Ouvrir le menu principal

Charles-Philippe Larivière

peintre français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Larivière.
Charles-Philippe Auguste Larivière
Charles Philippe Larivière par Elzidor Naigeon vers 1824.jpg
Jean-Guillaume-Elzidor Naigeon, Charles-Philippe de Larivière (vers 1824), gravure, Dijon, musée Magnin.
Naissance
Décès
(à 77 ans)
Paris
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Lieu de travail
Mouvement
Fratrie
Parentèle
Charles Lepeintre (grand-père)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Second prix de Rome en 1819
Grand prix de Rome en 1824
Médaillé au Salon en 1831 et 1855
Chevalier de la Légion d'honneur en 1836
Œuvres principales

Charles-Philippe Auguste Larivière, né le à Paris et mort dans la même ville le , est un peintre français.

BiographieModifier

Charles-Philippe Larivière est le petit-fils du peintre Charles Lepeintre (1735-1803), et le beau-père du peintre Albert Maignan, époux de sa fille Étiennette, elle-même pastelliste et portraitiste. Son frère, Louis-Eugène Larivière (vers 1801-1823), est également peintre[1].

Élève de Paulin Guérin, de Girodet et de Gros, Charles-Philippe Larivière est admis à l'École des beaux-arts de Paris en 1813. Il obtient le second prix de Rome en 1819 puis une médaille d'encouragement en 1820. En 1824, sa composition sur le sujet de La Mort d'Alcibiade lui permet de remporter le grand prix de Rome, grâce auquel il séjourne à la villa Medicis jusqu'en 1830.

Réceptif à la sensibilité de l'école romantique, mais formé à la discipline de la peinture néoclassique, cet artiste officiel reconnu se spécialise dans la peinture d'Histoire. Il expose pour la première fois au Salon de 1827 et y obtient des médailles à deux reprises en 1831 et 1855. Charles-Philippe Larivière bénéficie d'importantes commandes publiques et reçoit les insignes de chevalier de la Légion d'honneur en 1836. Il obtient aussi l'ordre tunisien du Nichan Iftikhar.

On lui doit de nombreux tableaux de batailles et d'événements publics, des portraits de personnalités, ainsi que des toiles d'inspiration religieuse. Il est l'auteur de trois des œuvres de la galerie des Batailles du château de Versailles.

Il peint l’Accueil de l’empereur Napoléon III à la Cour d’appel de Riom le , une œuvre offerte en 1867 par l'empreur au tribunal de Riom où elle est conservée dans la salle d'audience de la première chambre (salle Bonjean).

Parmi les portraits historiques qu'il a signés pour la collection de tableaux du musée de l'Histoire de France à Versailles figurent ceux des maréchaux Rochambeau, Bugeaud et Saint-Arnaud. Son portrait en pied du général Dode de La Brunerie orne l'escalier d'honneur du pavillon du roi, au château de Vincennes.

Charles-Philippe Larivière a aussi décoré une chapelle à l'église Saint-Eustache à Paris et, comme Ingres, réalisé des cartons de vitraux pour la chapelle royale de Dreux. Certaines de ses œuvres ont été éditées en lithographies ou gravures, comme son Portrait d'Achille Fould interprété par Eugène Leguay[2].

Il meurt à Paris le . Sa famille légua son fond d’atelier au musée de Picardie à Amiens.

Le dernier tableau de Larivière entré dans les collections publiques françaises, Le Tasse convalescent au couvent de Saint-Onufre, a été acquis en 2001 par le musée de Grenoble.

Notes et référencesModifier

  1. De cet artiste, Albert Maignan légua au musée du Louvre un Portait d'Eugénie-Paméla Larivière (vers 1804-1824), sœur de Charles-Philippe et de Louis-Eugène.
  2. Hippolyte Castille, M. Achille Fould, Paris, Édouard Dentu, 1859.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Liens externesModifier