Ouvrir le menu principal

Charles Spindler

photographe, écrivain, peintre et marqueteur alsacien
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Spindler.
Charles Spindler
Charles Spindler-Portrait.jpg
Charles Spindler, photographie anonyme,
Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
Naissance
Décès
(à 72 ans)
Saint-Léonard
Nationalité
Drapeau de la FranceDrapeau de l'AllemagneDrapeau de la France
Activité

Charles Spindler né le à Bœrsch et mort le à Saint-Léonard est un peintre, illustrateur, ébéniste, écrivain et photographe français[1].

Il fait partie du cercle de Saint-Léonard et est le créateur de la Revue alsacienne illustrée.

BiographieModifier

 
Portrait de Charles Spindler, photographie anonyme.

Charles Spindler est le neveu du portraitiste et peintre de genre Louis-Pierre Spindler.

Après le décès de son père en 1875, sa famille s'installe à Strasbourg. Entre 1882 et 1888, il étudie à Düsseldorf, Munich et Berlin. Lors d'un séjour en Alsace en 1886, il se lie avec Anselme Laugel, un ancien voisin de Saint-Léonard. Il s'y installe alors à son tour en 1891. En 1902, il se marie avec Jeanne Rippel, originaire de Strasbourg.

À partir de 1899, Charles Spindler s'entoure d'artistes et d'artisans pour former le cercle de Saint-Léonard. Le but de ce groupe est de susciter un mouvement d'art industriel à l'imitation de ce qui se fait par ailleurs en Allemagne ou en Grande-Bretagne. Les principaux membres sont Paul Braunagel et Auguste Cammissar pour le vitrail, les frères von Zschock pour la ferronnerie, Léon Elchinger et Wingerter pour la céramique, Jacquemin, J.-J. Graff et Lienhardt pour l'ébénisterie.

Il a tenu régulièrement son journal pour occuper ses insomnies dues à des crises de goutte, maladie qu’on ne savait pas encore soigner. La partie allant du au a été publiée en 1925[2]. C’est un document incomparable qui restitue l’état d’esprit de la population pendant la Première Guerre mondiale car, malgré son patriotisme français évident, il reste objectif et témoigne de ce qu’il entend dire autour de lui.

À la date du , il écrit :

« Aujourd’hui dimanche, visite du notaire H., de Strasbourg, avec quelques amis ; parmi eux, le potier W. de Betschdorf[3], le jeune peintre D., de Gresswiller. Court et gros, l’œil spirituel et malicieux, le notaire offre le type de l’habitué de la Taverne. Il est plein d’anecdotes contre les Boches, car c’est, paraît-il, le surnom qu’on donne maintenant en France aux Allemands[4]. »

Le livre est d’autant plus savoureux que, si les propos tenus en allemand ou en alsacien sont traduits, de façon d’ailleurs fort brillante (« Wir sind fürchterlich blamiert » devient « On va se ficher de nous, et comment ! »), souvent le texte original est donné en note ou immédiatement après.

La partie du journal postérieure au est inédite. Le Jean-Marie Gyss a prononcé à la salle des fêtes de Bœrsch une conférence où il a parlé de la suite du journal, qui s'arrête pratiquement en 1928[5]. De cette conférence, il apparait que l'enthousiasme patriotique de Spindler est bien vite retombé devant les maladresses des autorités françaises et que ce patriote français a été outré par les exactions commises contre les Allemands. Étant encore bien vu, il a réussi à intervenir utilement en faveur de quelques-uns mais cette attitude modérée, dans le climat exalté de l'époque, a commencé à lui valoir des inimitiés. Nombre de ses proches ont rompu avec lui quand, à l'occasion du procès des autonomistes de Colmar[6], il est venu témoigner en faveur d'un autonomiste, innocent des faits dont on l'accusait. À pareille époque, une telle publication aurait paru un soutien à la cause autonomiste qu’il n’a jamais soutenue.

Dans ses Mémoires inédits publiés 70 ans après sa mort[7] il mâche encore moins ses mots. Sur Hansi, dont la légende fait son ami, il écrit :

« Hansi, un singe mal bâti, le dos voûté, une figure de gavroche aux traits flétris sur un corps trop grand, le regard méfiant et fuyant, un débit nasillard, ressemble à un Boche qui aurait voulu se donner des allures de rapin français[8]. »

Cet ouvrage rassemble ses souvenirs allant de 1889 à 1914 et a été rédigé après 1928, quand il a cessé de tenir son journal. C'est un ouvrage essentiel pour qui s'intéresse à la vie artistique et intellectuelle de l'Alsace avant 1914. Par ailleurs, bien que profondément déçu par la politique française en Alsace après 1918, il cherche toujours à rester objectif dans ce domaine et constate que :

« La guerre a été provoquée surtout par la bêtise et la maladresse des hommes d'État allemands, et elle se serait déclenchée aussi bien avec ou sans le redressement de l'Alsace ; de même qu'une Alsace absolument germanisée n'eût pas été un empêchement à la désannexion par la France. »

Une partie de son travail est protégée par l'inscription à l'inventaire complémentaire des monuments historiques, catégorie mobilier[9] : ils sont conservés à la mairie d'Étampes, ou à Soultz-sous-Forêts[10].

Son fils Paul Spindler (1906-1980) a tourné beaucoup de films amateurs durant sa vie dans toute l'Alsace[11]. Sur beaucoup de ces pellicules, essentiellement en 9,5 mm, en 8 mm et en Super 8, Charles Spindler apparaît à de nombreuses reprises dans les villes et villages de la région pendant les années 1920 et 1930. Ce fonds de films amateurs est aujourd'hui conservé par l'Association MIRA-Mémoire des images réanimées d'Alsace, cinémathèque numérique alsacienne créée en 2006 et basée à Strasbourg.

ŒuvreModifier

MobilierModifier

Charles Spindler découvre fortuitement[12] la marqueterie en 1893, art qui devient pour lui son moyen d'expression artistique préféré. Ses premiers meubles sont réalisés sous l'inspiration du Jugendstil tout en préservant son enracinement dans l'art populaire alsacien.

Il participe à de multiples expositions et obtient des distinctions pour ses œuvres (grand prix à l'Exposition universelle de 1900 à Paris pour Le Salon de Musique, Highest Award à l'Exposition universelle de 1904 de Saint Louis)[12].

Le galeriste Jean Brolly témoigne : « Aux yeux de mes parents, qui étaient commerçants [à Strasbourg], l'art était chose secondaire. On trouvait chez eux les incontournables marqueteries de Charles Spindler[13]. »

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Images alsaciennesModifier

Entre 1893 et 1896, sur une idée du dessinateur bavarois Joseph Sattler, Charles Spindler publie les Images alsaciennes (Elsaesser Bilderbogen), une série de planches illustrant les histoires et légendes d'Alsace[14].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Costumes et coutumes d'AlsaceModifier

En 1902, Charles Spindler illustre l'ouvrage d'Anselme Laugel, Trachten und Sitten im Elsass[15], réédité en 1975 sous le titre Costumes et coutumes d'Alsace[16].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Travaux publicitairesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

PublicationsModifier

  • illustration de Leb'wohl, mein Elsass de Alberta von Puttkamer.
  • L'Alsace pendant la guerre, préface de André Hallays, vignettes d'après les dessins de l'auteur, Treuttel et Würtz, Strasbourg, 1925, 763 p. ; réédité en fac-similé en 2008, avec des compléments de Jean-Marie Gyss et Michel Loetscher, Nancy, Éditions Place Stanislas, 847 p. (ISBN 978-2-355-78019-6).
  • Ceux d'Alsace : types et coutumes, avec des dessins originaux d'Édouard Elzingre, Éditions des Horizons de France, 1928, 137 p. ; réédité en 2010 sous le titre Ceux d'Alsace : l'hommage d'un artiste aux Alsaciens et à leurs traditions, avec une introduction de François Igersheim et un texte de Barbara Gatineau, Nancy, Éditions Place Stanislas, 220 p. (ISBN 978-2-355-78055-4).

Notes et référencesModifier

  1. Biographie Charles Spindler.
  2. Charles Spindler, L'Alsace pendant la guerre. Strasbourg, Librairie Treuttel & Würtz, 1925 ; réimpression : L'Alsace pendant la guerre 1914-1918. Nancy et Colmar, Éditions Place Stanislas, 2008.
  3. Sans doute François Charles Wingerter (cf. Betschdorf : poterie d'Alsace en grès au sel).
  4. Qu’un Alsacien aussi patriote que Spindler ait ignoré jusqu’à l’existence du mot « boche » avant cette date montre que ce mot n’était pas vraiment répandu avant la guerre alors qu'il était devenu courant dès la fin de l'année 1914.
  5. https://c.dna.fr/edition-de-obernai-barr-rosheim/2015/10/24/spindler-par-jean-marie-gyss%7CSpindler par Jean-Marie Gyss, conférence organisée par la Société d’histoire et d’archéologie de Boersch-Klingenthal-Saint-Léonard et l’Association des amis de la Léonardsau et du Cercle de Saint-Léonard.
  6. Ce procès qui concernait 22 autonomistes a eu lieu en mai 1928.
  7. Charles Spindler, L'âge d'or d'un artiste en Alsace. Mémoires inédits 1889-1914. Nancy et Colmar, Éditions Place Stanislas, 2009.
  8. p. 247.
  9. Voir la base Palissy.
  10. œuvres classées.
  11. « Portrait de cinéastes - Paul Spindler », sur www.miralsace.eu (consulté le 6 novembre 2018).
  12. a et b Charles Spindler, L'âge d'or d'un artiste en Alsace : Mémoires Inédits 1889-1914, Editions Place Stanislas, , 300 p. (ISBN 978-2-35578-034-9), p. 113.
  13. Jean Brolly, cité par Anne Martin-Fugier in Galeristes- entretiens, Actes-Sud Babel, 2010, p. 157).
  14. Charles Spindler, L'Alsace pendant la guerre : 1914-1918, fac-simile de l'édition de 1925, avec une présentation et des commentaires de Jean-Marie Gyss, Éditions Place Stanislas, Nancy, 2008, p. 12 (ISBN 978-2-355-78019-6).
  15. SUDOC [1]
  16. SUDOC.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Charles Spindler : une œuvre fondatrice de l'identité alsacienne, [catalogue d'exposition], Strasbourg, Conseil général du Bas-Rhin, 2011, 21 p.
  • Michel Loetscher et Jean-Charles Spindler, Charles, Paul, Jean-Charles Spindler, un siècle d'art en Alsace, Éditions La Nuée Bleue.
  • Collectif, Boches ou tricolores : Les alsaciens-lorrains dans la Grande Guerre, Strasbourg, La Nuée ;Bleue, , 464 p. (ISBN 978-2-7165-0741-7), chap. 13 (« "L'Alsace pendant la guerre" de Charles Spindler. Le journal d'un artiste alsacien »), p. 217-229;
  • Jean-Marie Gyss, Charles Spindler mémorialiste : son journal d’après-guerre (1919-1933), Université Strasbourg-II, 2005, n.p. [mémoire de DEA].
  • Étienne Martin, « Charles Spindler et le cercle de Saint-Léonard. Régionalisme et modernité », in Strasbourg 1900 : naissance d'une capitale, [actes du colloque, Musée d'art moderne et contemporain de Strasbourg, 1-4 décembre 1999], Paris, Somogy ; Strasbourg, Musées de Strasbourg, 2000, p. 92-97 (ISBN 2-85056-387-0).
  • Étienne Martin, « Charles Spindler », dans Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, vol. 35, p. 3700.
  • Étienne Martin-Tresch, « Charles Spindler. L'Alsace et l'Art Nouveau », ABC, n° 231, avril 1984, pp. 11 à 18 et pp. 47 à 49 [illustrations de meubles et divers ouvrages d'ébénisterie en bois marquetés datés de 1902 à 1904].
  •   « Charles Spindler (1865-1938) : Peintre, aquarelliste, marqueteur, écrivain, photographe », sur Amis du Leonardsau et du cercle de St-Léonard (consulté le 10 octobre 2014).
  • Julien et Walter Kiwior Le Kunschthaafe Art, histoire et gastronomie en Alsace, Association A.R.S Alsatiae, 2010, p. 318 (ISBN 9782746617339).
  • Georges Bischoff, Jérome Schneider, Florian Siffer, Néogothique ! Fascination et réinterprétation du Moyen-Age en Alsace (1880-1930), Strasbourg, BNU éditions, 2017, 192 p. (ISBN 978-2-85923-073-9).

Liens externesModifier