tard, elle appelle le Dr Malan et s'excuse, disant qu'elle voulait purifier sa vie avant de devenir chrétienne. Malan répond : "Viens comme tu es", et elle consacre sa vie au Christ ce jour-là [6].

La santé d'Elliott s'améliore par une visite l'année suivante en Normandie. Mais en 1829, elle redevient une malade chronique presque impuissante, avec seulement des intervalles occasionnels de soulagement. En 1833, son père décède. Elle prend en 1834 la direction éditoriale de The Christian Remembrancer Pocket Book, an Annual, et en 1836 du Invalid's Hymn Book – ouvrages précédemment dirigés par une amie, Miss Harriet Kiernan, alors en phase terminale de tuberculose. L'annuaire qu'elle édite pendant 25 ans et plusieurs de ses poèmes y paraissent. À l'édition du Invalid's Hymn Book qu'elle agrandit et édite de manière anonyme en 1836, elle compose 115 hymnes, parmi lesquels le très connu "Just as I am, without one plea". Elle compose également plusieurs hymnes en 1835 à une sélection de psaumes et d'hymnes de son frère, le révérend. Henry V. Elliott. Elle publie également, en 1836, Hours of Sorrow Cheered and Comforted. Ses hymnes du matin et du soir pendant une semaine, sont imprimés en privé en 1837 et publiés en 1842 [7].

Des visites en Écosse en 1835 et en Suisse en 1837 lui profitent considérablement [7]. Sa belle-sœur, la femme d'Henry, est décédée en 1841. Sa mère, après une maladie grave d'un an, meurt en avril 1843. Deux de ses sœurs suivent rapidement. Ainsi, sa maison se vide et, en 1845, elle et une sœur survivante font un séjour d'été sur le continent européen et s'installent à Torquay. Après 14 ans, cependant, elle retourne à Brighton [7].

Dernières années et mortModifier

Elliott est membre de l'Église d'Angleterre. Plus tard, lorsqu'elle n'a pas pu assister au culte public, elle écrit : « Ma Bible est mon église. Il est toujours ouvert et mon grand prêtre attend toujours de me recevoir. J'y ai mon confessionnal, mon action de grâces, mon psaume de louange, et une congrégation dont le monde n'est pas digne – prophètes, et apôtres, et martyrs, et confesseurs ; bref, tout ce que je peux vouloir, je le trouve." [8]

Un volume de poèmes parait en 1863 et son frère Henry meurt cette année-là [7]. Une seule fois, en 1867, elle s'aventure de nouveau hors de chez elle, passant quelques semaines dans un village voisin. En 1869, elle tombe gravement malade mais réussit à se rétablir [7]. Elle est décédée au 10 Norfolk Terrace, Brighton, le 22 septembre 1871 [7] [5] et est enterrée aux côtés de ses frères dans le cimetière de St Andrew's, Hove.

Elliott est une parente éloignée de Virginia Woolf [9].

Elliott a écrit environ 150 hymnes et de nombreux poèmes, dont certains sont imprimés de manière anonyme, Just As I Am étant probablement le plus connu. Le Dr Billy Graham écrit que son équipe a utilisé cet hymne dans presque chacune de leurs croisades, car il présente «la base biblique la plus solide possible pour l'appel du Christ»[10] L'historien de l'hymnodie Kenneth Osbeck écrit que Just As I Am a "touché plus de cœurs et influencé plus de gens pour le Christ que toute autre chanson jamais écrite" [11]. L'écrivaine chrétienne Lorella Rouster le qualifie de "leg incroyable pour une femme invalide qui souffrait de dépression et se sentait inutile au service de Dieu" [12].

RéférencesModifier

  1. Gall & Inglis 1875, p. 217.
  2. a b c et d Hatfield 1884, p. 228.
  3. Julian 1892, p. 163.
  4. « Biography of Miss Charlotte Elliott, 1789–1871. (Spiritual Songsters) », STEM Publishing (consulté le )
  5. a et b Boase 1892, p. 981.
  6. a et b Petersen et Petersen 2015, p. 345.
  7. a b c d e et f Hatfield 1884, p. 229.
  8. Nutter 1893, p. 131.
  9. Wojtczak 2008, p. 130.
  10. Crusader Hymns & Hymn Stories, p. 33.
  11. 101 Hymn Stories, Kregel
  12. Lorella Rouster,"The Story of Just As I Am", Sunday School Times & Gospel Herald, Summer Quarter 2007, Union Gospel Press, Cleveland, OH, p. 50.
  • Goddard, Wiliam H., Wonderful Words of Life Songbook with devotions, copyright 1985 par Hope Publishing Co.

Liens externesModifier