Charles-Ferdinand Nothomb

homme politique belge

Charles-Ferdinand Nothomb
Illustration.
Charles-Ferdinand Nothomb en 2009.
Fonctions
Président du cdH/PSC

(2 ans, 2 mois et 22 jours)
Prédécesseur Gérard Deprez
Successeur Philippe Maystadt
Président de la Chambre des représentants de Belgique

(6 ans, 11 mois et 2 jours)
Législature 47e et 48e
Prédécesseur Erik Vankeirsbilck
Successeur Jozef Dupré

(1 an, 1 mois et 17 jours)
Législature 44e
Prédécesseur Edmond Leburton
Successeur Jean Defraigne
Vice-Premier ministre
Ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation

(10 mois et 20 jours)
Premier ministre Wilfried Martens
Gouvernement Martens VI
Prédécesseur Guy Verhofstadt
Successeur Philippe Maystadt
Biographie
Date de naissance (85 ans)
Lieu de naissance Bruxelles (Belgique)
Nationalité Belge
Parti politique cdH/PSC

Charles-Ferdinand Nothomb, né le à Bruxelles, est un homme politique belge, membre du Parti social-chrétien (PSC) et Ministre d'État depuis le . Lors de la crise politique commencée à l'été 2007, Charles-Ferdinand Nothomb fait partie des Ministres d'État consultés officiellement par le roi Albert II au château du Belvédère pour trouver une solution.

BiographieModifier

Charles-Ferdinand est le treizième et dernier enfant de Pierre Nothomb, il est descendant de Jean-Baptiste Nothomb[1], qui fut premier ministre de 1841 à 1845. Charles-Ferdinand est titulaire d'un doctorat en droit (1957) et d'une licence en sciences économiques (1958). Il participe rapidement à des mouvements de jeunesse dans divers cercles politiques et devient président national des Jeunes PSC. Marié à Michèle Pouppez de Kettenis de Hollaeken Dryepondt, il est père de trois enfants.

Il devient attaché de Cabinet du ministre Raymond Scheyven, puis est chargé de mission au Cabinet des ministres de la Culture française, Paul de Stexhe (28 juillet 1965 - 11 février 1966), et Pierre Wigny (19 mars 1966 - 17 juin 1968).

Il gagne sa première élection législative et entre à la Chambre comme représentant de l’arrondissement d’Arlon-Marche-Bastogne. C’est le commencement d’une longue carrière parlementaire et ministérielle au cours de laquelle il sera élu à neuf reprises à la Chambre (de 1968 à 1995), avant de prendre la direction du Sénat (1995-1999)[2].

En mai 1985, lors du drame du Heysel, il est ministre de l'Intérieur et sa démission est réclamée[3] mais c'est finalement Jean Gol qui fait tomber le gouvernement à ce sujet[4].

En 2012, il décide de reprendre des études universitaires, en faculté de philosophie à Louvain-la-Neuve et décide de vivre en kot, en compagnie de son épouse Michèle qui suivra, elle, quelques cours de littérature en tant qu'élève libre[5].

Il publie un récit chez Weyrich mettant en avant les 50 dernières années de la province de Luxembourg, sous le titre 1960-2010, la réussite d’une province rurale[6].

Carrière professionnelleModifier

Carrière politiqueModifier

PublicationsModifier

  • Charles-Ferdinand Nothomb, Finances publiques : pourquoi, comment, Éd. l'Effort,
  • Charles-Ferdinand Nothomb, La vérité est bonne, Bruxelles, Éd. Didier-Hatier,
  • Charles-Ferdinand Nothomb, De Waarheid mag gezegd worden, Bruxelles, Éd. Elsevier,
  • Charles-Ferdinand Nothomb, Démocratie belge, Louvain-La-Neuve, Éd. Duculot,
  • Charles-Ferdinand Nothomb, La Poste belge, Habay-La-Neuve, Chez l'auteur
  • Charles-Ferdinand Nothomb, Principes de démocratie : le modèle de la Belgique fédérale : la Constitution de 1994, Louvain-La-Neuve, Éd. Duculot-De Boeck,
  • Charles-Ferdinand Nothomb, Le fond des choses, Éd. Quorum,
  • Charles-Ferdinand Nothomb, Le chemin de fer, Habay-La-Neuve, Chez l'auteur
  • Charles-Ferdinand Nothomb et Pierre Vercauteren, L'après-duopôle, Paris, Éditions Economica, , 215 p. (ISBN 978-2-7178-3225-9)
  • Charles-Ferdinand Nothomb, Mon plan de paix pour la Belgique : entretiens avec Christian Laporte, Bruxelles, Éditions Racine, , 200 p. (ISBN 978-2-87386-606-8)

DécorationsModifier

Décorations belgesModifier

Décorations étrangèresModifier

ArchivesModifier

Les Archives de l’État à Arlon conservent environ 450 mètres d’archives, déposées par Charles-Ferdinand Nothomb en 2010. Ces archives, en voie d’inventorisation, sont consultables sur demande, moyennant l’autorisation préalable du déposant.

Notes et référencesModifier

  1. Portraits de famille (III) : Les Nothomb, dynastie d'hommes de lettres, 20 septembre 1999, Eric Burgraff
  2. « Charles-Ferdinand Nothomb | Connaître la Wallonie », sur connaitrelawallonie.wallonie.be (consulté le )
  3. « Les démissions ministérielles dans l'histoire politique belge récente », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. connaitrelawallonie.wallonie.be
  5. « Charles-Ferdinand Nothomb, 76 ans, s'est inscrit à l'unif et a loué un kot », sur RTBF Info, (consulté le )
  6. « Charles-Ferdinand Nothomb raconte la réussite d’une province rurale », sur Blog Weyrich (consulté le )
  7. Site de la Presidenza della Repubblica
  8. Levif.be
  9. Senate.be

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :