Charlotte E. Ray

avocate américaine

Charlotte E. Ray ( - )[1] est la première avocate noire américaine aux États-Unis[2],[3]. Ray est diplômée de la faculté de droit de l’Université Howard en 1872. Elle est également la première femme admise au barreau du district de Columbia et la première femme à exercer sa profession devant la Cour suprême du district de Columbia[4]. Son admission est utilisée comme un précédent par les femmes d'autres États qui souhaitent aussi être admises au barreau[5].

Charlotte E. Ray
Drawing of Charlotte E Ray.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
WoodsideVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Howard University School of Law (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Père
Charles Bennett Ray (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Cordelia Ray (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Ray ouvre son propre cabinet d'avocats et en fait la promotion dans un journal dirigé par Frederick Douglass[6]. Cependant, elle n’exerce le droit que pendant quelques années car les préjugés contre les Afro-Américains et les femmes rendent son commerce intenable[7]. Ray déménage finalement à New York, où elle devient enseignante à Brooklyn. Elle s'implique alors dans le mouvement pour le suffrage féminin[8] et a rejoint la National Association of Colored Women's Clubs[9].

JeunesseModifier

Charlotte Ray est née à New York de Charlotte Augusta Burroughs et du révérend Charles Bennett Ray (en). Le révérend Ray est une figure importante du mouvement abolitionniste et édite le journal The Colored American. Charlotte Ray a six frères et sœurs, dont l'une est la poétesse Cordelia Ray (en). L'éducation est importante pour son père, qui veille à ce que chacune de ses filles aille à l'université. Charlotte fréquente la Normal School for Colored Girls (en) à Washington, où elle obtient son diplôme en 1869[10]. C'est l'un des rares endroits où une femme noire peut acquérir une éducation adéquate à l'époque.

Après cela, Ray devient professeure à l'Université Howard, dans ce qui est l’école préparatoire de l’Université. Alors qu’elle enseigne à Howard, elle s’inscrit au département de droit sous le nom de CE Ray[10]. Charlotte Ray obtient son diplôme le 27 février 1872, complétant un programme de trois ans, et devient la première femme à obtenir son diplôme de la faculté de droit de l'Université Howard. Des sources affirment qu'elle obtient aussi son diplôme de Phi Beta Kappa[11] mais l'Université d'Howard n'a pas reçu de chapitre de Phi Beta Kappa avant 1953[12].

Pendant ses études en droit, elle se serait spécialisée en droit des sociétés. Elle est identifiée comme étant la femme, citée par le général OO Howard, fondateur et premier président de l'Université Howard, « ayant lu une thèse sur les entreprises, non copiée des livres, mais de son cerveau, sur les questions juridiques les plus délicates »[8]. D'autres suggèrent que Mary Ann Shadd Cary est la personne en question[13].

Controverse sur son admissionModifier

Elle est admise à la Howard School of Law du district de Columbia en 1872 parce qu'elle a posé sa candidature sous le nom de "CE Ray" et qu'elle utilise un autre nom pour dissimuler son sexe afin que son admission ne soit pas immédiatement révoquée[14]. Selon d’autres, son utilisation des initiales n’est pas prouvée et ne fut pas nécessaire, car à cette époque, l’Université Howard a une politique d’acceptation des Noirs et des femmes clairement définie[10].

CarrièreModifier

Ray est admise au barreau du district de Columbia le 2 mars 1872 et commence à exercer à la Cour suprême du district de Columbia le 23 avril 1872[8],[15]. Sa nomination est notée dans le Woman's Journal et est classée parmi les Femmes du siècle[16]. Ray commence sa pratique indépendante du droit commercial en 1872, en faisant sa publicité dans des journaux tels que New National Era et Citizen , appartenant à Frederick Douglass[5],[6]. Certaines sources suggèrent qu'elle veut se spécialiser en droit immobilier, ce qui implique moins de comparutions devant un tribunal[8].

Néanmoins, il existe des preuves qu'elle est active au tribunal. Elle est la première femme à pratiquer et à plaider devant la Cour suprême du district de Columbia[4] où elle plaide la cause de Gadley v. Gadley (vt. Godling v. Godling), No 4278, déposée le 3 juin 1875. Dans cette affaire, elle défend une femme sans éducation qui demande le divorce d'un mari violent. Les arguments sont fondés sur les motifs « d'ivresse habituelle » et de « cruauté de traitement, mettant en danger la vie ou la santé de la partie plaignant ». La requête de Ray évoque avec force la violence du mariage, décrivant un incident dans lequel le mari a d'abord brisé le lit, puis « est descendu, pris une hache et est revenu », dans le but de faire tomber sa femme et de lui briser le cou[10],[17].

Charlotte Ray est réputée pour son éloquence, son autorité et pour être « l'un des meilleurs avocats en droit des sociétés du pays »[5],[18],[19]. Pourtant, malgré ses liens avec Howard et ses publicités, elle est incapable de maintenir un flux de clientèle constant, suffisant pour subvenir à ses besoins. Indépendamment de ses connaissances juridiques et de son expertise en droit des sociétés, peu de personnes sont prêtes à faire confiance à une femme noire pour leur cas[7],[8]. En 1897, Kate Kane Rossi , avocate au Wisconsin, rappelle que « Mlle Ray... bien que juriste d'une grande capacité, en raison de son sexe et de sa couleur de peau, n'a pas été en mesure d’obtenir suffisamment d’affaires juridiques et a dû abandonner sa... pratique active »[8],[20]. Au lieu de cela, elle retourne enseigner, travaillant à Brooklyn[8].

Vie privéeModifier

La poétesse Henrietta Cordelia Ray est l'une de ses sœurs. À un moment donné, les trois sœurs sont enseignantes. Charlotte cesse d'enseigner pendant un certain temps pour pratiquer le droit et Henrietta Cordelia cesse d'enseigner pour obtenir sa maîtrise et écrire de la poésie[21].

Ray assiste à la convention de New York de la National Woman Suffrage Association en 1876[22]. Après 1895, Ray semble avoir été active au sein de la National Association of Colored Women's Clubs[10].

Elle se marie à la fin des années 1880 et est devenue Charlotte E. Fraim[10].

En 1897, elle s'installe à Woodside, Long Island , où elle meurt d'une grave bronchite à l'âge de 60 ans le 4 janvier 1911[10],[21],[22].

Honneurs posthumesModifier

En mars 2006, la section de la Phi Alpha Delta (en) de la faculté de droit de l'Université Northeastern (Boston) choisit d’honorer Ray en donnant son nom à leur chapitre nouvellement créé, en reconnaissance de sa place en tant que première avocate afro-américaine[23].

RéférencesModifier

  1. (en) « Charlotte E. Ray | American lawyer and teacher », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 2 juillet 2019)
  2. (en) Black American Biographies : The Journey of Achievement, New York, Britannica Educational Pub., , 280 p. (ISBN 978-1-61530-176-8 et 1-61530-176-3, lire en ligne), p. 114
  3. (en) Rebels in Law : Voices in History of Black Women Lawyers, Ann Arbor, University of Michigan Press, , 323 p. (ISBN 0-472-10883-2), p. 283
  4. a et b (en) Geraldine R. Segal, Blacks in the Law : Philadelphia and the nation, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, , 313 p. (ISBN 0-8122-7854-2)
  5. a b et c (en) J. Clay Smith, Emancipation : The making of the black lawyer, 1844–1944, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, (ISBN 0-8122-3181-3)
  6. a et b (en) Contemporary Black Biography : Profiles from the international Black community, Detroit, Mich., Gale Research Inc., (ISBN 978-0-7876-7932-3 et 0-7876-7932-1)
  7. a et b (en) Sara Van Winkle, « Legal Resistance », dans Black Women in America, Oxford University Press, (ISBN 9780195156775, DOI 10.1093/acref/9780195156775.001.0001/acref-9780195156775-e-0265, lire en ligne)
  8. a b c d e f et g (en) Thomas, Dorothy, Black Women in America, Oxford African American Studies Center, 2e édition éd., « Ray, Charlotte E. (1850–1911) »
  9. (en) Howard Cabiao, « Ray, Charlotte E. (1850-1911) » (consulté le 16 janvier 2019)
  10. a b c d e f et g (en) Osborne, « Charlotte E. Ray: A Black Woman Lawyer », Stanford Law School, (consulté le 30 avril 2014)
  11. (en) Black Women in America, New York, 2nd, , 533 p. (ISBN 0-19-515677-3), p. 30
  12. http://coas.howard.edu/phibetakappa/
  13. (en) Cecily Barker McDaniel, 'Fearing I Shall Not Do My Duty to My Race If I Remain Silent' : Law and Its Call to African American Women, 1872–1932, Columbus, Ohio, Ohio State University (Ph.D. dissertation), (lire en ligne)
  14. (en) Virginia G. Drachman, Sisters in Law : Women Lawyers in Modern American History, Cambridge, Massachusetts, pbk, , 334 p. (ISBN 0-674-00694-1, lire en ligne)
  15. (en) Paul D. Buchanan, The American Women's Rights Movement : a chronology of events and of opportunities from 1600 to 2008, Boston, Branden Books, , 256 p. (ISBN 978-0-8283-2160-0 et 0-8283-2160-4, lire en ligne), p. 71
  16. (en) Phebe Ann Hanaford, Women of the Century, B.B. Russell, (lire en ligne)
  17. (en) Smith, Jr., « Charlotte E. Ray pleads before court », Howard Law Journal, vol. 43,‎ , p. 121–139
  18. (en) Monroe A. Majors, Noted Negro Women, their triumphs and activities, Chicago, Donohue & Henneberry, , 183–184 p. (lire en ligne)
  19. (en) Karen Berger Morello, The Invisible Bar : The Woman Lawyer in America, 1638 to the Present, New York, Random House, , 271 p. (ISBN 0-394-52964-2)
  20. Chicago Legal News, 23 octobre 1897.
  21. a et b (en) Smith, Jr., « Black Women Lawyers: 125 Years at the Bar, 100 Years in the Legal Academy », Howard Law Journal, vol. 40, no 369,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mai 2014)
  22. a et b (en) Notable American Women, 1607–1950; A Biographical Dictionary, Cambridge, Massachusetts, 2nd, , 3152 p. (ISBN 0-674-62731-8)
  23. (en) « Student Organizations: Phi Alpha Delta Law Fraternity International », Northeastern University School of Law (consulté le 27 janvier 2012)