Ouvrir le menu principal

Charles Nicolas Lafond

peintre français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lafond.
Charles Nicolas Lafond
Naissance
Décès
Nom de naissance
Charles Nicolas Raphaël Dutronc-Lafond
Autres noms
Dutronc dit Lafond, Lafond le Jeune
Nationalité
Activité
Maître
Élève
Michel Marigny, Armand Philippe Joseph Béra
Mouvement

Charles Nicolas Lafond, dit Lafond le Jeune, né en à Paris et mort le à Paris, est un peintre français de l’École néoclassique.

Sommaire

BiographieModifier

Charles Nicolas Raphaël Lafond naît à Paris, en . Il est le fils de Léonard Dutronc dit Lafond, peintre décorateur et de Marie Jeanne Gauché. D'abord formé par son père à l'art, il fur plus tard l'élève des peintres Jean Simon Berthélemy, Joseph-Benoît Suvée puis Jean-Baptiste Regnault. Il exposa régulièrement au Salon de peinture et de sculpture entre 1796 et 1834. Lors du salon de 1804 il reçut une médaille d'or de première classe pour son tableau Le Samaritain. Il sera récompensé de nouveau par deux médailles d'or lors des salons de 1808 et 1817. Ses œuvres, des compositions mythologiques, historiques ainsi que des portraits reflètent sa formation néoclassique. Actif sous l'Empire puis la Restauration, il sera très apprécié du roi Louis XVIII pour lequel il réalise de nombreuses commandes dont le tableau représentant La duchesse de Berry présentant son fils le duc de Bordeaux au peuple et à l'armée. En 1825, à l'occasion du sacre de Charles X, il collabore avec Pierre-Luc-Charles Ciceri pour la décoration de la Cathédrale Notre-Dame de Reims[1]. Ayant ouvert une académie de peinture et de dessin, il aura parmi ses élèves le peintre Michel Marigny[2]. Dans les années 1817 et 1820, Lafond est cité comme sous-lieutenant à la 3e Légion de la Garde nationale de Paris. Par décret du , il est nommé chevalier de la Légion d'honneur[3]. Il mourut à Paris le . Il est enterré au Cimetière de Montmartre.

GalerieModifier

ŒuvresModifier


ÉlèvesModifier


Notes et référencesModifier

  1. « Gazette nationale ou le Moniteur universel 8 juin 1825 », sur Retronews - Le site de presse de la BnF (consulté le 29 mars 2019)
  2. Société libre des beaux-arts (Paris) Auteur du texte, « Journal des artistes : annonce et compte rendu des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure, lithographie, poésie, musique et art dramatique », sur Gallica, (consulté le 15 janvier 2019)
  3. Annuaire impérial de l'Ordre de la Légion d'honneur, Paris, imprimerie impériale (Paris), , 731 p. (lire en ligne), p. 298

BibliographieModifier

  • Monfort, Marie : Un tableau de Ch.-N.-R. Lafond (1774- 1835), découvert à l'église de Rueil-Malmaison, rare témoin de la peinture religieuse sous l'Empire. Société de l'histoire de l'art français séance du samedi 2 octobre 2004.
  • Foucart, Bruno : Le renouveau de la peinture religieuse en France, 1800-1860. Arthéna, 1987