Charles de Saint-Paul

historien français

Charles Vialart de Saint-Paul
Biographie
Naissance Vers 1592
Paris
Ordre religieux Ordre cistercien et ordre de Saint-Benoît
Décès
Évêque de l'Église catholique
Consécration épiscopale
Évêque d'Avranches
Autres fonctions
Fonction religieuse
Abbé de Notre-Dame des Feuillants et supérieur général de l'Ordre des Feuillants

(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Charles de Saint-Paul ou Charles Vialart de Saint-Paul, né en 1592, mort le , était un ecclésiastique et historien français qui vécut pendant le règne de Louis XIV. il fut supérieur général de l'ordre des Feuillants de 1628 à 1634 et de 1637 à 1643 et évêque d'Avranches de 1640 à 1644.

BiographieModifier

Charles Vialart est le fils de Félix Vialart, seigneur de La Forest, maitre des requêtes, et de Jeanne Hennequin. Destiné à l'Église, il devient abbé de Notre-Dame des Feuillants dans le diocèse de Rieux et supérieur général de l'Ordre des Feuillants de 1628 à 1634 et de 1637 à 1643.

Désigné comme évêque d'Avranches en 1640, confirmé le et consacré en juillet par Léonore d'Estampes de Valençay, évêque de Chartres en même temps que son neveu Félix Vialart de Herse, évêque de Châlons à Paris dans l'église du couvent des Feuillants. Son épiscopat est bref car il meurt à 52 ans le 1644 et il est inhumé dans la cathédrale au pied du grand autel[1].

Charles Vialart fait également œuvre d'historien du cardinal de Richelieu avec son Histoire du ministère d'Armand Jean du Plessis cardinal duc de Richelieu, sous le règne de Louys le Juste, XIIIe du nom, roy de France et de Navarre publiée en 1650.

PublicationsModifier

  • Histoire du ministère d'Armand-Jean du Plessis, cardinal duc de Richelieu, sous le règne de Louys le Juste, XIII. du nom, Roy de France & de navarre. À Paris 1650. Il dresse ici un tableau très complet du ministère du cardinal de Richelieu. Il étudie chronologiquement tous les évènements importants du règne de Louis XIII, en insistant en particulier sur les aspects singuliers de politique extérieure du cardinal. Il s'appuie pour cela sur une très importante documentation, avec en particulier des lettres inédites concernant les négociations des "affaires de Piedmont & du Montferrat" qui sont reproduites dans l'ouvrage. Il ajoute à cette étude historique des réflexions politiques personnelles, qu'il base sur une histoire plus ancienne. D'une rare violence à l'égard du principal ministre de Louis XIII, cet ouvrage déchaina les foudres de la censure et fut condamné au feu par arrêt du Parlement du .
  • Tableau de la Magdelaine en l'estat de parfaite amante de Jesus. Où se voient les exercices par lesquels on peut arriver à la gloire d'un semblable estat 1628 [1].

Notes et référencesModifier

  1. R.P. Richard et Giraud, Bibliothèque sacrée ou Dictionnaire universel, historique, dogmatique, canonique, géographique et chronologique des sciences ecclésiastiques, Paris, 1828, tome XXVIII, p. 100.

BibliographieModifier