Ouvrir le menu principal

Charles Edward Haviland

célèbre industriel de la porcelaine et acteur important de l'histoire économique de la ville de Limoges au XIXe siècle
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Haviland (homonymie).

Charles Edward[1] Haviland, né à New York le et mort à Limoges le , est un célèbre industriel de la porcelaine et acteur important de l'histoire économique de la ville de Limoges au XIXe siècle. Il est le père du peintre cubiste Frank Burty-Haviland et du photographe Paul Haviland.

BiographieModifier

 
Usine de porcelaine Haviland au début du XXe siècle : les barils de porcelaine sont prêts à l'expédition vers les États-Unis.

Citoyen américain, il est le fils aîné de David Haviland, négociant en porcelaine, protestant et d'origine américaine, et de sa femme Mary Miller. Son père quitte l'Amérique en 1840 et s'installe définitivement dans le Limousin à partir de 1842[2].

L'affaire prospère de la famille Haviland traverse une grave crise avec la guerre de Sécession américaine en 1861 qui met un terme au commerce transatlantique de la famille. Ainsi, la boutique de New York doit déclarer faillite en 1863[2].

C'est alors que David Haviland associe ses enfants à l'entreprise Haviland et l'aîné Charles Edward en devient le directeur.

Charles Edward emprunte de l'argent pour réaliser des investissements et dans le but de sauver l'entreprise paternelle. Il modernise l'outil de production, mène une politique commerciale forte et axée sur le marché américain. Ce dernier est en plein boom depuis la fin de la guerre.

La porcelaine de Limoges vendue sous le nom Haviland est un énorme succès commercial et est très prisée dans les salons de la haute-société américaine de la Belle Époque, grâce notamment à l'excellente qualité du kaolin du Limousin et de ses décorations artisanales peintes à la main.

En 1905, au sommet de sa gloire, Haviland & Co. emploie plus de 2500 personnes à Limoges et joue le rôle de locomotive dans l'économie de la ville et sa région[3].

L'industriel, bien qu'autoritaire et contre les syndicats, met en place dans son entreprise de nombreux services sociaux pour les ouvriers et les employés, pour l'épargne, le chômage, la santé, le logement, les vacances, ce qu'on appelle le paternalisme social.

Il est fait commandeur de la Légion d'honneur par décret du 24 juillet 1912[4].

Il meurt en 1921 à Limoges.

PostéritéModifier

Charles Edward épouse Marie Guillet en 1864, d'où postérité, puis veuf, se remarie avec Madeleine Burty en 1877, d'où postérité - il est en particuilier le père du photographe, écrivain et critique d’art Paul Burty-Haviland (1880-1950), et du peintre cubiste Frank Burty Haviland (1886-1971).

Sa femme Madeleine est la fille de Philippe Burty, (1830-1890) critique d'art, dessinateur, lithographe et collectionneur français.

Son domaine du Vigen dans la Haute-Vienne est aujourd'hui un parc animalier connu sous le nom de parc du Reynou[5]. Le château de l'industriel et ses jardins existent toujours et font partie du circuit touristique.

Notes et référencesModifier

SourceModifier

  • Nathalie Valiere, Un Américain à Limoges : Charles Edward Haviland, Porcelainier, Lemouzi, 1992, 248 p.
  • Jean d'Albis, Haviland, Éd. Dessain et Tolra, Paris, 1988, 125 p.

Liens externesModifier