Charles Belgique Hollande de La Trémoille

aristocrate français

Charles III Belgique Hollande de La Trémoille, 5e duc de Thouars de 1674 à sa mort, né en à La Haye et mort le à Paris, paroisse Saint Sulpice, est un gentilhomme français.

Charles Belgique Hollande de La Trémoille
Image dans Infobox.
Armes de Charles Belgique Hollande de La Trémoille.
Titre de noblesse
Vicomte
Biographie
Naissance
Décès
Activité
FeudataireVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Enfants
Autres informations
Distinctions

Charles III de La Trémoille, dit le « duc de La Trémoille », porte également les titres de prince de Tarente, comte de Laval, de Montfort et de Benon. Il est également chevalier des Ordres du Roi et pair de France.

FamilleModifier

Fils d'Henri II de La Trémoille et d'Amélie de Hesse-Cassel, elle-même fille de Guillaume V de Hesse-Cassel, Charles III Belgique Hollande de La Trémoille descend de familles puissantes et influentes. Il est le petit-fils d'Henri Ier de La Trémoille et de Marie de La Tour d'Auvergne. Il a une sœur, Charlotte-Amélie, figure de la cour danoise. Par sa mère, il est cousin utérin de la duchesse d'Orléans, belle-sœur du roi Louis XIV. Celle-ci a protesté auprès de son beau-frère quand la révocation de l'édit de Nantes a forcé sa tante à l'exil.

Il épouse, par contrat passé le [1], Madeleine de Créquy, membre de la grande famille de Blanchefort-Créquy et fille unique de Charles III de Créquy et d'Anne-Armande de Saint-Gelais de Lansac. Madeleine de Créquy est dame et duchesse de Poix. Elle est née en 1662 et elle meurt à Paris, paroisse Saint Sulpice, le . Avec elle, s'éteignit le duché pairie de Poix. Ils eurent deux enfants :

ReligionModifier

Charles Belgique Hollande, que son père souhaite aussi voir abjurer, est ramené à Laval et confié aux soins du sieur de Villebourg, chanoine de Saint-Tugal. Il fait son abjuration le . Devenu catholique, comme son grand-père et prédécesseur qui s’était converti, il a fait construire, en forêt de Bouère, une église dédiée à saint Charles Borromée[2].

AscendanceModifier

Notes et référencesModifier

  1. Christophe Levantal, Ducs et Pairs et Duchés-Pairies laïques à l'époque moderne (1519-1790), Paris, Maisonneuve & Larose, , 1218 p., p. 929-930
  2. Michèle Ménard, Une histoire des mentalités religieuses aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Éditions Beauchesne, 1980, 467 p., p. 94, (ISBN 9782701010144).

Articles connexesModifier