Ouvrir le menu principal

Charles Macdonald

ethnologue et anthropologue libertaire
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir MacDonald.

Charles Macdonald (1944-) est un ethnologue et anthropologue libertaire, né aux États-Unis et vivant en France.

Il est reconnu pour l'élaboration d'une théorie anthropologique qui met en œuvre des principes explicatifs relevant de la pensée anarchiste. Selon Edgar Morin, ses travaux éclairent les dichotomies « hiérarchie/hétérarchie/anarchie et centrisme/polycentrisme/acentrisme ».

Il publie en 2018, L’ordre contre l’harmonie : anthropologie de l’anarchie.

BiographieModifier

Ethnologue spécialisé dans l’étude des cultures d'Asie du Sud-Est, il vit pendant plusieurs années parmi une communauté indigène, les Palawans (en), du sud de l’île de Palawan aux Philippines, dont il décrit la culture égalitaire et non-violente et établit le premier dictionnaire[1]. Il effectue également des séjours de recherche en Indonésie et au Vietnam.

En 1993, il fonde l'Institut de Recherche sur le Sud-Est Asiatique (IRSEA) à l’université d’Aix-Marseille[2] qui intègre, en 2012, l'Institut de recherches asiatiques[3].

En 1999, il est parmi les fondateurs de la Maison Asie Pacifique (MAP) à Marseille, dont il est le directeur jusqu'en 2003[4].

Il publie de nombreux articles sur des thèmes aussi variés que la structure sociale, la parenté, le suicide, l’amitié, la mythologie, etc.

Modèle sociétal « Socio-hiérarchique » vs. « anarcho-grégaire »Modifier

Anthropologue de l'anarchisme[5], ses travaux interrogent un projet théorique et comparatif pour mieux comprendre les structures humaines. Selon lui, alors que les sociétés humaines ont vécu pendant au moins 200 000 ans dans des modèles proches de l'anarchie, depuis 10 000 ans à peine, les organisations modernes valorisent des systèmes fondés sur la hiérarchie et le transcendantisme (pouvoir d'une entité extérieure au sujet et d'une autre nature; le divin, la patrie en sont des exemples) à l'origine du nationalisme et de la marchandisation [6]. Dans le sillage du théoricien de l'anarchisme Pierre Kropotkine, l'auteur de L'Entraide, un facteur de l'évolution, Charles Macdonald oppose donc deux modèles d'organisation sociétales anti-thétiques: « socio-hiérarchique » d'un côté, « anarcho-grégaire » ou « anarcho-égalitaire » de l'autre.

Pour lui, dans toute société, il y a « coopération ». Mais celle-ci peut-être consentie par l’individu ou forcée par le groupe. Dans le premier cas les sujets sont autonomes et il y a égalité entre les individus, dans le deuxième les sujets sont les rouages d’un système hiérarchisé. Dans une hiérarchie, il y a compétition pour atteindre le sommet, collaboration forcée entre les niveaux et aliénation de la liberté. L’apparition de la hiérarchie avec les sociétés humaines est récente au regard de l’histoire des humains alors qu'ils consentaient naturellement à la coopération. C’est cette part grégaire de notre être qui nous fait mettre en cause les hiérarchies sociales imposées[7],[8]. Les sociétés hiérarchiques se sont imposées car elles permettent une coopération efficace de grande envergure, sur des populations de taille importante, au prix de l'autonomie de l'individu.

Comme de nombreux rapports ethnographiques ont pu le montrer, le modèle "anarcho-grégaire" existe dans de nombreuses populations indigènes de chasseurs-cueilleurs comme les Inuits ou d'essarteurs comme les Palawans [9]. Sur le plan historique, les cosaques ou les pirates représentent des exemples passés d'organisation "anarcho-grégaires"[9]. Plus récemment, les communautés hippies suivent ce modèle d'organisation. Enfin, des formes temporaires sont fréquentes au sein de sociétés hiérarchisées, comme par exemple à l'occasion de pique-niques entre amis. Charles Macdonald suggère que ce modèle repose sur 3 dimensions fondamentales: l'égalité (qui s'oppose à la hiérarchie), le partage (qui s'oppose au don qui suppose la dette) et des liens dit "faibles" entre les individus c'est-à-dire interpersonnels, immanents (vs. transcendants) et temporaires[9].

Le suicide dans des groupes isolésModifier

Charles Macdonald met en évidence à partir des années 1980 l'existence d'un très fort taux de suicides dans une vallée isolée peuplée d'autochtones Palawans sur l'Ile de Palawan aux Philippines [10]. Alors même que les taux de suicide sont très bas dans la reste de la population Palawane, cette vallée présente des taux de l'ordre de 150 pour 100 000 habitants, soit 30 fois plus élevés que ceux des Philippines[11]. En outre, ces taux semblent persister à des niveaux élevés depuis plusieurs décennies et être indépendants de toute transformation culturelle. Charles Macdonald montre que ce phénomène (fort taux de suicide localisé au sein d'une plus large population à faible risque suicidaire), loin d'être unique, a été observé dans d'autres populations telles que les Aguarunas du Pérou, les Vaqueiros d'Espagne ou les Baruyas de Nouvelle-Guinée [10]. Il est fait l'hypothèse que le phénomène puisse résulter de l'isolement géographique propice à un double mécanisme i) d'amplification de facteurs de risque génétiques préexistants et ii) de développement local d'une micro-culture d'acceptation du suicide en tant que solution acceptable [12],[13]. Cette étude, illustrée par un documentaire sur une mission menée en 2014 avec le psychiatre Fabrice Jollant[14] représente un exemple remarquable du rôle de l'isolement géographique sur les comportements humains.

Publications et communicationsModifier

(liste non exhaustive)

  • Une Société simple, parenté et résidence chez les Palawan, Philippines, Paris, Musée de l'Homme, Institut d'ethnologie, 1977, (notice BnF no FRBNF35306038).
  • Claude Vogel, Une Société simple. Parenté et résidence chez les Palawan (Philippines), L'Homme, Éditions de l'EHESS, 1981, tome 21, n°3. pp. 142-143, [lire en ligne].
  • Uncultural behavior: an anthropological investigation of suicide in the Southern Philippines. University of Hawai'i Press 2007.
  • L'anthropologie sociale en France, dans quel état ?, Ethnologie française, 2008/4, pp. 617-625, DOI:10.3917/ethn.084.0617, [lire en ligne].
  • Structures des groupes humains. Vers une axiomatique, L'Homme 2016/1, pp.7-20, [lire en ligne].
  • Ethnologie, anthropologie et anarchisme, communication au Colloque « Anarchisme et sciences sociales », Université de Lille, 23-, [lire en ligne].
  • (en) The Anthropology of Anarchy, Indian Journal of Human Development, Vol 6, pp.49-66, , [lire en ligne].

Contributions à des ouvrages collectifsModifier

Bibliographie et sourcesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Palawan–Tagalog–English Dictionary - Work in Progress | SIL Philippines », sur www.philippines.sil.org (consulté le 27 mai 2018)
  2. Charles Macdonald, Anthropologie bio-culturelle, droit, éthique et santé (UMR 7268), Centre national de la recherche scientifique, lire en ligne.
  3. Institut de recherches asiatiques (UMR 7306), Centre national de la recherche scientifique/Aix-Marseille Université, présentation en ligne.
  4. MAP-CREDO-IrAsia, Historique de la Maison Asie Pacifique (Marseille), lire en ligne.
  5. Catherine De Smet, Béatrice Fraenkel, Engagement politique et création graphique : imprimeries anarchistes, 1973-2017, 9 février 2018, lire en ligne.
  6. Rédaction, Anthropologie de l’anarchie et anarchisme - Conférence de Charles Macdonald à Marseille, Réfractions, 18 septembre 2014, lire en ligne.
  7. Charles Macdonald, Structures des groupes humains. Vers une axiomatique, L'Homme 2016/1, pp.7-20, [lire en ligne].
  8. Bruno Généré, Individualisme et société, Conseil pour Entreprises Communes Innovantes, 30 novembre 2017, lire en ligne.
  9. a b et c Macdonald, Charles., L'ordre contre l'harmonie : anthropologie de l'anarchie (ISBN 9782847432046 et 2847432043, OCLC 1029661460, lire en ligne)
  10. a et b Macdonald, Charles J-H., Uncultural behavior : an anthropological investigation of suicide in the southern Philippines, University of Hawai'i Press, (ISBN 9781435666283, 1435666283 et 9780824865368, OCLC 256622302, lire en ligne)
  11. « GHO | By category | Suicide rates, age-standardized - Data by country », sur apps.who.int (consulté le 27 mai 2018)
  12. F. Jollant et C. Macdonald, « Endogamy and suicide: An observation-based hypothesis », Medical Hypotheses, vol. 85, no 5,‎ , p. 542–547 (ISSN 0306-9877, DOI 10.1016/j.mehy.2015.07.010, lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  13. (en) F. Jollant, A. Malafosse, R. Docto et C. Macdonald, « A pocket of very high suicide rates in a non-violent, egalitarian and cooperative population of South-East Asia », Psychological Medicine, vol. 44, no 11,‎ , p. 2323–2329 (ISSN 0033-2917 et 1469-8978, DOI 10.1017/S0033291713003176, lire en ligne, consulté le 27 mai 2018)
  14. « Vidéos/DVD KULBI LA VALLEE DES AMES DEROBEES - Karlyn Sovied », sur www.editions-harmattan.fr (consulté le 27 mai 2018)