Charles Maurain

géophysicien français

Charles Honoré Maurain (né le à Orléans (Loiret), mort le à Paris) est un géophysicien français.

Charles Maurain
Image dans Infobox.
L’ancienne faculté des sciences de Rennes, où Maurain enseigna de 1899 à 1905.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 96 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Enfant
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions

BiographieModifier

Normalien et agrégé de physique, Charles Maurain prépare sa thèse de doctorat « sur l'aimantation du fer divisé » en tant qu’assistant d’Éleuthère Mascart au Collège de France dans le Ve arrondissement de Paris (1894). Après avoir enseigné au lycée de Lorient (Morbihan ; 1897-1899), il exerce à la faculté de sciences de Rennes (Ille-et-Vilaine ; 1899-1905), de Caen (Calvados ; 1905-1910), avant de devenir directeur de l’institut aérotechnique de Saint-Cyr. Au cours de la Première Guerre mondiale, il commande une section de la deuxième armée avec le grade de lieutenant, puis est affecté à la direction des inventions. En 1921, devenu professeur de physique à la faculté des sciences de Paris, il milite auprès des autorités pour la création d’un Institut de physique du globe de Paris (un établissement similaire avait été créé quelques décennies plus tôt en Alsace-Lorraine par les autorités allemandes à Strasbourg), dont il devient le premier directeur. Membre du Bureau des longitudes, il est élu, en 1924, président de la Société météorologique de France, devient deux ans plus tard doyen de la faculté des sciences de Paris avant d’être reçu membre de l’Académie des sciences le dans la section d'astronomie. Maurain a été président de la Société astronomique de France (SAF) de 1937 à 1939[1]. Durant l'Occupation de la France par l'Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale, il est recteur de l'académie de Paris - président du conseil de l'université de Paris du 5 mars au puis prend sa retraite universitaire. Il est président de l'Académie des sciences en 1944.

TravauxModifier

Charles Maurain s'illustra par ses contributions à l’étude du magnétisme terrestre et de l’ionosphère. Il joua notamment un rôle important auprès des autorités françaises dans la promotion de la météorologie, des techniques aéronautiques et de la Transmission sans fil (TSF). Il a publié entre autres sur le ferromagnétisme, les états physiques de la matière et l'ionisation atmosphérique.

ParcoursModifier

  • 1890-1893: École normale supérieure.
  • 1893: Agrégé de physique.
  • 1894-1896: Préparateur d'Éleuthère Mascart au Collège de France.
  • 1897: Professeur au lycée de Lorient.
  • 1898: Docteur ès sciences.
  • 1899-1905: Maître de conférences à la Faculté des sciences de Rennes.
  • 1905-1910: Professeur à la Faculté des sciences de Caen.
  • 1907: Assesseur du doyen de l’Université de Caen.
  • 1910: Chargé de cours à la Sorbonne.
  • 1914-1919: Mobilisé.
  • 1919-1921: Directeur adjoint des recherches scientifiques et industrielles et des inventions.
  • 1921: Professeur titulaire de physique du globe à la Sorbonne et professeur au Conservatoire national des arts et métiers. Il obtient avec Edmond Rothé (1873-1942) la création des instituts de physique du globe (il dirigera celui de Paris jusqu'en 1941), sur les modèles des observatoires astronomiques.
  • 1926-1941: Doyen de la Sorbonne.
  • 1930: Membre de l'Académie des sciences, section d'astronomie.
  • 1941: Recteur de l’Université de Paris.
  • 1944: Président de l'Académie des sciences[2].

DistinctionsModifier

ŒuvresModifier

  • L'étude physique de la terre (1961)
  • Physique des nuages (1953)
  • La météorologie et ses applications, Flammarion, coll. « Bibliothèque de philosophie scientifique », .
  • L'étude physique de la terre : intérieur, couche superficielle, atmosphère, Presses universitaires de France, .
  • La foudre, librairie A. Colin, .
  • Le climat parisien (1947)
  • L'observatoire géophysique de Chambon-la-Forêt (1937)
  • Étude pratique des rayonnements solaire, atmosphérique et terrestre (1937)
  • L'année polaire 1932-1933, organisation générale et travaux scientifiques (1935)
  • Magnétisme et électricité terrestres (1935)
  • Les progrès des connaissances sur le magnétisme terrestre (1933)
  • Alphonse Mailhe (1932)[3]
  • Les actions mécaniques des tremblements de terre (1931)
  • Anomalies du champ magnétique terrestre en France (1931)
  • Notice sur la vie et les travaux de Henri Andoyer (1930)
  • Sur la vitesse de propagation des ondes sismiques superficielles (1929)
  • Nouveau réseau magnétique de la France au 1er janvier 1924 (1929)
  • Sur l'enregistrement de la radiation solaire à l'Observatoire du Parc-Saint-Maur (1927)
  • Notice sur les travaux scientifiques de Charles Maurain (1925)
  • Physique du globe (1923)
  • Études sur les surfaces, la résistance de l'air, le vent, les tissus pour aéroplanes et les méthodes de mesure de la perméabilité des étoffes à ballon (1912)
  • Les recherches d'aérotechnique et la navigation aérienne (1912)
  • L'aviation (1910)
  • Les états physiques de la matière (1910)
  • Sur l'action de la torsion sur l'aimantation (1907)
  • Les détecteurs magnétiques et l'action des oscillations électriques sur l'aimantation (1907)
  • Étude et comparaison des procédés de réduction de l'hystérésis magnétique (1904)
  • Sur les cohéreurs à diélectrique solide (1904)
  • Sur une action magnétisante de contact et son rayon d'activité, sur les propriétés magnétiques de lames très minces de fer et de nickel (1902)
  • Propriétés des dépôts électrolytiques de fer obtenus dans un champ magnétique (1901)
  • Le magnétisme du fer (1899)
  • Recherches sur les écrans électromagnétiques et l'influence de la fréquence sur l'énergie dissipée dans l'aimantation (thèse de doctorat) (1898)[4]

BibliographieModifier

  • Notice sur les travaux scientifiques de Charles Maurain, Archives de l'Académie des Sciences, Paris, 1929.
  • Jubilé de Charles Maurain, doyen de la Faculté des sciences, allocutions prononcées à la Sorbonne, le 20 juillet 1941, par Élie Cartan, Aimé Cotton et Émile Borel, 1941.
  • Notice nécrologique sur Charles Maurain, par Jean Coulomb, in Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences (CRAS) n° 264, 1967, Vie académique, p. 128-130.
  • Notice sur la vie et les travaux de Charles Maurain, par E. Thellier, Publications de l’Institut de France, 1972, n° 2.
  • Les professeurs de la Faculté des sciences de Paris, par Christophe Charle et Eva Telkès-Klein, Paris, 1989, p. 196-198.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier