Ouvrir le menu principal

Championnats du monde de cyclisme sur route 1977

compétition de cyclisme
Championnats du monde de cyclisme sur route 1977
Généralités
Sport Cyclisme sur routeVoir et modifier les données sur Wikidata
Lieu(x) Drapeau : Venezuela San Cristóbal
Date 31 août au
Site web officiel Site officiel de l'UCI

Navigation

Les championnats du monde de cyclisme sur route 1977 ont eu lieu du 31 août au à San Cristóbal au Venezuela.

DéroulementModifier

C'est la deuxième fois après Montevideo (Uruguay) en 1968 que les mondiaux se déroulent en Amérique du Sud. C'est également le deuxième championnat du monde organisé hors Europe, dans un sport qui n'allait alors que rarement au-delà du vieux continent.

Parmi les professionnels, on compte au départ à San Cristóbal 89 coureurs, dont 33 terminent la courser. Le magazine « Radsport » a décrit le tracé comme « l'un des pires parcours jamais vu sur les championnats du monde ». Le circuit de 17 kilomètres, accidenté et urbain, est à faire à 15 reprises, soit un total de 255 kilomètres. Les conditions météorologiques sont très compliquées et freinent les attaquants en début de course. L'arrivée a lieu sous des pluies torrentielles. La course oppose d'un côté les gloires d'antan comme Felice Gimondi, Raymond Poulidor et Eddy Merckx, les protagonistes de la précédente édition Francesco Moser, Freddy Maertens, Dietrich Thurau et Hennie Kuiper et des futurs champions comme Giuseppe Saronni et Bernard Hinault. Lors de l'avant-dernier tour l'Allemand Dietrich Thurau attaque alors qu'il figure au sein d'un groupe de 14 coureurs. Il est rejoint par l'Italien Francesco Moser. Moser prend sa revanche sur l'année précédente et s'impose au sprint[1]. Franco Bitossi complète le podium. Le multiple champion du monde Eddy Merckx, termine son dernier championnat du monde à la 33e et dernière place, juste derrière le Français Raymond Poulidor[2].

Le contre-la-montre par équipes s'est déroulé à La Fría, sur 80 kilomètres. À environ 800 mètres d'altitude, le climat tropical et humide est handicapant pour de nombreux coureurs. L'équipe de l'URSS victorieuse avait pris ses précautions en s'installant trois semaines auparavant à La Fria.

Chez les féminines, c'est la Française Josiane Bost qui s'impose en solitaire sur une course de 80 kilomètres. Elle s'échappe en partant au train à la mi-course et n'est jamais reprise. Elle raconte : « Quand je me suis retournée, j’ai vu que j'avais fait le trou »[3].

Claudio Corti devient au sprint champion du monde amateurs sur un parcours de 170 kilomètres. Il permet à l'Italie de terminer en tête du classement des médailles avec deux titres et cinq médailles au total.

RésultatsModifier

Tableau des médaillesModifier

Rang Nation Or Argent Bronze Total
1   Italie 2 1 2 5
2   Union soviétique 1 1 0 2
3   France 1 0 0 1
4   Allemagne de l'Ouest 0 1 0 1
  États-Unis 0 1 0 1
6   Pays-Bas 0 0 1 1
  Pologne 0 0 1 1
Total 4 4 4 12

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier