Charge de Krojanty

charge de la cavalerie polonaise
Charge de Krojanty
Description de cette image, également commentée ci-après
Théâtre des opérations lors de la bataille.
Informations générales
Date
Lieu Près de Krojanty (en), Poméranie, Pologne
Issue Indécise
Belligérants
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemandDrapeau de la Pologne Pologne
Commandants
Drapeau de l'Allemagne Hans Gollnick
Drapeau de l'Allemagne Mauritz von Wiktorin
Drapeau de la Pologne Kazimierz Mastalerz
Forces en présence
800 soldats
76e régiment d'infanterie
véhicules blindés de reconnaissance
30 canons
250 cavaliers
Pertes
11 tués
9 blessés
19 à 25 tués
40 à 50 blessés

Seconde Guerre mondiale

Batailles

Campagne de Pologne :

Coordonnées 53° 43′ 32″ nord, 17° 37′ 55″ est
Géolocalisation sur la carte : Pologne
(Voir situation sur carte : Pologne)
Charge de Krojanty

La charge de Krojanty, également dénommée escarmouche de Krojanty ou bataille de Krojanty, est une charge de la cavalerie polonaise qui eut lieu le lors du déclenchement de la campagne de Pologne, pendant la Seconde Guerre mondiale.

Contexte historiqueModifier

 
Cavalerie polonaise vers la fin des années 1930.

La Wehrmacht envahit la Pologne le , attaquant les gardes-frontières polonais par surprise et contraignant les unités polonaises déployées dans la région à battre en retraite derrière la Brda. Le 18e régiment d'uhlans poméranien (18. Pułk Ułanów Pomorskich) reçoit l'ordre de couvrir leur retraite.

Déroulement et utilisation par la propagandeModifier

 
Brigade de cavalerie polonaise à la bataille de la Bzura (9-22 septembre 1939).

La charge est menée au soir du dans le village de Krojanty (en) en Poméranie contre un bataillon d'infanterie allemand. Après avoir réussi à disperser les fantassins, la cavalerie polonaise se retrouve face à des blindés allemands qui vont mettre fin à la charge dans un bain de sang[1].

Cette escarmouche s'inscrit dans le cadre de la bataille de la forêt de Tuchola et deviendra l'une des plus célèbres charges de l'armée polonaise. Si l'armée polonaise disposait encore de brigades de cavalerie en 1939, son usage contre les blindés allemands tel que dépeint dans la propagande nazie reste un mythe[1],[2].

Le , le journal de propagande de l'armée allemande, Die Wehrmacht (en) rapporte que les Polonais, « croyant que les blindés sont uniquement recouverts de tôles », ont gravement sous-estimé les armes allemandes et parle par ailleurs d'une « attaque grotesque. ».

Conséquences et bilanModifier

Onze soldats allemands sont tués et neuf autres blessés lors de l'escarmouche, tandis que 19 à 25 cavaliers polonais sont tués et 40 à 50 autres blessés[réf. nécessaire].

L'infanterie polonaise s'arme par la suite massivement de fusils anti-chars de modèle 1935 Karabin przeciwpancerny wzór 35, rendant vulnérables les Panzer I et Panzer II, principaux chars allemands en service au début du second conflit mondial.

MytheModifier

 
Uhlan polonais avec fusil antichar wz. 35. Instruction militaire publiée à Varsovie en 1938.

La charge de cavalerie polonaise a arrêté la progression des troupes allemandes pour la journée, et les unités du groupe opérationnel de Czersk se sont retirées vers le sud sans opposition. De plus, il a fallu plusieurs heures pour que Allemands se réorganisent et poursuivent l'avance. Le 2 septembre 1939, le 18e régiment d'Uhlans de Poméranie a été décoré par le général Stanisław Grzmot-Skotnicki, le commandant du groupe opérationnel, avec la propre médaille Virtuti Militari pour la bravoure démontrée au combat.

Le même jour, des correspondants de guerre allemands et deux journalistes Italiens ont été amenés sur le champ de bataille. On leur a montré les cadavres de cavaliers polonais et leurs chevaux et les chars allemands qui étaient arrivés sur place après la bataille. L'un des correspondants italiens, Indro Montanelli, a envoyé un article dans lequel il décrivait le courage et l'héroïsme des soldats polonais, qui avaient chargé les chars allemands avec des sabres et des lances. Une telle charge n'a jamais eu lieu, et aucun char n'a été utilisé pendant les combats[3], ce mythe a été utilisé par la propagande allemande pendant la guerre[3]. Le magazine de propagande allemand Die Wehrmacht a rapporté le 13 septembre que les Polonais avaient gravement sousestimé les armes allemandes et que la propagande polonaise avait suggéré que les véhicules blindés allemands n'étaient couverts que d'une tôle, ce qui les avaient conduit à une attaque grotesque. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, ce mythe a encore utilisé par la propagande soviétique comme exemple de la stupidité des commandants polonais d'avant-guerre, qui n'auraient pas préparé leur pays à la guerre mais gaspillé le sang de leurs soldats[3].

Les Polonais disposaient d'armes antichars, dont un fusil antichars modèle 1935 de 7,92 mm (fusils antichars wz. 35), qui pouvait pénétrer 15 mm de blindage à 300 m à 30 degrés. En 1939, les Allemands étaient équipés principalement des petits modèles Panzer I et Panzer II, vulnérables à ces armes.

Notes et référencesModifier

  1. a et b « La cavalerie polonaise contre des chars allemands, un mythe? », La Presse,
  2. (en) The myth of Polish cavalry charges, Panzerworld.net, consulté le 25 février 2013
  3. a b et c (en-GB) Julian Borger, « Debunking Polish stereotypes: the cavalry charge against German tanks », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 17 juin 2020)

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier