Charles Bennet (4e comte de Tankerville)

joueur de cricket britannique

Charles Bennet
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
Père
Charles Bennet (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Alicia Astley (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Emma Colebrooke (en) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Henry Grey Bennet
Lady Margaret Alicia Emma Bennet (d)
Mary Bennet (d)
Lady Augusta Bennet (d)
John Astley Bennet (d)
Lady Caroline Bennet (d)
Lady Anna Bennet (d)
Charles Bennet
Lady Harriet Bennet (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Sport

Charles Bennet, 4e comte de Tankerville ( - ), nommé Lord Ossulston de 1753 à 1767, est un noble britannique, un collectionneur de coquillages et un mécène du cricket du Surrey dans les années 1770. Il a formalisé un ensemble de règles de cricket incluant la première mention de la règle Leg before wicket [1]. Son épouse, Emma, est une collectionneuse de plantes exotiques. Sa collection de plus de 600 illustrations a été achetée par Jardins botaniques royaux de Kew en 1932 et est toujours disponible aujourd'hui.

BiographieModifier

Il est né en 1743 et fait ses études au Collège d'Eton entre 1753 et 1760. Après avoir succédé à son père le 27 octobre 1767, il épouse Emma, fille de Sir James Colebrooke, premier baronnet, en 1771 et s'installe à Walton-on-Thames dans sa maison, le mont Felix donnant sur la Tamise [2].

 
Orchidée nommée en l'honneur de l'épouse de Charles, Emma. Dessin de Pierre-Joseph Redouté

Lady Tankerville a amassé une grande collection de plantes exotiques au mont Felix [3]. Elle est considérée comme la plus importante de la région de Londres. Parmi les spécimens baptisés du nom de Lady Tankerville figurent l’orchidée de sœur ou Phaius tankervilleae. Des artistes ont été employés pour créer des dessins botaniques sur vélin des spécimens.

Il a souvent joué au cricket et semble avoir été un très bon joueur de champ, bien qu'il n'ait pas été particulièrement remarqué pour le bâton ou le bowling. Il était l'employeur d'Edward "Lumpy" Stevens, jardinier au domaine de Tankerville à Walton-on-Thames; et William Bedster, qui était son majordome [4].

En 1774, il siège au comité qui a formulé certaines des premières lois du cricket. Ils ont été installés et révisés au Star and Garter à Pall Mall le vendredi 25 février 1774. La réunion était présidée par Sir William Draper et le comité comprenait le duc de Dorset, Harry Peckham et d'autres "Nobles et Gentlemen de Kent, de Hampshire, de Surrey, de Sussex, de Middlesex et de Londres" [5]. Cette réunion était la première où la règle Leg avant le guichet a été introduite [1].

Il continue de s'intéresser au cricket avec les clubs de cricket de Chertsey et de Surrey jusqu'en 1781, date à laquelle il se retire du sport et se lance en politique. Il est nommé chef adjoint des postes et conseiller privé en 1782, mais il démissionna de ses fonctions en avril 1783. Cependant il est de nouveau nommé sous l'administration de William Pitt le Jeune en janvier 1784. Il mourut le 10 décembre 1822 et son fils aîné Charles Augustus lui succède [2].

FamilleModifier

 
Phaius tankerville nommé en l'honneur de Lady Emma Tankerville .

Les autres intérêts de Tankerville étaient les cartes et les coquillages. À la fin de sa vie, sa collection a été vendue pour un montant non divulgué, mais estimé entre trois et quatre mille livres . Il existe un certain nombre de fleurs, coquillages et gastéropodes portant le nom latin tankervillii. Le gastéropode nommé Amalda tankervillii (Swainson, 1825) doit probablement son nom à Tankerville (ou moins probablement à son fils) [6].

Il a épousé Emma Colebrooke le 7 octobre 1771 à Gatton, dans le Surrey. Elle était l'héritière de son père, Sir John Colebrooke. La collection d'illustrations botaniques de son épouse se trouve toujours dans les jardins botaniques royaux, une orchidée a été nommée en son honneur et les jardins du mont Felix ont été bien appréciés de nombreuses années après sa mort.

En outre, leur fille, Lady Mary Elizabeth Bennet (21 mai 1785 - 27 février 1861), travailla avec le jardinier de son père (William Richardson) pour cultiver de nouvelles variétés de fleurs tricotées à la façon de la pensée, présentées à la société de botanique et aux groupes d'horticulture en 1812. Lady Mary Elizabeth Bennet était également une artiste accomplie dans l'aquarelle et a été invitée à de nombreuses expositions. Elle a été formée par l'artiste londonien John Varley. Ses œuvres sont exposées et dans des collections privées, y compris une composition de sa maison du château de Belsay, réalisée en 1834 après son mariage le 26 juillet 1831 avec Sir Charles Miles Lambert Monck, Bt. Lady Mary Elizabeth Monck a découvert en 1912 une peinture de sa maison au château de Belsay, dans le Northumberland, qui faisait partie du domaine de Monck. Elle fait désormais partie d'une collection privée aux États-Unis. Une autre de ses œuvres est le lieu de sépulture des Breadalbanes du cimetière de Killin, réalisé en 1826-1827 lors d’un voyage dans les Highlands écossais avec son frère. Entre 1815 et 1823 (avant son mariage), Lady Mary Elizabeth Bennet a également formé et travaillé avec le génie artiste londonien John Linnell à la gravure et à la peinture miniature sur ivoire. Ensemble, ils ont produit une série de (12) gravures sur le château de Chillingham qui ont été commencées en 1815 et non achevées et publiées avant 1818.

L'honorable Henry Grey Bennet, leur deuxième fils, devint député de Shrewsbury en 1806, tandis que leur troisième fils, l'honorable John Astley Bennet, devint capitaine dans la Royal Navy mais mourut en septembre 1812. Le 5e comte, Charles Augustus, né le 28 avril 1776, est trésorier de la Maison pendant la courte administration de Charles James Fox en 1806. Leur fille Corisande Emma Bennett a épousé James Harris (3e comte de Malmesbury) le 13 avril 1830 [2].

RéférencesModifier

  1. a et b 'Pall Mall, South Side, Past Buildings: Nos 94–95 Pall Mall: The Star and Garter', Survey of London: volumes 29 and 30: St James Westminster, Part 1 (1960), pp. 351–352. URL. Date accessed: 8 June 2008.
  2. a b et c " A Topographical History of Surrey by Edward Wedlake Brayley, John Britton, Gideon Algernon Mantell, and Thomas Allom
  3. Gifts from the Gardens of China, By Jane Kilpatrick,
  4. Appeal to honour cricketer who inspired middle stump, The Independent, May 2000, accessed 9 June 2008
  5. Cricketana by James Mycroft, 1865
  6. Biographical Etymology of Marine Organism Names accessed 3 March 2016

SourcesModifier

  • Lumière fraîche sur le cricket du 18ème siècle par GB Buckley (FL18)
  • L'aube du cricket par HT Waghorn (WDC)
  • Partitions et Biographies, Volume 1 de Arthur Haygarth (SBnnn)
  • Les jours glorieux du cricket par Ashley Mote (GDC)
  • John Nyren "Les joueurs de cricket de mon temps" par Ashley Mote