Ouvrir le menu principal

Charles Jacob

géologue français

Charles François Étienne Jacob est un géologue français, né le à Annemasse (Haute-Savoie) et mort le .

BiographieModifier

Ancien élève de l'École normale supérieure, il fait son service militaire (1898-1899) puis passe l'agrégation en 1902. Préparateur de Wilfrid Kilian à Grenoble, il soutient en 1907 une thèse sur la paléontologie et la stratigraphie du crétacé des Alpes. En 1909 il devient maître de conférences à Bordeaux, puis succède à Victor Paquier (mort en 1911) comme professeur titulaire de la chaire de géologie à la faculté des sciences de Toulouse (1912-1928), mais au cours d'une brève période (novembre 1918 - novembre 1922) il est nommé chef du service géologique d'Indochine en remplacement de Jacques Deprat.

En 1928, il est nommé professeur à la Faculté des sciences de Paris.

Il est élu académicien des sciences (section de minéralogie) en mars 1931. Opposé à la politique de la recherche promue par Jean Perrin et le Front populaire, il est nommé en août 1940 par le gouvernement de Vichy, à l'âge de soixante-deux ans, en tant qu'administrateur du CNRS, à titre provisoire. Il est nommé effectivement directeur du CNRS en avril 1941, et sera démis de ses fonctions à la Libération en août 1944.

Il sera président de l'Académie des sciences et de l'Institut de France pendant l'année 1949.

Bernard Gèze écrit à son sujet : Le pire des pignoufs, le dictateur féroce, le maître incomparable, suivant les opinions de ses détracteurs ou de ses thuriféraires (les "Jacobites"), Jacob n'a laissé aucun géologue indifférent devant lui pendant les années de son règne en Sorbonne. Pour ma part, si je n'ai guère eu à l'apprécier favorablement, je lui ai cependant toujours reconnu de très grandes qualités professorales.

RéférencesModifier

  • site de la revue d'histoire du CNRS : article de Denis Guthleben, La nomination de Charles Jacob à la tête du CNRS de Vichy.
  • Nicolas Chevassus-au-Louis, Savants sous l'Occupation, Seuil 2005.
  • Bernard Geze, Présidents à gratter, Travaux du COFRHIGEO, 1991

Liens externesModifier