Chantal Ringuet

écrivaine canadienne

Chantal Ringuet, née à Québec, est une écrivaine, chercheuse et traductrice québécoise.

Chantal Ringuet
Chantal Ringuet, écrivaine par Robert H. Abzug
Biographie
Naissance
Formation
Activités
Autres informations
Distinction

Biographie

modifier

Elle écrit de la prose et de la poésie. En parallèle, elle traduit certaines voix singulières de la littérature mondiale et de l’art moderne (dont Marc Chagall et Rachel Korn), tout en jetant quelques éclats de lumière sur l’œuvre de Leonard Cohen. Le yiddish est sa galaxie.

Docteure en études littéraires de l'Université du Québec à Montréal également formé en philosophie à l'Université de Montréal, elle a d'abord complété des travaux sur la littérature yiddish dans le cadre d'un postdoctorat en études canadiennes à l'Université d'Ottawa. Elle est l'autrice de dix-huit ouvrages (poésie, essais culturels et historiques, traductions, etc.) et d'une trentaine d'articles scientifiques.

Au confluent des études littéraires et culturelles et de la traductologie, ses travaux portent notamment sur les écrivains et les artistes de la diaspora qui ont émigré dans les grandes métropoles nord-américaines telles que Montréal et New York. En 2015-16, elle mène un projet de recherche sur les écrivaines yiddish Rokhl (Rachel) Korn et Kadia Molodowski à l'Institute for Jewish Research (YIVO Fellow) à New York, puis au Hadassah-Brandeis Institute (Université Brandeis) en tant que chercheuse en résidence. En , la découverte dans les archives du YIVO du manuscrit de l'autobiographie originale de Marc Chagall, publiée en yiddish en 1925 dans la revue littéraire Di Tsukunft (The Future), l'incite à le traduire en français avec Pierre Anctil. L'ouvrage paraît en , à temps pour l'ouverture de l'exposition de Chagall. Couleur et musique au musée des beaux-arts de Montréal.

Sa démarche artistique aborde des questions de déracinement et d’enracinement, de mobilité et d’hybridité culturelle et, plus récemment, du reboisement. L’archive et la photographie y occupent une place essentielle. Ses écrits s’intéressent à la traduction littéraire, à la construction des mythes et de la célébrité (en poésie et en musique), aux récits (auto)biographiques et à la transmission intergénérationnelle. Entre histoire collective et mémoire familiale, l’écriture de Chantal Ringuet est porteuse d’échos, de traces et de résonances du sensible : ruines vivantes, traumas oubliés et secrets enfouis.

En novembre 2022, le récital poétique Les seuils muets met en scène l'oeuvre poétique de Marie-Claire Blais (1957-1996) accompagnée de poèmes tirés du recueil Forêt en chambre de Chantal Ringuet.

Elle a réalisé plusieurs résidences littéraires: en création (Winter Writers' Retreat) et en traduction littéraire (BILTC) au Centre des arts de Banff. En 2019, elle est écrivaine en résidence au Schusterman Center for Israel Studies de l'Université Brandeis[1]. Elle inaugure la résidence d'écriture à la Gröndalshouse Literature City Residence à Reykjavik Ville de littérature de l'UNESCO[2]. Elle est écrivaine en résidence Mordecai Richler 2024 au Département de littératures francophones, de traduction et de création de l'Université McGill[3].

Elle a été membre associée au Centre de recherches Arts Cultures Sociétés (CÉLAT-UQAM); chercheuse associée à l'Université Concordia (2014-2019) et à l'Université Brandeis (2016-2021) et enseignante-chercheuse à l'Institut européen Emmanuel Lévinas à Paris (2014-2017).

Bibliographie

modifier

Ouvrages

modifier
  • Trois entretiens, livre d'artiste autour de Jean-Paul Riopelle réalisé dans le cadre du programme Dialogues Riopelle, Atelier-Galerie A. Piroir, Montréal, juin 2023. Avec les poètes Chantal Ringuet, Joséphine Bacon et Hélène Dorion et les artistes visuels Peter Krausz, Catherine Farish, Olivier Bodart, Peter Krauz, Jamasee Pitseolak et Monique Martin.
  • Forêt en chambre, Montréal, Éditions du Noroît, 2022. Avec des photographies de Marc-André Foisy.
  • Alys Robi a été formidable, Montréal, Québec Amérique, 2021.
  • Leonard Cohen, "Chanteurs poètes", Paris, Plon, collection Fidelio, 2021.
  • Duetto Leonard Cohen, Paris, Nouvelles lectures, 2019.
  • Leonard Cohen (John Zeppetelli, Victor Shiffman, Sylvie Simmons, Chantal Ringuet), catalogue d'exposition, Montréal, Musée d'art contemporain de Montréal, 2018.
  • Un pays où la terre se fragmente. Carnets de Jérusalem, essai, Montréal, Linda Leith éditions, .
  • (avec Gérard Rabinovitch), Les révolutions de Leonard Cohen, ouvrage collectif, Québec, Presses de l'Université du Québec, .
  • Under the Skin of War, poésie (inspiré par les photographies de Don McCullin), Ottawa, BuschekBooks, 2014.
  • Voix yiddish de Montréal, anthologie, Montréal, Moebius, no  139, Préface de Lazer Lederhendler, 2013.
  • À la découverte du Montréal yiddish, essai, Montréal, Fides, Préface de Sherry Simon, 2011.
  • Le sang des ruines, poésie, Gatineau, Écrits des hautes terres, coll. « Cimes », 2010.
  • (avec Daniel Chartier et Véronique Pepin), Littérature, immigration et imaginaire au Québec et en Amérique du Nord, Paris, L'Harmattan, coll. « Études transnationales, francophones et comparées », 2006.

Traductions

modifier
  • "Suite yiddish", dossier de littérature en traduction, Les écrits, Revue de l'Académie des lettres du Québec, no 153, , p. 67-91.
  • Elaine Kalman Naves, Portrait d'un scandale. Le procès d'avortement de Robert Notman (Portrait of a Scandal. The Abortion Trail of Robert Notman), Montréal, Fides, 2017.
  • Elaine Kalman Naves, Shoshanna. Mère et fille dans les ténèbres de l'histoire (Shoshanna's Story. A Mother, A Daughter and the Shadow of History), Montréal, Alias (Groupe Nota Bene), 2017.
  • Marc Chagall, Mon univers. Autobiographie, traduit du yiddish avec Pierre Anctil, Montréal, Fides, 2017.
  • Les échos de la mémoire. Une enfance palestinienne à Jérusalem, traduction de Issa J. Boullata (The Bells of Memory. A Palestinian Boyhood in Jerusalem), Montréal, Mémoire d'encrier, 2015.
  • Momento. Morceaux de vie, traduction de George S. Zimbel (Momento. A Book of Moments), London, Black Dog Publishing, 2015.
  • Forme et lumière. Le musée Aga Khan, traduction (Pattern and Light. The Aga Khan Museum), New York, Skira Rizzoli Publications, Inc., 2014.
  • Voix yiddish de Montréal, traduction (sélection de textes en yiddish), Montréal, Moebius, no 139, Préface de Lazer Lederhendler, 2013.
  • Légendes de Vancouver, traduction de E. Pauline Johnson (Legends of Vancouver), Boucherville, Presses de Bras-d'Apic, 2012.

Préfaces

modifier
  • Un poète yiddish traverse l'Atlantique dans Mon voyage au Canada de Sholem Shtern, traduit du yiddish par P. Anctil, Montréal, Éditions du Noroît, 2018.
  • Un beau ténébreux chez les nevi'im, préface de l'ouvrage Leonard Cohen. Seul l'amour de Jacques Julien, Montréal, Triptyque, 2014.
  • Une dame victorienne et une princesse mohawk dans Légendes de Vancouver de E. Pauline Johnson (Legends of Vancouver), Boucherville, Presses de Bras-d'Apic, 2012.

Articles

modifier
  • "Leonard Cohen (1934-2016)", Dictionnaire historique du Plateau Mont-Royal, Montréal, Écosociété, 2017, p. 84-85.
  • "Une constellation de dérives", revue Les Écrits, n°144, Montréal, 2015, p. 223-234.
  • "Les aventures d'une traductrice dans le Yiddishland à l'ère postvernaculaire", revue Convergences francophones, vol. 2, n°1, "Figure(s) du traducteur", 2015, p. 72-90.

Honneurs

modifier

Notes et références

modifier
  1. « Writer in Residence / Schusterman Center », sur brandeis.edu.
  2. « Reykjavik City of Unesco Literature »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  3. Département des littératures francophones, de traduction et de création de McGill., « Programme d'écrivain en résidence Mordecai Richler. », sur mcgill.ca, (consulté le ).

Liens externes

modifier