Charles Eliot Perkins

chimiste américain
Charles Eliot Perkins
Description de l'image defaut.svg.
Nationalité Flag of the United States.svg américaine
Profession

Charles Eliot Perkins est un chimiste, biochimiste[1] et essayiste américain.

BiographieModifier

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement américain l’envoya prendre en charge l’entreprise I.G. Farben[2]. Il fut un opposant à la fluoration de l'eau. Il est connu pour son rapport à la Lee Foundation for Nutritional Research d', dans lequel il affirme que la véritable cause de cette fluoration de l'eau est de réduire la résistance des masses à la domination, au contrôle et à la perte de la liberté[3]. Il a exploré les liens entre la fluoration de l'eau et le taux de cancer dans la population[4], déclarant que cela pourrait au minimum réduire l'espérance de vie[5].

ŒuvresModifier

  • The Conquest of Cancer, Science Press, 1940
  • The Truth About Water Fluoridation, Fluoridation Educational Society, 1952
  • What Price Civilization, the Causes Prevention, and Cure of Human Cancer, Modern Science Press, 1946

BibliographieModifier

  • Dr. Hans Mollenburgh, Fluoride - The Freedom Fight, Holland.
  • Address in Reply to the Government's Speech to Parliament, enregistré dans le Victorian Hansard du par M. Harley Rivers Dickinson, membre du Parti libéral australien au parlement australien de l'état de Victoria pour le district électoral de South Barwon.

Notes et référencesModifier

  1. Fluoridation - Mind Control Of The Masses, Ian E. Stephen, 15 janvier 2001
  2. Fluoride Drinking Water Filter - Fluoride Poisoning, Elyse Van Breemen
  3. "Repeated doses of infinitesimal amounts of fluoride will in time reduce an individual's power to resist domination, by slowly poisoning and narcotizing a certain area of the brain, thus making him submissive to the will of those who wish to govern him."
  4. Review Of Fluoride: Benefits And Risks. Report Of The Ad Hoc Subcommittee On ..., Par DIANE Publishing Company, p.76
  5. Does water fluoridation have negative side effects? A critique of the York Review, Objective 4, Sections 9.1 to 9.6 : CANCER STUDIES, by Peter Meiers, Saarbruecken, Germany