Ouvrir le menu principal

Charles-Gabriel-Frédéric Christin

homme politique français

Charles-Gabriel-Frédéric Christin
Illustration.
Fonctions
Maire de Saint-Claud
Député aux États généraux de 1789
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Saint-Claud
Date de décès
Lieu de décès Saint-Claud

Charles-Gabriel-Frédéric Christin ([1], Saint-Claud - , Saint-Claud) est un juriste et homme politique français.

Sommaire

BiographieModifier

Fils de Charles-Antoine Christin, avocat au parlement, lieutenant général de police et maire de Saint-Claude, il est lui-même avocat au parlement de Besançon avant la Révolution et est chargé de défendre la cause des serfs du Jura, tâche dans laquelle son ami Voltaire l'aida de sa parole et de sa plume.

Le 16 avril 1789, Christin est élu député du tiers états aux États généraux par le bailliage d'Aval, avec 235 voix sur 373 votants. Il vote avec la majorité toutes les réformes proposées et y montra de la modération. Il est l'un des trois commissaires chargés de faire l'inventaire du Garde-Meuble de la Couronne.

De retour en Franche-Comté après la session, il y devient président du tribunal de son district et maire de Saint-Claud de 1795 à 1799.

Magistrat lettré, il réunit cinq volumes in-folio de notes manuscrites sur l'histoire de sa province ; ces curieuses recherches furent consumées en 1799, dans l'incendie qui détruisit la ville de Saint-Claude, catastrophe dans laquelle il trouva lui-même la mort.

Un monument fut élevé à sa mémoire à Saint-Claud.

Il est l'oncle d'Antoine-Gabriel Christin, officier d'ordonnance de Napoléon Bonaparte, qui sera créé baron en 1813.

PublicationsModifier

  • Au roy en son conseil pour les sujets du roi qui réclament la liberté de la France: contre des moines bénédictins devenus chanoines de St. Claude en Franche-Comté, 1770 (avec Voltaire)
  • Dissertations sur l'abbaye de Saint-Claude, ses légendes, ses chroniques, ses chartes, etc., 1772
  • Collection des Mémoires présentés au Conseil du roi par les habitants du Montjura et le chapitre de Saint-Claude., 1772 (avec Voltaire)
  • Lettre du P. Polycarpe à l'avocat général Séguier sur le livre des inconvénients des droits féodaux.
  • Commentaire historique sur les œuvres de l'auteur de la Henriade: avec les pièces originales et les preuves, 1776 (avec Voltaire, Joseph-Marie Durey de Morsan et Jean-Louis Wagnière)
  • Inventaire des diamans de la couronne, perles, pierreries, tableaux, pierres gravées, et autres monumens des arts et des sciences existans au garde-meuble, 1791 (avec Jean-Marie Bion et François-Pascal Delattre)


Notes et référencesModifier

  1. ou 1744

SourcesModifier