Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Borde.
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Charles Bordes.
Charles Borde
Bordes-portrait-18.JPG
Portrait de Charles Bordes
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
Activité

Charles Borde, ou plutôt Bordes, comme lui-même orthographiait son nom, né à Lyon le 6 septembre 1711 et mort le 15 février 1781, est un homme de lettres français.

Après des études chez les Jésuites à Lyon, il vint à Paris où il fréquenta Mably et Condillac. Il retourna à Lyon vers 1740, avec une réputation de poète léger et d'esprit cultivé. Il fut, en 1745, élu à l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon.

Il écrivit des poèmes galants, des textes légers, une tragédie (Blanche de Bourbon), mais surtout de nombreux mémoires et ouvrages sur des sujets littéraires, philosophiques et de morale sociale, sur la religion, la langue ou l'éducation.

Il fut particulièrement connu par la controverse qu'il engagea avec Jean-Jacques Rousseau sur la place et l'importance des sciences et des arts. Il fut lié à Voltaire, dont il était proche sur le plan des idées, et qu'il reçut à l'Académie de Lyon en 1754.

Certaines de ses œuvres, parmi lesquelles la Profession de foi philosophique, ont été pendant longtemps attribuées à Voltaire.

BibliographieModifier

  • André Ruplinger, Un contradicteur de J.-J. Rousseau : le Lyonnais Charles Bordes, in Revue d'Histoire de Lyon, 1914, Fascicule V (septembre-octobre), p. 305-321, Lyon, A. Rey.
  • André Ruplinger, Un représentant provincial de l'esprit philosophique au XVIIIe siècle en France, Charles Bordes, Membre de l'Académie de Lyon (1711-1781), préf. Gustave Lanson, Lyon, A. Rey, 1915.

ŒuvresModifier

 
Début du texte de la « Profession de foi philosophique »
  • Discours sur les avantages des sciences et des arts prononcé dans l'assemblée publique de l'Académie des sciences et belles-lettres de Lyon, le 22 juin 1751. Avec la Réponse de Jean-J. Rousseau, citoyen de Genève (1752) Texte en ligne
  • Parapilla, poëme en cinq chants, traduit de l'italien (1776). Nombreuses rééditions dont : Parapilla, et autres œuvres libres, galantes et philosophiques de M. B* (1783). Édition moderne : Parapilla ou le Vit déifié, poème badin en cinq chants, Cercle du livre précieux, Paris, 1958.
  • La Papesse Jeanne, poëme en dix chants (1778)
  • Éloge historique de milord Contenant (1783)
  • Œuvres diverses de M. Borde (3 volumes, 1783)
Ouvrages attribués à Voltaire
  • Prédiction tirée d'un vieux manuscrit sur La nouvelle Héloïse, roman de J. J. Rousseau (v. 1761) Texte en ligne
  • Profession de foi philosophique (1763) Texte en ligne
  • Tableau philosophique, du genre humain depuis l'origine du monde, jusqu'à Constantin, traduit de l'anglois (1767). Réédition : Hachette, Paris, 1972. Texte en ligne
  • Le Cathecumene (1768). Réédition : Hachette, Paris, 1972. Texte en ligne

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :