Ouvrir le menu principal

Charles Flory

banquier, docteur en droit
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Flory.

Louis Charles Flory, né le à Lure[1] et mort le dans le 14e arrondissement de Paris[1], était un sénateur français sous la IVe République, membre fondateur du Mouvement républicain populaire (MRP), frère de l'abbé Jean Flory et gendre du philosophe Maurice Blondel.

Sommaire

BiographieModifier

Nommé en mars 1914 sous-lieutenant de réserve au 60e régiment d'infanterie[2], Charles Flory est jeté avec ce régiment dans les premières batailles d'août 1914 à Mulhouse et à Dornach, puis sur la Somme, avant d'être grièvement blessé le lors de la bataille de la Marne. L'épaule fracassée par une balle à l'entrée d'Acy-en-Multien, il reste 36 heures étendu sur le champ de bataille avant d'être secouru[3].

Promu lieutenant de réserve le [4], il accompagne, avec le sergent Dobelle, Eugène Duthoit fin 1917 dans une mission organisée par le Quai d'Orsay au Canada, dans un but de propagande en faveur du soutien militaire à la France. La forte connotation catholique de la mission lui vaut d'être bien reçue au Québec, alors même qu'en pleine crise de la conscription l'opinion y est majoritairement défavorable à l'effort de guerre[5]. Duthoit et Flory sont reçus par le Pape au mois de juillet suivant[6] et font ensuite partie d'une nouvelle mission en Amérique, chargée cette fois de représenter les catholiques français au jubilé du cardinal Gibbons[7].

Charles Flory prend, de 1921 à 1926, la présidence de l'Association catholique de la jeunesse française (dont une autre future grande figure du MRP, Georges Bidault, est au même moment vice-président) et crée en 1927 la revue Politique où se diffusent les idées du Parti démocrate populaire.

Pendant l'Occupation, il contribue activement, toujours avec G. Bidault, à l'organisation de la Résistance dans les milieux démocrates chrétiens[8]. Arrêté en 1943, il est libéré au bout de quatre mois[9].

À la Libération, le souhait du général de Gaulle de ne pas faire pour le nonce apostolique d'exception au principe de remplacement des ambassadeurs qui s'étaient trop montrés à Vichy, conjugué au souhait de nombre de résistants catholiques, Bidault le premier, de voir remplacés un grand nombre d'évêques compromis, était de nature à créer une certaine tension avec le Vatican. Charles Flory fut envoyé par le Gouvernement provisoire[10], à l'automne 1944, en mission à Rome pour rétablir les relations diplomatiques et obtint rapidement la reconnaissance par le Saint-Siège du Gouvernement provisoire. Un nouveau nonce, Mgr Roncalli[11], fut nommé le 22 décembre, à temps pour qu'il pût présenter les premiers vœux du corps diplomatique dans Paris libéré. La nomination de Charles Flory comme nouvel ambassadeur au Vatican paraissait alors, à beaucoup, acquise mais l'agrément n'arrivant pas, le général de Gaulle demanda qu'on lui proposât un autre nom. Charles Flory avança lui-même le nom de Jacques Maritain[9].

Il participe à la création du Mouvement républicain populaire (MRP)[12] puis est élu sénateur (du groupe MRP) en 1948[13].

Il est président des Semaines sociales de France de 1945 à 1960.

Il avait épousé, le à Quincy-le-Vicomte, Élisabeth Blondel, fille du philosophe Maurice Blondel[1].

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Acte de naissance no 39 du
  2. « Réserve : nominations », Journal officiel de la République française,‎ , p. 2981 (lire en ligne)
  3. Historique du 60e régiment d'infanterie pendant la guerre 1914-1918, Berger-Levrault (lire en ligne), p. 17
  4. Fiche matricule no 1405, archives de la Haute-Saône.
  5. Carl Pépin, Les relations franco-québécoises pendant la Grande guerre (thèse présentée à l'université Laval pour l'obtention du grade de philosophiae doctor), (lire en ligne [PDF])
  6. « Nouvelles religieuses », La Croix, no 10853,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  7. « Le jubilé du cardinal Gibbons », La Croix, no 10920,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  8. Bernard Comte, L'honneur et la conscience : catholiques français en résistance (1940-1944), Éditions de l'Atelier, , 303 p. (présentation en ligne), p. 132
  9. a et b Pierre de Boisdeffre, Contre le vent majeur, Grasset, , 600 p. (présentation en ligne)
  10. Bernard Lecomte, Les derniers secrets du Vatican, EDI8, , 291 p. (présentation en ligne)
  11. Gérard Bardy, Charles le Catholique : De Gaulle et l’Église, Plon, , 408 p. (présentation en ligne)
  12. Robert Bichet, « La création du MRP », sur Amicale du M.R.P., (consulté le 1er septembre 2016)
  13. « Flory Charles », sur Sénat (consulté le 1er septembre 2016)
  14. « Le Conseil fédéral de l'A.C.J.F. », La Croix, no 12537,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  15. « Distinctions pontificales », L'Ouest-Éclair, no 9277,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  16. « M. Charles Flory reçoit les insignes du grade de commandeur de Saint-Grégoire le Grand », La Croix, no 13559,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  17. « Échos », L'Action française, no 45,‎ , p. 1 (lire en ligne)

Voir aussiModifier