Ouvrir le menu principal

Charles Maillard (1887-1973)

peintre, professeur des beaux-arts et administrateur scolaire canadien d'origine française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charles Maillard.
Charles Maillard
Charles Maillard BAnQ P1000S4D83PM31.tif
Biographie
Naissance
Décès
Nationalités
Formation
Activité
Enfant
Nellie Maillard (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour

Charles Maillard (8 mars 1887, Tiaret - 8 décembre 1973, Montréal) est un peintre, professeur des beaux-arts et administrateur scolaire.

Sommaire

BiographieModifier

Il réalise ses études à Paris, à l'Académie Julian dans les ateliers de Jules Lefebvre et Tony Robert-Fleury ainsi qu'à École nationale supérieure des beaux-arts. Il a effectué un premier séjour au Canada en 1904 et immigre au Canada en 1910. De 1915 à 1919, il est militaire de guerre dans la Légion étrangère sous le drapeau français, avec un séjour à Montréal en 1916[1]. Il est nommé professeur en 1923 et devient rapidement directeur en 1925 de l'École des beaux-arts de Montréal[2]. Il est un acteur privilégié des débuts de l'enseignement des beaux-arts dans cette école. Pour lui, cette école devait s'adresser à l'ensemble de la population pour son recrutement[3]. Il démissionne de ce poste en 1945 suite à un conflit avec Alfred Pellan sur des problèmes de modernisme. Dès 1931, il est aussi directeur général des beaux-arts pour la Province et administre certaines décisions pour l'École des beaux-arts de Québec (1931-1936). La carrière de cet artiste est surtout axé sur des paysages et des portraits[4]. Il a illustré quelques publications dont Le Bouclier canadien-français publié en 1924 avec la contribution d'Adrien Hébert et de Jean Gay[5].

ExpositionsModifier

  • Art Association of Montreal, 1912
  • Canadian paintings, sculpture, water colours graphic and applied art, architectural exhibit and salon of photography, Canadian National Exhibition, Toronto, 1930
  • Rétrospective Charles Maillard, Maison des arts la sauvegarde, Montréal, 8 mai au 31 mai 1971
  • Charles Maillard, Galerie Pauline Johnson, mai 1980[6]

Musées et collections publiquesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Karel, David., Dictionnaire des artistes de langue française en Amérique du Nord : peintres, sculpteurs, dessinateurs, graveurs, photographes, et orfèvres, Musée du Québec, (ISBN 2763772358, OCLC 28178086, lire en ligne), p. 530
  2. Laliberté, Alfred, 1878-1953., Les artistes de mon temps, Boréal, (ISBN 2890521486, OCLC 16049412, lire en ligne), p. 250
  3. Charles Maillard, Vers un art canadien : lettre aux anciens à l'occasion du 20e anniversaire de fondation de l'École des beaux-arts de Montréal, Montréal, , p. 1
  4. Jacques Hardy, « Une visite à l'atelier de M. Maillard », La Revue Moderne,‎ , p. 17-19
  5. Louis-Janvier Dalbis, Le Bouclier canadien-français, Montréal, C. Déom, , 246 p. (lire en ligne)
  6. Cécile Brosseau, « Les toiles de Maillard chez Pauline Johnson », La Presse,‎ , A30
  7. « MNBAQ - Collections - Charles Maillard », sur collections.mnbaq.org, (consulté le 19 février 2019)

Liens externesModifier