Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mauduit.
Chantal Mauduit

Pas d'image ? Cliquez ici

Biographie
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 24 mars 1964,
Paris
Décès (à 34 ans),
Dhaulagiri (Népal)
Carrière
Disciplines alpinisme, himalayisme
Ascensions notables 6 sommets de plus de 8 000 mètres
Plus haut sommet K2

Chantal Mauduit, née le dans le 15e arrondissement de Paris[1] et morte le sur les pentes du Dhaulagiri au Népal, est une alpiniste française. Elle est notamment connue pour avoir atteint six sommets de plus de 8 000 mètres sans apport d'oxygène.

BiographieModifier

Les débutsModifier

Née à Paris, elle arrive à Chambéry en Savoie en 1969 où elle découvre dès son arrivée les randonnées en moyenne montagne l'été et le ski l'hiver[2]. Découvrant l'alpinisme à quinze ans où elle se découvre une passion après le décès de sa mère des suites d'un cancer[2], elle passe ses vacances dans les Alpes où elle réalise des ascensions de plus en plus difficiles[3], comme la face nord des grandes Jorasses, les Drus ou le Cervin. Puis elle s'attaque à des sommets plus élevés, en Amérique du Sud, comme l'Urus (5 500 m) et le Huascarán (6 768 m) dans les Andes, du sommet desquels elle s'élance en parapente[3]. En parallèle de ses exploits, elle fait des études et mène un début de carrière de kiné[2].

Elle a également barré un voilier depuis Le Cap pour escalader un iceberg à la verticale au-dessus d'une eau glacée.

Les 8 000 sans oxygèneModifier

À partir de 1992, elle décide de s'attaquer aux quatorze sommets de plus de huit mille mètres, en style alpin et sans oxygène[3]. Malgré sept tentatives pour réaliser l'ascension du plus haut d'entre eux[4], l'Everest, elle n'atteint que le sommet Sud (8 750 m) en 1995. En effet, elle y perd connaissance et est sauvée par Scott Fischer qui la redescend jusqu'au col Sud[5]. Elle réussit l'ascension de six autres, dont le K2, deuxième sommet du monde (8 611 m) et réputé très difficile - en effectuant par l'arête des Abruzzes la quatrième ascension féminine, le 3 août 1992[6]. En octobre 1993, elle atteint le Shishapangma (8 046 m) par la face sud puis le Cho Oyu (8 201 m)[2].

Lors de son ascension du Lhotse (8 516 m) le (première ascension féminine[3],[4]), elle assiste à distance le même jour à la mort de huit alpinistes sur l'Everest qui fait face au Lhotse, de l'autre côté du col Sud. Cette catastrophe donne lieu à un livre, Tragédie à l'Everest de Jon Krakauer. L'ouvrage inclut un témoignage de Chantal Mauduit sur la mort des alpinistes dont deux de ses amis, en particulier le guide Scott Fischer, qui l'avait secourue en 1992 alors qu'elle était victime de photokératite lors d'une ascension du K2. Dix jours plus tard, elle atteint de nouveau un sommet de plus de 8 000 mètres, le Manaslu (8 163 m)[2].

L'année suivante elle réalise l'ascension du Gasherbrum II (8 035 m). Elle publie un livre fin 1997, J'habite au paradis, livre d'impression et de rencontres au cours de ses voyages.

Le 13 mai 1998[3], alors qu'elle effectue l'ascension du Dhaulagiri (8 167 m), elle et son sherpa Ang Tshering[7] sont retrouvés morts dans leur tente au camp II, probablement tués par une chute de pierres ou de glace[2], à environ 6 500 m d'altitude, après une période d'extrême mauvais temps. Quelques jours plus tard, une expédition est lancée depuis Katmandou pour récupérer les deux corps[8]. Elle avait pour projet de se garder du temps pour écrire un roman car elle avait une passion pour les mots ; c'est la raison pour laquelle elle taguait ses tentes de divers poèmes et qu'elle avait toujours des livres et des poèmes avec elle. Son amant André Velter lui a dédié un recueil de poèmes intitulé 7e sommet[2].

Engagements et postéritéModifier

 
École Chantal Mauduit au Népal

Chantal Mauduit, parlant le népalais[2], s'est engagée pour la cause tibétaine[7],[9]. Toiturophile[8], elle a escaladé la flèche de Notre-Dame de Paris le pour y accrocher un drapeau tibétain et avait rencontré le dalaï-lama et des réfugiés tibétains à Dharamsala en Inde vers la même époque[10]. Elle a également participé à la création d'une école à Katmandou.

En l'honneur de son engagement, après sa mort, ses amis et sa famille créent l'association Chantal Mauduit Namasté qui aide les enfants népalais démunis, en particulier pour les filles et pour l'éducation[11].

Durant son voyage au Népal elle a adopté un petit garçon de six mois[12].

RéalisationsModifier

Réalisations himalayennesModifier

Tous ces sommets himalayens ont été réalisés sans l'apport d'oxygène artificiel.

Autres réalisationsModifier

PublicationsModifier

Dans la cultureModifier

Chantal Mauduit a fait l'objet d'un poème intitulé Tombeau de Chantal Mauduit, par André Velter, avec François-René Duchâble au piano et Alain Carré comme récitant[13]. En 2001, André Velter publie Une autre altitude. Poèmes pour Chantal Mauduit[14].

AnnexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Alexandre Duyck, Chantal Mauduit: Elle grimpait sur les nuages, Editions Paulsen, (ISBN 9782352212157, lire en ligne)
  2. a b c d e f g et h Arnaud P, « Chantal Mauduit, 20 ans déjà ! », sur Altitude News, (consulté le 13 mars 2019)
  3. a b c d et e Catherine Dufour, Guide des métiers pour les petites filles qui ne veulent pas finir princesse, Patis, Fayard, , pp. 15-16
  4. a et b (en) Jennifer Jordan, Savage summit, the life and death of the first women of K2, Harper, 2005, pages 272-275
  5. (en) Jon Krakauer, Tragédie à l'Everest, Villard Books, 1997 (ISBN 978-0-385-49478-6), pp. 339 et 340
  6. Recensement des arrivées au sommet du K2 par le site Xexplorersweb
  7. a et b Charlie Buffet, « Alpinisme. Chantal Mauduit a été retrouvée morte dans l'Himalaya. Partie sans laisser d'adresse », Libération, 18 mai 1998
  8. a et b « AlPINISME. Frédérique Delerieux, son amie, témoigne:«Chantal Mauduit savait inventer ses rêves» », sur Libération.fr, (consulté le 13 mars 2019)
  9. « Chantal Mauduit : départ d'une amie », AFP, 17 mai 1998.
  10. « Témoignage de Chantal Mauduit », Tibet Info, 16 mars 1997
  11. « Association Chantal Mauduit - Parrainez un enfant au Népal » (consulté le 13 mars 2019)
  12. « Chantal Mauduit est devenue à 32 ans une star de l'alpinisme. Sur les sommets, cette nomade qui vit six mois de l'année à la népalaise lit des poèmes. De la montagne avant toute chose », sur Libération.fr, (consulté le 3 juin 2019)
  13. andrevelter.com
  14. « Le Matricule des Anges : Une autre altitude (Po?mes pour Chantal Mauduit) - Andr Velter », sur www.lmda.net (consulté le 13 mars 2019)

BibliographieModifier

FilmographieModifier

Death on the Mountain: Women of K2, un documentaire consacré aux femmes alpinistes sur le K2 est réalisé en 2003[1]. À cette date, cinq femmes étaient arrivées au sommet, dont deux seulement sont redescendues vivantes : la première Wanda Rutkiewicz et la deuxième Chantal Mauduit. Elles sont toutes les deux mortes en montagne depuis[2].

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (en) Death on the Mountain: Women of K2 sur l’Internet Movie Database
  2. « Women of K2 », sur jenniferjordan.net (consulté le 29 septembre 2018)