Ouvrir le menu principal

Charles Hamilton Houston

avocat américain
Charles Hamilton Houston
Charles Hamilton Houston.jpg
Biographie
Naissance
Décès
(à 54 ans)
Washington DC
Nationalité
Américain
Formation
Activité
Père
William LePre Houston
Mère
Mary Ethel Hamilton Houston
Conjoint
  • Margaret Gladys Moran (1924-1937)
  • Henrietta Williams (1937-1950)
Enfant
Charles, Jr
Autres informations
Organisation
Membre de
Arme
United States Infantry (Fort Meade, Maryland)
Grade militaire
Lieutenant
Conflit
Maître
Distinction
Charles Hamilton Houston en uniforme de lieutenant durant la 1° guerre Mondiale

Charles Hamilton Houston, né le à Washington, mort le à Washington, est un avocat et universitaire américain qui à poser les bases juridiques permettant les arrêts de la Cour suprême des États-Unis qui mettent fin à la ségrégation raciale dans les écoles publiques et pour l'accès à la propriété en la déclarant inconstitutionnelle. Il est connu comme "l'homme qui a tué les lois Jim Crow."

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Charles Hamilton Houston[1] est le fils de William Le Pré Houston, un avocat, et de Mary Ethel Hamilton Houston, une enseignante puis coiffeuse[2]. Les parents de Charles veillent à lui donner une éducation ouverte à la culture en l'emmenant aux concerts, au théâtre, lui font donner des cours de piano[3].

Après ses études secondaires, il entre en 1910-1911, à l'école préparatoire pour les jeunes afro-américains la M Street High School (en) de Washington (école connue maintenant sous le nom de la Dunbar High School (Washington, D.C.) (en)), la meilleure école des États-Unis pour les Afro-américains, il en sort avec le titre de Valedictorian[4],[5].

Le , il prend le train pour entrer au Amherst College dans le Massachusetts, il est le seul étudiant afro-américain de la promotion 1915 qui obtient le Bachelor of Arts (licence)[6]. Ayant fini major de sa promotion, conformément à la tradition, il grimpe dans la tour de la chapelle Johnson du Amherst College pour y graver les initiales de son nom suivies de l'année de sa promotion : CHH.15[7],[3].

Durant ses études, il est accepté à la prestigieuse fraternité Phi Beta Kappa[8],[9].

Diplômé, il retourne à Washington, et de 1915 à 1917, il enseigne la littérature anglaise à l'Université Howard[10].

En 1917, quand les États-Unis s'engagent dans la première guerre mondiale, Charles se porte volontaire pour entrer dans l'armée, il entre dans le camp d'entrainement des officiers de Fort Des Moines Provisional Army Officer Training School (en), puis au Fort George G. Meade et enfin il est affecté au camp de transit de Fort Dix avant d'être envoyé en France et en Allemagne comme lieutenant d'artillerie. Durant sa période militaire, Charles constate les injustices liées au racisme, les officiers blancs méprisent les officiers afro-américains, ces derniers ne sont pas admis au mess des officiers, même sur le front, ils doivent utiliser des douches et des latrines ségréguées et toute relation avec des femmes blanches est prohibée. Ces diverses expériences contraires à la fraternité des armes a renforcé la détermination de Charles à combattre les injustices raciales[11],[3],[6].

En février 1919, Charles retourne aux États-Unis. Il prend le train pour rejoindre Fort Dix, lui et un autre officier afro-américain se rendent au wagon-restaurant pour manger, leur table est à proximité d'un homme blanc, celui-ci demande scandalisé à ce que le serveur place ces noirs à une autre table. Ce dernier épisode montrant le peu de cas que les blancs faisaient de leurs compatriotes noirs qui avaient combattu pour la nation. En avril 1919, Charles Houston est démobilisé et déclare : « Mon champ de bataille est en Amérique, pas en France[3]. ».

De retour à Washington, il est comme d'autres Afro-Américains effrayé par les injustices liées à aux émeutes sanglantes, dites de l'Été rouge, organisées par des suprémacistes blancs contre les Afro-Américains et qui atteignent leur paroxysme par le massacre d'Elaine des 30 septembre et 1° octobre 1919. Les injustices flagrantes des procès qui s'en suivent décident Charles à poursuivre des études de droits afin de combattre l'injustice par le droit ; pour cela il se présente à l'Université Harvard, grâce son passé scolaire brillant, il est accepté à la faculté de droit de Harvard où il obtient son Bachelor of Laws (licence) en 1922, puis son Doctor of Juridical Science (en) (doctorat en droit) en 1923 sous la direction de Felix Frankfurter qui est pour lui son mentor. Il est le premier afro-américain à écrire des articles au sein de la Harvard Law Review[12]. Puis il part étudier le droit civil à l'université de Madrid en 1924[13]. Quand il rentre aux États-Unis c'est avec le projet d'en finir avec les lois Jim Crow[3].

CarrièreModifier

De retour d'Espagne, Charles rejoint le cabinet de son père pour s'occuper d'affaires de droit civil[14].

Charles donne également des cours de droit à l'université Howard. En 1929, Mordecai Wyatt Johnson (en), premier président afro-américain de l'université Howard, nomme Charles directeur de la faculté de droit, poste qu'il occupera jusqu'en 1935[1],[14]. il répète à ses élèves qu'ils ont le choix : un avocat est soit un fabricant d’ingénierie sociale soit un parasite qui vit sur le dos de la société (a lawyer’s either a social engineer or he’s a parasite on society). Un bon ingénieur social, selon Charles Houston, est un avocat qui utilise ses connaissances juridiques pour améliorer le sort des citoyens les plus mal loti de la nation.Charles Houston focalise son action et ses recherches juridiques sur les questions de l'égalité raciale. Il est persuadé que le combat pour l'égalité des droits civiques se gagnera dans les cours de justice[4],[3]

Il conduit une enquête sur le taux des avocats afro-américains dans le Sud, il constate un déficit massif, aussi il fait de sorte que l'université Howard forme et envoie le plus possible d'avocats dans le Sud[3]

De 1934 à 1940, il est engagé comme conseiller juridique par la National Association for the Advancement of Colored People, il se fait assister en 1936 par Thurgood Marshall qui prendra sa succession lors de son départ. Parmi ses élèves les plus brillants en dehors de Thurgood Marshall, il y a Oliver White Hill (en) et Spottswood William Robinson III (en)[11].

Durant cette période il plaide différents cas devant la Cour suprême des États-Unis (Cf. paragraphe suivant).

Sa première plaidoirie concerne George Crawford, un Afro-Américain, accusé d'avoir volé et tué deux femmes blanches, il réussira à faire admettre un doute raisonnable auprès des membres du jury quant au double meurtre, sauvant Crawford de la peine capitale[15].

En 1935, il s'oppose aux partisans de W.E.B. Du Bois qui veulent un développement séparé ne devant rien aux blancs, alors que Charles est pour un combat commun avec les blancs victimes des inégalités sociales[16].

Les recours déposés à la Cour suprême des États-UnisModifier

Charles Hamilton Houston a déposé ou défendu plusieurs cas devant la Cour suprême, les succès de ses plaidoiries ont préparé l'arrêt de la Cour suprême Brown v. Board of Education puis le Civil Rights Act de 1964 :

1935 : Hollins versus State of Okklahoma, remettant en cause la composition d'un jury entièrement blanc pour juger un Afro-Américain, Jess Hollins[17],[18],

1938 : Hale v. Kentucky (en), un cas où la Cour suprême annule la condamnation d'un Afro-Américain, Joe Hale, accusé de meurtre parce que le procès avait systématiquement exclu les Afro-Américains du jury. La décision a été prise à l'unanimité au motif que les droits civils du demandeur avaient été violés. Charles H. Houston était assisté de Thurgood Marshall, avocats mandatés par la National Association for the Advancement of Colored People, pour représenter Joe Hale[19],[20].

1938 : Missouri ex rel. Gaines v. Canada (en), un cas qui oppose Lloyd L. Gaines (en) à l'université du Missouri, Silas Woodson Canada, qui refuse son admission au prétexte qu'il est un Afro-américain, au nom du Quatorzième amendement de la Constitution des États-Unis, la Cour suprême ordonne aux états soit de mettre fin à la ségrégation raciale dans les établissements universitaires, soit d'offrir des établissements ségrégués garantissant la même qualité d'enseignement. Charles Houston est l'avocat mandaté par National Association for the Advancement of Colored People pour représenter Lloyd Gaines[21],[22],[23],[24].

1944 : Steele v. Louisville & Nashville Railway Co. (en), ce cas oppose Bester Steele, un employé de la Louisville and Nashville Railroad, au syndicat des conducteurs et chauffeurs de locomotive, syndicat majoritairement blanc ; ce syndicat, décide de façon unilatérale une modification de la convention collective bloquant les promotions des chauffeurs afro-américains vers des postes de conducteur de locomotive et de limiter le nombre des chauffeurs afro-américains à pas plus de 50% du personnel. La Cour suprême a ordonné que les syndicats devaient représenter l'ensemble des salariés de leur branche sans distinction de race[25],[26]. Ce cas est accompagné la même année du cas Tunstall v. Brotherhood of Locomotive Firemen and Enginemen (en) qui oppose Tom Tunstal, un chauffeur de locomotive de la Norfolk Southern Railway au syndicat Brotherhood of Locomotive Firemen and Enginemen (en) / Fraternité des chauffeurs et conducteurs de locomotive qui refusait l'admission en son sein de chauffeurs ou de d'employés ferroviaires au prétexte de leur race. La Cour suprême arrête que tout syndicat, tout interlocuteur représentant les travailleurs dans l'élaboration des conventions collectives se doit d'accepter en son sein les salariés en dehors de toute discrimination raciale[27],[28],[29].

1948 : Hurd v. Hodge (en) qui oppose un couple d'Afro-Américains, James et Mary Hurd, à Frederic et Lena M. Hodge, propriétaires blancs d'une maison de la Bryant Street, située dans le quartier Northwest de Washington, qui exigent que les familles afro-américaines de la rue s'en aillent. Les deux familles sont propriétaires de maison appartenant à un ensemble immobilier créé par la Middaugh and Shannon Company en 1905, comportant 20 maisons entre le 114 et le 130, Bryant Street. Les Hodge s'appuyaient sur une clause restrictive de vente datant de 1905 qui interdisait la vente ou la location de ces maisons à des Afro-Américains sous peine d'amende et d'expulsion. Depuis les maisons ont changé de propriétaires et les agents immobiliers par négligence ou par spéculation ont omis la clause, c'est ainsi que le , la famille Hurd achète une maison au 116 Bryant Street, et sont les premiers afro-américains du quartier soulevant l'ire des Hodge. Charles Hamilton Houston assisté de Phineas Indritz (en) représente les Hurd. La Cour suprême, en s'appuyant sur le quatorzième amendement de la Constitution des États-Unis arrête qu'aucun contrat ne peut contenir de restrictions basés sur la race ou la couleur et donc maintient les Hurd dans leur droits à demeurer dans la Bryant Street[30],[31],[32],[33]. À la m^me date le , la cour suprême rend un arrêt concernant le cas Shelley v. Kraemer (en), où Charles H. Houston, Thurgood Marshall et Loren Miller (judge) (en) prennent la défense de la famille Shelley, des Afro-Américains, contre les Kraemer et d'autres propriétaires blancs qui s'opposaient à ce que des Afro-Américains puissent acquerir des logements dans leur voisinage, cela au nom de clause restrictive. Le président de la Cour suprême Fred M. Vinson, en s'appuyant aussi sur le quatorzième amendement de la Constitution des États-Unis, arrête que tout contrat ou convention possédant des clauses restrictives fondé sur la race sont une violation de la Constitution des États-Unis et donc déboute les Kraemer et maintient les Shelley dans leurs droits[34],[35],[36],[37].

La finModifier

Quand Charles quitte ses fonctions à la National Association for the Advancement of Colored People, il est épuisé par des journées de 12 à 15 heures de travail. Il se concentre sur sa famille. Pour ses dernières missions, Il fait, partie du "Cabinet noir" du Président Franklin Delano Rossevelt, comme membre du Fair Employment Practice Committee (en) (Commission des pratiques équitables pour l'emploi), il démissionne en 1945 suite à une dispute avec le Président Harry Truman[2].

Après de multiples alertes cardiaques, il décède le 2 avril 1950, foudroyé par un infarctus sur son lit d’hôpital.

Hugo Black et Tom Clark juges de la Cour suprême sont présent à ses funérailles ainsi que de multiples figures du mouvement des droits civiques[3].

Vie privéeModifier

Le , il épouse Margaret Gladys Moran, ils divorcent en 1937[4],[3].

Le , il épouse Henrietta Williams, ils ont un enfant, Charles, Jr.

Charles Hamilton Houston repose au Lincoln Memorial Cemetery, de Suitland dans le Maryland, aux côtés de son père William LePre Houston[38].

Prix et distinctionsModifier

1950 : récipiendaire de la Médaille Spingarn décernée par la National Association for the Advancement of Colored People à titre posthume[39],[40].

2002 : l'historien et philosophe Molefi Kete Asante inscrit Charles Hamilton Houston sur sa liste des 100 plus grands Afro-Américains[41].

HéritageModifier

Charles Hamilton Houston est passé à la postérité comme "l'homme qui a tué les lois Jim Crow"[42] qui a ouvert le chemin aux autres grandes figures de l'égalité des droits, comme par exemple, Daisy Bates et Thurgood Marshall, qui mettront fin à discrimination dans le système éducatif américain de la maternelle aux universités.

En 1955, se crée la Charles Houston Bar Association (Association du barreau Charles Houston), en l'honneur de Charles Houston Hamilton, association qui a pour but de faciliter l'accès de juriste afro-américains à différents barreaux sur le territoire des États-Unis[43].

En 1975 , la Washington Bar Association (en), crée le prix de la Houston Medallion of Merit (Médaille du mérite Houston)[44],[45].

Charles Ogletree (en), professeur de l'université Harvard, lance en septembre 2005 l'Institut Charles Hamilton Houston pour la race et la justice au sein de la Faculté de droit de Harvard, institut qui a pour vocation de veiller à ce que tous les membres de la société américaine bénéficient d'un accès égal aux droits d'accès aux services, aux emplois, aux responsabilités et avantages des citoyens des États-Unis dans le contexte d'une société multiraciale. L'Institut sert de pont entre la recherche, le droit, les politiques et la pratique[46],[47].

BibliographieModifier

  • (en-US) William R. Ming, Jr., « Racial Restrictions and the Fourteenth Amendment: The Restrictive Covenant Cases », The University of Chicago Law Review, Vol. 16, No. 2,‎ , p. 203-238 (lire en ligne),
  • (en-US) Genna Rae McNeil, Groundwork: Charles Hamilton Houston and the Struggle for Civil Rights, University of Pennsylvania Press, , 344 p. (ISBN 0812211790),
  • (en-US) Frederick Dunn, « The Educational Philosophies of Washington, DuBois, and Houston: Laying the Foundations for Afrocentrism and Multiculturalism », The Journal of Negro Education, Vol. 62, No. 1,‎ , p. 24-34 (lire en ligne)
  • (en-US) Robert L. Carter, William T. Coleman, Jr., Jack Greenberg, Genna Rae McNeil and J. Clay Smith, Jr., « In Tribute: Charles Hamilton Houston », Harvard Law Review, Vol. 111, No. 8,‎ , p. 2,148-2179 (lire en ligne)
  • (en-US) Richard Kluger, Simple Justice: The History of Brown v. Board of Education and Black America's Struggle for Equality, Vintage, , 880 p. (ISBN 1400030617),
  • (en-US) Rawn James Jr., Root and Branch: Charles Hamilton Houston, Thurgood Marshall, and the Struggle to End Segregation, Bloomsbury Publishing, , 276 p. (ISBN 1596916060),
  • (en-US) Gordon Andrews, Undoing Plessy: Charles Hamilton Houston, Race, Labor, and the Law, 1895-1950, Cambridge Scholars Publishing, , 242 p. (ISBN 1443854018),
  • (en-US) David Bradley, The Historic Murder Trial of George Crawford: Charles H. Houston, the NAACP and the Case That Put All-White Southern Juries on Trial, McFarland & Co Inc, , 208 p. (ISBN 0786494689),
  • (en-US) Brett Milano, « The man who killed Jim Crow: The legacy of Charles Hamilton Houston », Harvard Law Today,‎ (lire en ligne)

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) « Charles Hamilton Houston | American lawyer and educator », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 25 octobre 2019)
  2. a et b (en-US) « Houston, Charles | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com, (consulté le 25 octobre 2019)
  3. a b c d e f g h et i (en-US) Douglas O. Linder, « Charles Hamilton Houston Essay », sur law2.umkc.edu, (consulté le 25 octobre 2019)
  4. a b et c (en-US) « Charles Hamilton Houston | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 25 octobre 2019)
  5. (en) « NAACP | NAACP History: Charles Hamilton Houston », sur NAACP (consulté le 25 octobre 2019)
  6. a et b (en-US) Rashida Baskerville, « Charles Hamilton Houston », sur Black Past, (consulté le 9 décembre 2019)
  7. (en-US) « Possible Venues | Johnson Chapel | Amherst College », sur www.amherst.edu (consulté le 25 octobre 2019)
  8. (en-US) Roger K. Newman, The Yale Biographical Dictionary of American Law, Yale University Press, (ISBN 9780300113006, lire en ligne)
  9. (en-US) William H. Hastie, « Charles Hamilton Houston 1895-1950 », The Journal of Negro History, vol. 35, no 3,‎ , p. 355–358 (ISSN 0022-2992 et 2325-6842, DOI 10.1086/jnhv35n3p355, lire en ligne, consulté le 25 octobre 2019)
  10. (en-US) « Charles Hamilton Houston », sur law.howard.edu (consulté le 25 octobre 2019)
  11. a et b « The Rise and Fall of Jim Crow . Jim Crow Stories . People . Charles Hamilton Houston | PBS », sur www.thirteen.org (consulté le 26 octobre 2019)
  12. « Biography of Charles Hamilton Houston », sur www.law.cornell.edu (consulté le 27 octobre 2019)
  13. (en-US) « Charles Hamilton Houston Lecture | Howard University School of Law », sur law.howard.edu (consulté le 26 octobre 2019)
  14. a et b « Charles Hamilton Houston - Separate Is Not Equal », sur americanhistory.si.edu (consulté le 26 octobre 2019)
  15. (en-US) Mitch Diamond, « Charles Hamilton Houston and the Crawford Case » (consulté le 9 décembre 2019)
  16. (en-US) Frederick Dunn, « The Educational Philosophies of Washington, DuBois, and Houston: Laying the Foundations for Afrocentrism and Multiculturalism », The Journal of Negro Education, Vol. 62, No. 1,‎ , p. 24-34 (lire en ligne)
  17. (en-US) « Hollins v. State of Oklahoma (1935) | The Encyclopedia of Oklahoma History and Culture », sur www.okhistory.org (consulté le 27 octobre 2019)
  18. (en-US) « FindLaw's United States Supreme Court case and opinions. », sur Findlaw (consulté le 27 octobre 2019)
  19. (en-US) « Hale v. Commonwealth of Kentucky (case) · Notable Kentucky African Americans Database », sur nkaa.uky.edu (consulté le 27 octobre 2019)
  20. (en-US) « FindLaw's United States Supreme Court case and opinions. », sur Findlaw (consulté le 27 octobre 2019)
  21. (en-US) « Missouri ex rel. Gaines v. Canada », sur Oyez (consulté le 27 octobre 2019)
  22. (en-US) « Missouri ex rel. Gaines v. Canada », sur LII / Legal Information Institute (consulté le 27 octobre 2019)
  23. (en-US) Kathryn Palmer, « Legacy of Missing Lloyd Gaines, 1938 Supreme Court Plaintiff, Still Haunts Higher Education », sur www.kbia.org (consulté le 27 octobre 2019)
  24. (en-US) « Missouri Ex Rel. Gaines v. Canada. », sur Bibliothèque du Congrès (consulté le 9 décembre 2019)
  25. (en) « December 18, 1944 – The Supreme Court Decides Steele v. Louisville & Nashville R.R. Co. », sur Legal Legacy, (consulté le 27 octobre 2019)
  26. (en-US) « Steele v. Louisville & Nashville Rail Road », sur Bibliothèque du Congrès (consulté le 9 décembre 2019)
  27. (en-US) « FindLaw's United States Supreme Court case and opinions. », sur Findlaw (consulté le 27 octobre 2019)
  28. (en-US) « Tinstall v. Brotherhood of Locomotive Firemen and Engineman, », sur LII / Legal Information Institute (consulté le 27 octobre 2019)
  29. (en-US) « Tunstall v. Brotherhood of Locomotive & Firemen & al », sur Bibliothèque du Congrès (consulté le 9 décembre 2019)
  30. (en-US) « The House History Man: Hurd v Hodge, DC Racial Covenants: 50th Anniversary », sur The House History Man, (consulté le 27 octobre 2019)
  31. (en-US) « Hurd v. Hodge, 162 F.2d 233 | Casetext », sur casetext.com (consulté le 27 octobre 2019)
  32. (en-US) « Hurd et Ux. v. Hodge et Al. », sur Bibliothèque du Congrès (consulté le 9 décembre 2019)
  33. (en-US) « FindLaw's United States Supreme Court case and opinions. », sur Findlaw (consulté le 27 octobre 2019)
  34. (en-US) « Shelley v. Kraemer (1948) », sur InfoPlease (consulté le 27 octobre 2019)
  35. (en) « Shelley v. Kraemer », sur Oyez (consulté le 27 octobre 2019)
  36. (en-US) « FindLaw's United States Supreme Court case and opinions. », sur Findlaw (consulté le 27 octobre 2019)
  37. (en-US) « Shelley et Ux. v. Kraemer et Ux », sur Bibliothèque du Congrès (consulté le 9 décembre 2019)
  38. (en-US) « Charles Hamilton Houston », sur Find a Grave (consulté le 9 décembre 2019)
  39. (en-US) « NAACP | Spingarn Medal Winners: 1915 to Today », sur NAACP (consulté le 25 octobre 2019)
  40. (en-US) « Charles Hamilton Houston », sur www.pbs.org (consulté le 25 octobre 2019)
  41. « The Black 100: Ranking Most Influential African-Americans », sur www.adherents.com (consulté le 30 octobre 2019)
  42. (en-US) Brett Milano et September 5, « The man who killed Jim Crow: The legacy of Charles Hamilton Houston », sur Harvard Law Today (consulté le 26 octobre 2019)
  43. (en-US) « History of the Charles Houston Bar Association », sur Charles Houston Bar Association, (consulté le 30 octobre 2019)
  44. « WBAEF », sur washingtonbar.org (consulté le 30 octobre 2019)
  45. (en-US) « The Man That Killed Jim Crow: 9 Charles Hamilton Houston Facts For You », sur Black Art Depot Today, (consulté le 30 octobre 2019)
  46. (en-US) « About », sur Charles Hamilton Houston Institute for Race & Justice (consulté le 25 octobre 2019)
  47. (en-US) Liz Mineo, « 600 gather to celebrate life, legacy of Charles Ogletree, influential law professor », sur Harvard Gazette, (consulté le 25 octobre 2019)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier