Charles Seymour (2e baron Seymour de Trowbridge)

Charles Seymour
Fonctions
Membre du Parlement d'Angleterre
Membre du Parlement de 1661 à 1679
Titre de noblesse
Baron Seymour de Trowbridge (en)
-
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Famille
Seymour (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Frances Seymour (née Prynne), Lady Seymour of Trowbridge (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoints
Mary Smith (d)
Elizabeth Alington (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Francis Seymour
Unknown daughter Seymour (d)
Honora Seymour (d)
Unknown daughter Seymour (d)
Charles Seymour
Unknown Seymour (d)
Hon. Frances Seymour (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Charles Seymour, 2e baron Seymour de Trowbridge (c. 1621 – ) est le fils de Francis Seymour (1er baron Seymour de Trowbridge), auquel il succède dans la baronnie en 1664.

BiographieModifier

Il épouse d'abord, le 4 août 1632 Marie, fille de Thomas Smith de Soley dans Chilton Foliat, un village au nord-ouest de Hungerford. Le couple a une fille, Frances (1654-1716), qui épouse Sir George Hungerford et a au moins six enfants[1],[2]. Il s'est marié en secondes noces, en 1654, avec Elizabeth Alington (1635-1691), fille de William Alington (1er baron Alington) de Killard (14 mars 1610/1611 - octobre 1648); ils ont trois enfants.

Deux des fils de Charles, Francis Seymour (5e duc de Somerset) et Charles Seymour, deviennent Duc de Somerset, son père étant un frère cadet de William Seymour (2e duc de Somerset). Sa fille, Honora Seymour, épouse Sir Charles Gerard, 3e baronnet[3]. Charles Seymour est remplacé dans la baronnie par son fils aîné, Francis.

RéférencesModifier

  1. Marquis de Ruvigny et Raineval, Le Sang Royal de la grande-Bretagne, Tudor Rouleau (Londres: n.p., 1903), p. 36, Tableau LIX
  2. Marquis de Ruvigny et Raineval, Le Sang Royal de la grande-Bretagne, Tudor Rouleau (Londres: n.p., 1903), Page 31, Table De L
  3. John Burke et Sir Bernard Burke a écrit généalogique et héraldique de l'histoire de la éteintes et dormant baronetcies de l'Angleterre, de l'Irlande et de l'Écosse.

SourcesModifier

  • G. E. C. (G. E. Cokayne) Et Geoffrey H. Blanc, Complet Pairie ou Une histoire de la Chambre des Lords et de tous ses membres depuis les premiers temps, vol. XI, p. 641, Rue Sainte Catherine Press, 1949.