Ouvrir le menu principal

Charline Delporte est engagée dans la lutte contre les sectes depuis le début des années 1990 et a reçu à ce titre la médaille de chevalier de la Légion d'honneur[1]. Après avoir longtemps été membre puis présidente de l'Association pour la défense des familles et de l'individu (ADFI) pour les régions Nord, Pas-de-Calais et Picardie, elle est aujourd'hui présidente du Centre national d'accompagnement familial et de formation face à l'emprise sectaire (CAFFES) depuis octobre 2014.

Elle a également été élue au conseil municipal de la ville d'Emmerin au sein de l'opposition[2].

Sommaire

Son engagement contre les sectesModifier

Delporte est entrée dans l'Association pour la défense des familles et de l'individu (ADFI) Nord Pas-de-Calais Picardie au début des années 1990, après que sa fille a rejoint les Témoins de Jéhovah. Elle a tout abandonné et a vendu son magasin de fromages pour se dévouer entièrement à la lutte contre les sectes[1]. Succédant à la fondatrice de l'association dans le Nord Lydwine Ovigneur, Charline Delporte a assuré la présidence de l'ADFI Nord pendant 22 ans[3].

Elle a également créé une association de fait le 10 janvier 1995 pour venir en aide aux personnes ayant quitté le mouvement religieux des Témoins de Jéhovah : la Coordination nationale des victimes de l'organisation des Témoins de Jéhovah (CNVOTJ[4]). Elle a été animatrice de ce réseau informel jusqu'à l'annonce de sa dissolution dans un communiqué en date du 10 mars 2006[5].

En octobre 2014, l'ADFI Nord Pas-de-Calais Picardie a cessé ses activités et Charline Delporte a pris la présidence d'une nouvelle association ouvrant de nouvelles possibilités au niveau national : le Centre national d’accompagnement familial et de formation face à l’emprise sectaire (CAFFES[6]).

Son engagement politiqueModifier

Constatant qu'il n'y avait qu'une seule liste qui se présentait aux élections municipales 2014 à Emmerin, Charline Delporte a décidé de faire appel aux Emmerinois pour former une seconde liste en distribuant des tracts à partir du 21 février 2014[7]. Trois semaines plus tard, sa liste «Emmerin notre fierté commune» (liste divers droite) était constituée et a obtenu trois élus au conseil municipal avec 30 % des voix[8].

Cependant, ses relations avec la majorité paraissent plutôt tendues, comme le montre une lettre ouverte adressée à la maire Danièle Ponchaux à l'issue du Conseil municipal du 30 septembre 2014, avec des mots qui friseraient la diffamation selon la première magistrate d'Emmerin[9]. Les élus de la majorité lui reprochent notamment « une méconnaissance du fonctionnement des collectivités territoriales ».

Ses publicationsModifier

Charline Delporte a publié deux ouvrages sur les Témoins de Jéhovah :

  • Sa fille faisant à l'époque partie des Témoins de Jéhovah, elle a publié en 1996 avec l'aide d'une journaliste le livre Gourous, rendez-lui sa liberté. Sa fille a quitté les Témoins de Jéhovah en 2007[1].
  • En 1998, elle a également sorti en tant que présidente de l'ADFI Nord Pas-de-Calais Picardie un recueil de témoignages, introduit par une analyse rédigée par des élèves de l'École supérieure de journalisme de Lille, sous le titre Témoins de Jéhovah : Les victimes parlent.

BibliographieModifier

  • Charline Delporte, Gourous, rendez-lui sa liberté - Témoignage sur les sectes, Édition n° 1, 1996.
  • Charline Delporte, Témoins de Jéhovah : Les victimes parlent, Éditions Fayard, 1998.

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier