Charles de Royrand

général français

Charles Aimé de Royrand, né le 14 mars 1726 à Saint-Fulgent (Vendée) et mort le à Sermaise près de Baugé-en-Anjou (Maine-et-Loire), est un militaire français, connu pour être le plus âgé des chefs vendéens.

Charles de Royrand
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
SermaiseVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Charles Aimé de RoyrandVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Allégeance
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Arme
Grade militaire
Conflits
Distinction
Carte du livre Francois-Severin Marceau (1769-1796) par Thomas George Johnson publié en 1896 à Londres.
Carte de la Vendée en 1793.
La défaite devant Luçon, gravure de Tom Drake (première bataille de Luçon, 28 juin 1793).

BiographieModifier

Premières annéesModifier

Charles Aimé de Royrand, né le 14 mars 1726 à Saint-Fulgent, est l'un des trois fils de Charles Samuel de Royrand et de Louise Jacquette Sageot, tous prénommés Charles. Les deux autres frères sont Charles Louis et Charles Augustin. Un quatrième fils, René François, est né en 1735. Charles Aimé rejoint le régiment d'infanterie Navarre, et plus tard le régiment Armagnac. Après s'être battu lors de la guerre de la Conquête puis de la guerre d'indépendance américaine, il retourne en France en 1780 et se retire dans ses terres. Pendant ses années de service militaire, il reçoit l'ordre de Saint-Louis[1].

La guerre de VendéeModifier

Lieutenant-colonel en retraite depuis 1785, il habitait un château près de Saint-Fulgent lorsqu'éclata la guerre de Vendée. Il reçut le commandement de l'Armée catholique et royale du Centre. Il devint ensuite l'un des quatre généraux adjoints à d'Elbée quand celui-ci fut nommé général en chef des armées vendéennes. Il combattit avec courage pendant sept mois dans des conditions extrêmement difficiles. Il participa notamment aux première, deuxième et troisième batailles de Luçon. Il succomba à ses blessures le 5 décembre 1793 lors de la virée de Galerne.

Notes et référencesModifier

  1. Johnson 1896, p. 77.

BibliographieModifier

Articles connexesModifier