Ouvrir le menu principal

Chapelle Sainte-Marie-Madeleine de Quinquenevent

chapelle située en Loire-Atlantique, en France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chapelle Sainte-Marie-Madeleine.
Chapelle Sainte-Marie-Madeleine de Quinquenevent
Chapelle de Quinquenevent.jpg
Présentation
Type
Destination initiale
Style
Construction
XIIe siècle
Propriétaire
Propriété privée
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Loire-Atlantique
voir sur la carte de Loire-Atlantique
Red pog.svg

La chapelle Sainte-Marie-Madeleine de Quinquenevent est une chapelle située à Machecoul (Loire-Atlantique), en France[1].

Sommaire

DescriptionModifier

La chapelle Sainte-Marie-Madeleine de Quinquenevent, implantée sur un îlot calcaire de l'ancien golfe de Machecoul, est un prieuré fondé au XIIe siècle par l'abbaye Saint-Vincent de Nieul-sur-l'Autise. C'est une chapelle romane à nef unique et abside en hémicycle, qui a été réparée au XVIIIe siècle. Elle présente un grand intérêt archéologique du fait de la présence d'une crypte voûtée.

Le chœur et la crypte datent du XIIe siècle. La nef à une seule travée date du XIIIe siècle. Le chœur, à chevet circulaire, bordé de contreforts plats, comporte deux rangées d'étroites meurtrières, et la rangée inférieure, au ras du sol, éclaire une crypte[2].

Le monument est classé au titre des monuments historiques en 1997[3].

La chapelle est aujourd'hui une propriété privée.

LocalisationModifier

La chapelle est située sur la commune de Machecoul, dans le département de la Loire-Atlantique.

HistoriqueModifier

La chapelle a été construite par des moines augustins venus assécher des marais, régulièrement assaillis par la mer. Pour cela, ils ont entrepris les premiers endiguements (la chaussée de Quinquenavent) et la construction d'écluses. L'implantation en zone de marais est logique, à l'époque où l'agriculture (conquête de nouveaux territoires) et la saliculture connaissent un développement important.

Au XVIe siècle, des revendications de territoire et de revenus vont conduire les moines à quitter le marais.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

RéférencesModifier