Charles-Benjamin de Lubières

mathématicien genevois
Charles-Benjamin de Lubières
Jean-Étienne Liotard - Portrait des Charles-Benjamin de Langes de Montmirail, Baron de Lubières.jpg
Portrait de Charles-Benjamin de Langes de Montmirail, Baron de Lubières, du musée J. Paul Getty Museum, peinture par Jean-Étienne Liotard
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Père
François de Langes de Lubières (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de

Charles-Benjamin de Langes de Montmirail, baron de Lubières, né à Berlin[1] en 1714 et mort le , est un mathématicien genevois[2].

Charles-de Lubières Benjamin était le fils de François de Lange de Montmirail de Lubières (1664-1720) et la Genevoise Marie Calandrini (1677-1762)[3]. Le père a quitté en 1703 la Principauté d'Orange. Il s'enfuit d'abord à Genève, puis à Berlin.

En 1732, il est devenu un bourgeois de Genève (citoyen de Genève), et plus tard gouverneur de Neuchâtel et en 1752 membre du Conseil des Deux Cents de Genève (République de Genève). Le 22 octobre 1764, il épousa à Genève Olympe Camp (1709-1785).

Lubières est l’auteur d’un Éloge du mathématicien Gabriel Cramer, d’une Relation de voyage en Italie, d’extraits de l’Essai analytique sur les facultés de l’âme, de Charles Bonnet et des Considérations sur les corps organisés.

Il a rédigé les articles Probabilité, Idée, Induction pour l’Encyclopédie de Diderot.

SourceModifier

Notes et référencesModifier