Ouvrir le menu principal

Champlain (A623)

Navire de la Marine nationale française

Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres navires du même nom, voir Champlain (navire).

Champlain
Image illustrative de l’article Champlain (A623)
Le Champlain en cours de construction au chantier naval Piriou à Concarneau en 2016.
Type Bâtiment multi-missions (B2M) de classe d'Entrecasteaux
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale
Commanditaire Direction générale de l'Armement
Constructeur Kership (Piriou et DCNS) (Concarneau)[1].
Commandé
Lancement [2]
Armé 2 décembre 2016[3]
Commission [4]
Équipage
Équipage 23 marins
Caractéristiques techniques
Longueur 65 m[5]
Maître-bau 14 m[5]
Tirant d'eau 4,20 m[5]
Déplacement 2 300 tonnes[5]
Vitesse 15 nœuds[5]
Caractéristiques militaires
Armement 2 mitrailleuses 12,7mm.
Rayon d'action 5 000 milles marins (9 260 km) à 12 nœuds (22,2 km/h)
Carrière
Port d'attache Port-des-Galets
Indicatif A623

Le Champlain est un bâtiment multi-mission de la Marine nationale française lancé en 2016 admis au service actif le [4]. Il est basé à Port-des-Galets à La Réunion. Il porte le nom du navigateur, explorateur et géographe français Samuel de Champlain, fondateur de la ville de Québec.

Sommaire

CaractéristiquesModifier

Article principal : Classe d'Entrecasteaux.

HistoireModifier

Le navire est commandé au chantier Piriou par la Direction générale de l'Armement (DGA) le . Lancé le [2], il est livré à la Marine nationale le [3] ; date à laquelle son premier commandant, le lieutenant de vaisseau Jérémy Montastier prend également ses fonctions à bord du navire[3]. Il stationne à Port-des-Galets à La Réunion depuis le 22 juin 2017[6].

Carrière opérationnelleModifier

En dehors du contrôle de la souveraineté des eaux territoriales françaises et surtout de la zone économique exclusive dans le nord de l'Océan Indien, l'une de ses principales missions du Champlain est d'assurer quatre fois par an, en général en passant par Mayotte, le ravitaillement logistique des bases françaises militaires et scientifiques des îles Éparses que sont Europa, Juan de Nova et les îles Glorieuses.

En avril 2019, il réalise une saisie de 240 kg d’héroïne au cours d'une mission de surveillance au large de la Tanzanie[7],[8].

Notes et référencesModifier

  1. « Piriou : L’assemblage du premier B2M de la marine va bon train », Mer et Marine,‎ (lire en ligne).
  2. a et b « Piriou met à l’eau le B2M destiné à La Réunion », asafrance.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2016).
  3. a b et c (en) « Le Champlain, le 3e B2M, sera livré à la Marine ce vendredi », sur lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr, (consulté le 3 décembre 2016).
  4. a et b « La FREMM Languedoc et le B2M Champlain admis au service actif », Mer et Marine,‎ (lire en ligne).
  5. a b c d et e « Bâtiment Multi-Mission 65 m », sur piriou.com, (consulté le 22 septembre 2016)
  6. Vincent Groizeleau, « La Réunion : La base navale vue du ciel », Mer et Marine, 19 juillet 2017.
  7. « La Marine nationale saisit 240 kg d'héroïne au large de la Tanzanie », sur ipreunion.com,
  8. Laurent Lagneau, « Une cargaison de 240 kg d’héroïne a été saisie par le Bâtiment de soutien d’assistance Outre-Mer Champlain », opex360.com, 18 avril 2019.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :