Ouvrir le menu principal

Chercheur des établissements publics scientifiques et technologiques français

(Redirigé depuis Chargé de recherche)

En France, depuis 1982, les huit établissements publics scientifiques et technologiques (EPST) disposent d'emplois de chercheurs fonctionnaires. Les chercheurs de chaque EPST sont répartis entre le corps des chargés de recherche et le corps des directeurs de recherche de cet établissement. Les statuts de ces fonctionnaires sont fixés par un décret commun[1] et des décrets spécifiques à chaque établissement public scientifique et technologique[2],[3],[4],[5],[6],[7],[8],[9].

Les chercheurs des EPST sont nommés par le directeur général de l'établissement. Celui-ci les affecte, après avis de l'instance d'évaluation compétente, à une unité de recherche relevant de l'établissement ou associée à lui ou à un service. Ils sont placés, dans chaque établissement, sous l'autorité du directeur de l'unité de recherche ou du service auquel ils sont affectés. Ils sont tenus de fournir, chaque année, un compte rendu de leur activité et, tous les deux ans, un rapport d’activité qui est examiné par une instance d’évaluation[10],[11].

Chargé de rechercheModifier

Les corps de chargés de recherche sont classés dans la catégorie A. Le 1er septembre 2017[1] les grades de chargés de recherche de classe normale (dix échelons) et de chargés de recherche hors classe (sept échelons) ont remplacé ceux de chargés de recherche de 2ème classe (six échelons) et de chargés de recherche de 1ère classe (neuf échelons).

Les chargés de recherche ont vocation à accomplir le développement des connaissances; leur transfert et leur application dans les entreprises, et dans tous les domaines contribuant au progrès de la société ; la diffusion de l'information et de la culture scientifique et technique dans toute la population, et notamment parmi les jeunes ; la participation à la formation initiale et à la formation continue et l'administration de la recherche[12].

Les chargés de recherche sont recrutés par concours sur titres et travaux[13] ouverts dans chaque EPST. Ils peuvent être de nationalité étrangère. Les chargés de recherche de deuxième classe sont recrutés parmi les titulaires du doctorat (ou titre équivalent) et les chargés de recherche de première classe parmi les titulaires du doctorat réunissant quatre années d'exercice des métiers de la recherche[14].

Le traitement brut mensuel des chargés de recherche est compris entre 2200 € et 4700 € (évaluations en septembre 2017[15]), auxquels s’ajoute une prime de recherche versée semestriellement.

Directeur de rechercheModifier

Les corps des directeurs de recherche sont classés dans la catégorie A. Ils comportent les grades de directeur de recherche de 2e classe (sept échelons depuis le 1er septembre 2017[1]; six auparavant), de directeur de recherche de 1re classe (trois échelons) et de directeur de recherche de classe exceptionnelle (deux échelons). À leur retraite, certains directeurs de recherche justifiant d'une contribution particulièrement importante aux travaux de recherche peuvent recevoir, sur décision du directeur général de l'EPST, le titre de directeur de recherche émérite[1].

Outre les missions confiées aux chargés de recherche, les directeurs de recherche ont vocation à concevoir, animer ou coordonner les activités de recherche ou de valorisation.

Les directeurs de recherche sont recrutés par concours sur titres et travaux ouverts dans chaque EPST. Ils peuvent être de nationalité étrangère. Les directeurs de recherche de deuxième classe sont recrutés parmi les chargés de recherche de 1re classe ayant 3 années d'ancienneté ou parmi les titulaires du doctorat (ou titre équivalent) réunissant huit années d'exercice des métiers de la recherche. Les directeurs de recherche de première classe sont recrutés parmi les titulaires du doctorat réunissant douze années d'exercice des métiers de la recherche.

Le traitement brut mensuel des directeurs de recherche est compris entre 3100€ et 6400€ (évaluations en septembre 2017[15]), auxquels s’ajoute une prime de recherche versée semestriellement.

Chercheur des établissements publics scientifiques et technologiques français avant 1982Modifier

Avant 1982, les chercheurs des EPST français étaient des contractuels de droit public en contrat à durée déterminée ou indéterminée qui ne pouvaient donc être définis comme des fonctionnaires statutaires.

Non astreints à une charge d'enseignement, ces chercheurs étaient répartis au sein de quatre corps rythmant leur carrière :

  • les attachés de recherche ;
  • les chargés de recherche ;
  • les maîtres de recherche ;
  • les directeurs de recherche.

À noter que parmi ces quatre corps, deux sont toujours employés au sein de la fonction publique d'État : les chargés de recherche (répartis au sein de deux classes : CRCN et CRHC), et les directeurs de recherche (répartis selon le même schéma : DR2, DR1, DRHC).

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d « Décret n°83-1260 du 30 décembre 1983] fixant les dispositions statutaires communes aux corps de fonctionnaires des établissements publics scientifiques et technologiques », sur Legifrance
  2. « Décret n°84-1185 du 27 décembre 1984 relatif aux statuts particuliers des corps de fonctionnaires du Centre national de la recherche scientifique », sur Legifrance
  3. « Décret n°84-1206 du 28 décembre 1984 relatif aux statuts particuliers des corps de fonctionnaires de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale », sur Legifrance
  4. « Décret n°84-1207 du 28 décembre 1984 relatif au statut particulier des corps de fonctionnaires de l'Institut national de la recherche agronomique », sur Legifrance
  5. « Décret n°85-1060 du 2 octobre 1985 relatif aux statuts particuliers des corps de fonctionnaires de l'Institut de recherche pour le développement », sur Legifrance
  6. « Décret n°86-576 du 14 mars 1986 relatif aux statuts particuliers des corps de fonctionnaires de l'Institut national de recherche en informatique et en automatique », sur Legifrance
  7. « Décret n°88-451 du 21 avril 1988 relatif aux statuts particuliers des corps de fonctionnaires de l'Institut national d'études démographiques », sur Legifrance
  8. « Décret n°92-1060 du 1 octobre 1992 relatif au statut particulier des corps de fonctionnaires du Centre national du machinisme agricole, du génie rural, des eaux et des forêts », sur Legifrance
  9. « Décret n° 2014-1324 du 4 novembre 2014 portant statuts particuliers du corps des chargés de recherche du développement durable et du corps des directeurs de recherche du développement durable », sur Legifrance
  10. ESR : enseignementsup-recherche.gouv.fr, « Chargé de recherche - ESR : enseignementsup-recherche.gouv.fr », sur www.enseignementsup-recherche.gouv.fr (consulté le 30 octobre 2017)
  11. CNRS, « CNRS - Travailler au CNRS », sur www.cnrs.fr (consulté le 30 octobre 2017)
  12. Article 24 de la « Loi n° 82-610 du 15 juillet 1982 d'orientation et de programmation pour la recherche et le développement technologique de la France »
  13. Le candidat doit joindre à sa candidature un rapport d’activité faisant état de ses titres, travaux et publications et un rapport sur les travaux qu’il se propose d’entreprendre. Il doit également préciser les principales évolutions de sa carrière dans la fiche «expérience professionnelle».
  14. Sont considérées comme des années d’exercice des métiers de la recherche les activités qui ont été accomplies dans un établissement de recherche ou d’enseignement supérieur, public ou privé, français ou étranger. Ces années correspondent à une activité de recherche rémunérée effectuée dans le cadre d’un contrat de travail, public ou privé, ou d’un recrutement en qualité de fonctionnaire.
  15. a et b « Grilles et réorganisation des carrières des corps de la catégorie A | maremuneration.cnrs.fr », sur maremuneration.cnrs.fr (consulté le 20 août 2019)

Voir aussiModifier