Ouvrir le menu principal

Charles Cartier-Bresson

industriel et collectionneur d'art français
Charles Cartier-Bresson
Portrait de Charles Cartier-Bresson.jpg
Portrait de Charles Cartier-Bresson, Jean-Matthias Schiff, conservée au musée des Beaux-Arts de Nancy
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
NancyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Parentèle
Henri Cartier-Bresson (grand-oncle)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions

Charles Cartier-Bresson ( à Paris- à Nancy) est un industriel du textile et collectionneur d'art français, spécialisé notamment dans les œuvres en provenance du Japon[1]. Il est le grand oncle du célèbre photographe Henri Cartier-Bresson.

Sommaire

BiographieModifier

Arrivé en Lorraine en 1872, il s'installe à Celles-sur-Plaine dans les Vosges afin de développer une filiature familiale[2]. Il devient maire de la ville en 1884, et le restera jusqu'à sa mort, bien qu'il s'installe à Nancy dès 1890[2]. Il fait relier la ville au chemin de fer, y installe une importante usine et développe des ateliers dans les villages environnants[3]. Pendant la première guerre mondiale, il accueille les allemands lors de leur entrée dans la ville ; il est par la suite pris en otage et menacé de mort[3].

Il fréquente activement le milieu artistique local, notamment Roger Marx et René Wiener et adhère à la société d'archéologie Lorraine[2].

Il est autorisé à porter le nom Cartier-Bresson en 1897.[réf. nécessaire]

Collection Cartier-BressonModifier

Il commence en 1889, au contact de son beau-frère Paul Brenot, une collection d'objets d'extrême-orient, fréquentant les salles de ventes de Paris auprès de Edmond de Goncourt et Philippe Burty ; celle-ci comporte 1744 objets à sa mort[2],[4].

Une partie de sa collection a été léguée au musée des beaux-arts de Nancy en 1936[5]. Exposées jusqu'en 1939, elles sont ensuite mises en réserves pendant la Seconde Guerre mondiale; dévalorisées dans la seconde partie du XXème siècle, elle manque d'être vendue dans les années 1970[6]. Cette collection fait l'objet d'une exposition temporaire en 2011, Un goût d'Extrême-Orient, qui est pour le musée l'occasion d'effectuer quelques restaurations et de profiter de la nouvelle muséographie pour inclure des pièces de cette collection dans l'exposition permanente[5],[4].

Récompenses et distinctionsModifier

RéférencesModifier

  1. Veronique Bouruet-Aubertot, « Charles Cartier-Bresson et l'Orient », sur www.connaissancedesarts.com,
  2. a b c et d Ville de Nancy, « Un goût d’Extrême-Orient. Collection Charles Cartier-Bresson », sur Site Internet de la Ville de Nancy (consulté le 28 juin 2019)
  3. a et b « Un maire pendant la guerre : Charles CARTIER-BRESSON | Communauté de communes des Vallées du Cristal - Baccarat », sur ccvc54.fr (consulté le 28 juin 2019)
  4. a et b Dossier de l'art, no 202 « Le musée des beaux-arts de Nancy : nouveau parcours des collections »,  
  5. a et b 20 ans! Dans les coulisses du Museé des Beaux-Arts de Nancy., Snoeck Ducaju & Zoon, (ISBN 9789461615268 et 9461615264, OCLC 1089218055, lire en ligne)
  6. « Un « Goût d’Extrême Orient » revit à Nancy », sur www.republicain-lorrain.fr (consulté le 28 juin 2019)
  7. « Cote LH/438/49 », base Léonore, ministère français de la Culture

BibliographieModifier