Charles de Gorostarzu

évêque catholique

Charles de Gorostarzu
Image illustrative de l’article Charles de Gorostarzu
Mgr Charles de Gorostarzu
Biographie
Naissance
à Saint-Vincent-de-Tyrosse (France)
Ordination sacerdotale
Décès
Penang (Malaisie)
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par
Mgr Pierre-Marie Gendreau
Vicaire apostolique du Yunnan (Chine)
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Marie Félix Charles de Gorostarzu, né le à Saint-Vincent-de-Tyrosse (diocèse d'Aire-Dax) et mort le à Penang (Malaisie), est un prêtre français des Missions étrangères de Paris, missionnaire en Chine et vicaire apostolique dans le Yunnan.

BiographieModifier

Jeune missionnaireModifier

 
Blason de la famille de Gorostarzu

Issu d'une famille basque attachée au trône et à la religion catholique[réf. nécessaire], il poursuit ses études au petit séminaire de Larressore, fait sa philosophie au séminaire MEP d'Issy-les-Moulineaux et sa théologie au séminaire français de Rome. Après son ordination sacerdotale, le , il prolonge ses études à Rome. Il entre au séminaire de la rue du Bac des Missions étrangères de Paris, le [1]. Il embarque un an plus tard à Marseille pour la Chine avec plusieurs compagnons dont le Père de Guébriant. Ils sont destinés au vicariat apostolique du Yunnan (aujourd'hui archidiocèse de Kunming) qu'ils atteignent après cinq mois de navigation en mer et deux mois de navigation sur le fleuve Bleu. Le jeune P. de Gorostarzu rejoint Mgr Fenouil en février 1886 qui l'envoie à Long-ki (dans le Bas Yunnan chez les Lolos), poste lointain à deux jours de Sui-fu par la route, mais à une quinzaine de jours de la préfecture. Il s'occupe ensuite de différents postes reculés dans le gouvernement de Lo-pin-tchéou. Il est appelé en 1890 à Yunnan-fou pour succéder au procureur. Il lance des bulletins de liaison de nouvelles polycopiés (Le Petit Novelliste). En 1897, il est nommé à la procure de Mong-tsé où se trouve un consulat de France, une gare et un poste de douane chinoise. Il missionne dans la région notamment auprès des minorités ethniques, ce qui provoque des troubles de la part des Chinois Han: le quartier européen de Mong-tsé est attaqué et brûlé le , alors que la révolte des Boxers s'annonce. Lorsqu'elle éclate, Mgr Fenouil et ses missionnaires doivent se réfugier au Tonkin, possession française. Le P. de Gorostarzu demeure en Chine, ayant été nommé administrateur de la mission, et se réfugie à la frontière tonkinoise côté chinois pendant l'apogée des troubles. En 1905, le P. de Gorostarzu ainsi que le P. Kirchner ont une centaine de villages aborigènes sous leur responsabilité pastorale. La mission d'Ou-sé Tchang est incendiée en 1907 avec une quinzaine de maisons de convertis.

Vicaire apostoliqueModifier

Après la mort de Mgr Fenouil, le , le P. de Gorostarzu est nommé en décembre 1907 - sous le pontificat de saint Pie X - évêque i.p.i. d'Aila et vicaire apostolique du Yunnan. Mgr Gendreau le consacre à Hanoï le . Il tente de visiter régulièrement les districts de sa mission malgré les difficultés matérielles. Il fait venir les Sœurs de Saint-Paul de Chartres à Tchongking. Les temps sont troubles. Le P. Mérigot est tué à Tsing-y le et la république de Sun Yat-sen est proclamée en 1911. En 1912, la région de Long-ki et du Bas Yunnan sont éprouvées par les troubles politiques. Malgré cela, Mgr de Gorostarzu visite les districts de l'est et de l'ouest de son vicariat. En 1914, cinq de ses missionnaires sont mobilisés et pendant quelque temps, il assure seul le service de la procure de la mission. Le , à Ning-Yuan-Fu, il assiste Mgr de Guébriant pour la consécration épiscopale de Mgr Bourgain.

Il part pour la France en 1920 et, du 7 mai au , assiste, à Rome, en tant que délégué du groupe des missions de la Chine du Sud, à la réunion préparatoire en vue de l'Assemblée générale de la Société des Missions étrangères prévue pour 1921 à la procure de Hong Kong. Il profite de son séjour à Rome pour obtenir du Saint-Siège la division de son vicariat, et en France, pour contacter les Pères du Sacré-Cœur de Bétharram de son cher Pays basque. Il se rend ensuite à Hong Kong où, du 9 février au , il prend part aux travaux de l'Assemblée générale des Missions étrangères.

Il est décoré en 1922 de l'ordre des Millions d'Éléphants et du Parasol Blanc du Louang Prabang. Il quitte Yunnan-fou en septembre 1922, pour assister à la réunion synodale de Sui-fu pour étudier les questions de la future assemblée de Shanghai. À son retour, il visite les districts du nord-est de sa mission, et rentre à Yunnan-fou le . En mai 1924, il est à l'assemblée plénière de Shanghai présidée par le délégué apostolique. En octobre 1924, les Pères de Bétharram se voient confier les districts de Tali, Monghoa, Yangpi, Euluen, Uinpin, et Paochan et les cinq sous-préfectures qui relient les six premières à l'intendance de Poueul[2]. Ce territoire est érigé en mission distincte en 1929, et devient en 1948 le diocèse de Dali. Il célèbre les funérailles de Mgr Bourgain (1872-1925) à Yunnan-fou le samedi [3].

Mgr de Gorostarzu assiste à Hanoï le , avec le P. Degenève, au triduum en l'honneur de sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus, récemment canonisée par Pie XI et qui priait pour les carmels d'Indochine et les missions de Chine, en union avec saint Théophane Vénard. En 1927, il est de retour à Hanoï, puis à Hué au début de juillet, en vue de préparer une future fondation d'un carmel à Yunnan-fou, projet auquel il songeait depuis 1910. Mais, en 1928, en raison des désordres politiques au Yunnan, cette réalisation est repoussée. De Hué, il se rend à Bien-Hoa près de Saigon ; puis passe quelques jours à la clinique Angier de Saïgon. Il s'embarque à bord de l'Amboise le , mais doit entrer en clinique le 29 juillet à Hanoï. Le , marchant péniblement, il retrouve son évêché de Yunnan-fou. Il se résout alors à demander un coadjuteur.

Le 1er juillet 1928, Mgr de Gorostarzu inaugure un probatorium avec trente-quatre élèves, et une école de catéchistes. Soucieux de la formation de ses prêtres, dès 1915, il envoie ses séminaristes au collège général de Penang. En 1933, le vicariat apostolique de Yunnan-fou compte (les missionnaires mis à part) dix-huit prêtres autochtones, treize grands séminaristes dont deux étudiants au séminaire Saint-Sulpice de Paris, et quarante-huit élèves dans les classes secondaires supérieures du petit séminaire.

Dernières annéesModifier

 
Église (aujourd'hui cathédrale) Notre-Dame-de-l'Assomption, à Penang (Malaisie).

En mai 1930, il part pour Hong Kong où il arrive le 17 mai pour la préparation de l'Assemblée générale de la Société, puis s'embarque à bord du Sphinx à destination de la France. Il prend part à Paris aux travaux de l'Assemblée générale rue du Bac (son ami Mgr de Guébriant est alors supérieur général) et fait fin août sa visite ad limina à Rome. Il s'embarque à Marseille pour le retour en mai 1931. Au début de 1932, Mgr de Guébriant en tournée générale en Asie vient le visiter. En mai suivant Mgr Audren est nommé coadjuteur.

Il quitte Yunnan-fou (devenu Kunming) le , et Saigon, le , à bord du Porthos, pour se rendre en France. Après avoir dépassé Singapour, il est victime d'une congestion. Lorsque le bateau arrive à Penang (Malaisie), Mgr de Gorostarzu est débarqué à l'hôpital. Il y meurt le .

Ses obsèques se déroulent à l'église de l'Assomption le lendemain et il est enterré au cimetière de Penang à côté de Mgr Perrichon (de la même promotion des MEP que lui, 1861-1920), dans la concession de la mission. Mgr de Jonghe d’Ardoye lui succède en mai 1933.

Notes et référencesModifier

  1. Bibliotheca missionum, vol XIII, p. 169.
  2. Gilles Grasdorff, La Belle histoire des Missions étrangères, 1658-2008, Paris, éd. Perrin, 2007, p. 405.
  3. En présence du consul de France, M. Bodard - père de Lucien Bodard - qui prononce l'oraison funèbre, du consul d'Angleterre et du consul des États-Unis.

Liens externesModifier